L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La CAF et le football togolais : Le prix du hooliganisme

La CAF et le football togolais

Le prix du hooliganisme

 

Le 12 octobre 2007, de graves incidents avaient émaillé la fin du match opposant au stade de Kégué à Lomé l’équipe nationale du Togo à celle du Mali (0-2) dans le cadre de la dernière journée qualificative de la CAN Ghana 2008. Cette vague de hooliganisme des supporters togolais s’est soldée par au moins 77 blessés et d’importants dégâts matériels.

Depuis, la question que tout le monde se posait n’était pas de savoir si le Comité de discipline de la CAF (Confédération africaine de football) allait sévir mais quand est-ce qu’il allait frapper. Et après avoir plané un mois durant sur la tête de la FTF, l’épée de Damoclès a fini par frapper très fort le mercredi 14 novembre 2007. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la CAF n’y est pas allée du dos de la cuillère. Jugez-en vous-mêmes :

- l’interdiction pour l’équipe nationale senior du Togo de jouer sur le territoire togolais les 3 prochains matches éliminatoires de la CAN et du mondial 2010 ;

- une amende de 35 000 dollars (15 millions FCFA) ;

- la suspension du stade de Kégué pour une période de six mois.

A la fin de cette suspension, la CAF organisera une visite d’inspection du stade de Kégué pour s’assurer que les mesures nécessaires ont été prises pour garantir la sécurité des joueurs, des officiels et des spectateurs.

Le Togo paie ainsi cash le hooliganisme, la bêtise même de certains de ses supporters. Des supporters inconscients et certainement incapables d’apporter quoi que ce soit à l’équipe nationale mais qui sont toujours prompts à bander les muscles lorsque la prestation de celle-ci est en deçà de leurs attentes. Par leurs comportements, ils viennent ainsi de pénaliser grandement leur équipe. En effet, n’est-il pas plus facile d’évoluer à domicile sur ses propres installations plutôt qu'à l’extérieur ? Trois matches hors du Togo, c’est sûr, les Eperviers partent dans les prochaines compétitions avec de sérieux handicaps. Reste à espérer qu’avec ces lourdes sanctions infligées par la CAF, ils prendront la pleine mesure de leurs conduites indignes et rectifieront, en conséquence, le tir à l’avenir.

De son côté, la FTF, dont la responsabilité est engagée dans ces incidents malheureux d’octobre, doit travailler à ramener la sérénité dans et autour du Onze national. L’incapacité des dirigeants à accorder leurs violons avec ceux des joueurs et de l’encadrement technique a été aussi propice à l’installation de la chienlit.

Dans ces conditions, la déception des supporters ne peut que grandir et expliquer quelque peu, mais pas justifier, le penchant de certains pour la violence. Quand est-ce que les hooligans de tous poils comprendront que le football, ce n’est pas la guerre ?

 



19/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres