L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'orpheline handicapée de Yorgho : Les dernières nouvelles de Wendkuni

L'orpheline handicapée de Yorgho

Les dernières nouvelles de Wendkuni

 

Dans sa parution du mardi 24 juillet 2007, l’Observateur paalga informait ses lecteurs des conditions de vie d’une orpheline handicapée moteur de la commune rurale de Thyou, dans le Boulkiemdé. En réaction à cet article, le ministère de l'Action sociale et de la Solidarité nationale avait amené la petite à Ouagadougou et des gens de bonne  volonté ont tenu à soulager cet enfant. Un mois après, nous sommes allé voir ses nouvelles conditions de vie.

 

Elle revient de loin, la petite Wendkuni.

La petite Wendkuni est venue au monde il y a de cela une dizaine d'années avec des membres malformés. Très jeune, elle perd son père et sa mère, accusée d'avoir "mangé l'âme" du défunt, fut chassée de la famille. Cette dernière ne vécut pas longtemps pour assister sa fillette  difforme.

Seule au monde, sinon presque, Wendkuni vivait sous la tutelle de sa grand-mère maternelle, une vieille femme vivant dans la précarité.

La famille délaissa complètement la petite infirme, réduite maintenant à dormir dans une niche en terre battue à l'écart de la concession. Marginalisée donc et exposée aux intempéries et à la faim, Wendkuni vécut ainsi jusqu'à ce que son sort soit porté à la connaissance du public dans les colonnes de L'Observateur Paalga le 24 juillet 2007.

L'appel lancé en sa faveur par le quotidien fut entendu et les responsables du ministère de l'Action sociale instruisit de la faire sortir du calvaire.

Dès le lendemain de la parution de l'article, le ministère de l'Action sociale a dépêché une mission pour amener Wendkuni à Ouagadougou.

Ses conditions actuelles feraient pâlir de jalousie ceux qui l’avaient négligée. Depuis son arrivée dans la capitale, elle est hébergée à "l’hôtel maternel"; une nouvelle structure d'accueil située dans l’enceinte de la Direction provinciale de l’Action sociale du centre à la Patte-d'Oie.

Presque un mois après, c’est dans un véritable palace, comparé à sa niche de Thyou que nous avons retrouvé Wendkuni. Celle qui ne rêvait pas d’une natte passe maintenant ses nuits dans un lit individuel équipé de moustiquaire, mange à sa faim et a droit à des toilettes quotidiennes. Et que dire de la chaleur humaine qui l'entoure désormais ? Nourrices et responsables de la structure sont pleins d'attention pour elle. Quant aux autres pensionnaires, ils se font la joie de promener la nouvelle venue dans les couloirs du bâtiment jusqu’à l’aire de jeu, sur une poussette, sans aucune considération de ses difformités. Wendkuni est bien intégrée et se plaît dans sa nouvelle famille. Une famille pleine de sœurs et de frères prêts à jouer, qui à la poupée, qui à la voiturette.  Seule ombre au tableau, si on peut dire, au jour de notre passage le lundi 20 août dernier,  elle n'a reçu aucune visite de ses parents restés au village.

Depuis la parution de l’article, des personnes de bonne volonté souhaitant contribuer de diverses manières à donner une meilleure condition de vie à celle que la vie n'a pas épargnée jusque-là, se manifestent sans tambour ni trompette. Notre visite à l’hôtel maternel a été l’occasion de remettre un soutien (une somme de 50 000 FCFA remise par un opérateur économique désirant garder l'anonymat) qui est parvenu à la rédaction de l'Obs pour la petite infirme.

Mariam Dabiré, responsable de la section 4 à 14 ans de l’hôtel maternel (section à laquelle appartient la petite), qui a été notre interlocutrice à cet effet, nous a, par ailleurs, informé que des examens préliminaires ont été déjà faits sur demande du professeur Ouandaogo de l’hôpital Charles-De-Gaule. Selon le spécialiste, il serait impossible que la petite recouvre toute sa motricité car les muscles sont atrophiés. Il reste néanmoins une chance d’améliorer la fonctionnalité de ses membres et ça sera déjà ça de gagné.

Au ministère de l’Action sociale, l’évolution de la situation de l’enfant est suivie de près. Quelques jours après son arrivée, la secrétaire générale est allée s’enquérir de ses nouvelles. Selon elle, c’est à l’issue des examens et diagnostics du spécialiste qu’une chaîne de solidarité sera envisagée avec comme objectif à atteindre, le financement des différentes interventions chirurgicale, qui, de toute évidence, seront nombreuses, complexes, et coûteuses. D’ores et déjà, elle affirme avoir eu des échos de bonnes volontés prêtes à venir au secours de la petite.

En attendant que «le gros œuvre» ne s’exécute, Wendkuni ne cesse d’émouvoir et de susciter la compassion. Aux dernières nouvelles, des partenaires italiens de l’Action sociale, ceux-là mêmes qui ont construit l’hôtel maternel, seraient en attente des résultats des examens pour intervenir en sa faveur. Toutes choses qui ne seraient pas de trop pour l’infirme orpheline de Yorgho qui, par dessus ces difformités, souffrirait de drépanocytose, mal qui aurait emporté son père. Au milieu de la semaine passée, elle a d'ailleurs piqué, la pauvresse, une crise et est actuellement sous traitement.

 

Christian Zongo

L’Observateur Paalga du 22 août 2007



22/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres