L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La CENI d'arrache-pied pour les résultats provisoires le 12 mai

Scrutin du 6 mai

La CENI d'arrache-pied pour les résultats provisoires le 12 mai

Le 12 mai 2007, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) entend tout mettre en œuvre pour livrer les résultats provisoires des élections législatives du 6 mai 2007 au Burkina Faso. Ambiance du déroulement de l'opération de dépouillement, le 9 mai 2007 à Ouaga-2000.

Mercredi 9 mai 2007, 10 heures onze minutes, salle de dépouillement des élections législatives du 6 mai 2007 au Burkina Faso. De dehors, un silence total règne autour de la salle à Ouaga-2000 comme si rien ne s'y déroule. Seulement quelques véhicules et un gros camion dans lequel trois personnes mettent des sacs contenant des enveloppes, indiquent la présence de vies humaines. Un pas vers la porte d'entrée de la salle de dépouillement et les ennuis commencent. "Qui vous a appelé ? Le président de la CENI est-il au courant de votre arrivée ?", a-t-on été reçu à la porte, décidés à ne laisser personne accéder à l'intérieur sans autorisation. Après quelques coups de téléphone, l'on s'entend dire : "OK, c'est réglé, vous pouvez y aller". Dès la porte, une fraîcheur, inhabituelle en ce mois de mai se fait sentir. Dans la salle, ô fortement climatisée, un silence de cimetière règne. Et pourtant, la salle grouille de monde, à savoir "22 équipes regroupées en cinq personnes autour d'une table ronde chacune", a confié le président de la CENI, Moussa Michel Tapsoba. Chaque équipe est constituée de deux groupes supervisés par un commissaire de la CENI. Sur les tables, des enveloppes et des feuilles sont entremêlées. Pendant que les uns déchirent les enveloppes, les autres procèdent aux vérifications afin de s'assurer que les résultats sont conformes et justes. El Hadj Sakandé Adama, commissaire de la CENI quant à lui, confie "après avoir ouvert les enveloppes, nous faisons les calculs. S'il ya conformité, on porte les résultats sur la feuille destinée à cela". Et souliggner : "Des cas de non-conformité ont été relevés sur notre table. Nous les avons portés au président de la CENI et tout est rentré dans l'ordre". Le moins que l'on puisse dire, c'est que le rythme de travail de la CENI est de rigueur. "Nous faisons un non-stop de 7 heures 30 minutes à 22 heures 30 minutes", a affirmé le président de la CENI, Moussa Michel Tapsoba. Et ce, depuis le 8 mai jusqu'au 12 mai 2007. Mme Agnès Compaoré, commissaire de la CENI et superviseur sur l'une des tables confirme le propos de son président sur la durée de leur travail. "Le rythme est trop dur, mais il faut que les résultats soient disponibles le 12 mai prochain", a-t-elle dit. "Aux dernières heures, on sent la fatigue, mais ça ne joue pas sur le travail de dépouillement", a rassuré Mme Compaoré. Et Moussa Michel Tapsoba d'appuyer : "Le fait de travailler jusqu'à 22 heures 30 ne nous fait pas peur. Le système de contrôle est tel que tout se passera bien et il n'y aura pas d'erreurs. C'est fatiguant, mais il faut faire le plus rapidement possible pour livrer les résultats, car plus ça dure, plus les gens croient qu'il y a des problèmes". Pour ce qui est de l'ambiance dans la salle, c'est un calme et des gens avec des airs studieux qui y sont installés. Mme Agnès Compaoré, quant à elle, affirme : "L'ambiance est bonne. Je travaille avec des jeunes dynamiques, ce qui fait que le président de la CENI appelle notre table, "la table des gens qui sont en avance". Et d'ajouter que depuis le début de l'opération, ils n'ont pas rencontré de difficultés majeures sur la table.

"Aucun parti politique n'a encore porté plainte"

Le président de la CENI a indiqué que tous les résultats ont été centrés à Ouagadougou. Selon lui, la dernière commune de Dori qui n'avait pas pu le faire l'a fait ce jour 9 mai 2007. Aussi, Moussa Michel Tapsoba a souligné que depuis le début de l'opération de dépouillement le 8 mai 2007, aucun parti politique n'a porté plainte pour quoi que ce soit. Il a tout de même laisser entendre que des résultats de bureaux de vote dans le Ioba et le Noumbiel ont été annulés car entachés d'irrégularités. A propos de la crédibilité des membres des équipes qui participent au dépouillement, le président de la CENI a rassuré qu'il n'y a aucun problème. "Ce sont des gens avec qui nous travaillons depuis longtemps. Les plus petits ont au moins le Bac, sinon la plupart sont des étudiants en fin de cycle à l'Université de Ouagadougou", a-t-il dit. Maxime Somé, membre d'un des groupes, lui, est à sa première expérience. Il soutient qu'il découvre beaucoup de choses, mais que ce n'est pas extraordinaire, car il en avait une idée. Selon M. Somé, il a reçu une formation d'un jour afin d'être opérationnel pour le dépouillement. Pour ce qui est de la prise en charge des agents, Maxime Somé a soufflé qu'ils perçoivent 5000F CFA par jour et 10 000F CFA de carburant tout le long de l'opération de dépouillement. Comme difficultés rencontrées, Moussa Michel Tapsoba a relevé que c'est "surtout à Ouagadougou que des procès verbaux mal remplis ont été rencontrés". Il a affirmé qu'il est arrivé que des procès verbaux ne soient pas conformes aux feuilles de dépouillement qui sont le document authentique", a-t-il indiqué. "C'est sûr que le samedi 12 mai 2007, nous aurons les résultats provisoires des élections législatives du 6 mai dernier, même s'il faut que nous modifions nos horaires de travail pour travailler encore plus longtemps que prévu dans notre programme officiel", a confié Mousssa Michel Tapsoba.

Ali TRAORE

Sidwaya du 10 mai 2007



10/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres