L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La fête commence le 24 mai (35e anniversaire de L’Observateur)

35e anniversaire de L’Observateur

La fête commence le 24 mai

Les préparatifs de la célébration du 35e anniversaire de L’Observateur Paalga vont bon train. Le marathon Ouaga-Laye marquera le début des manifestations jubilaires, qui vont se décliner sous forme d’activités sportives, culturelles, sociales et spirituelles. Le comité d’organisation a assuré que tout se déroulait bien et que l’événement, placé sous le parrainage de Mahamoudou Ouédraogo, ancien ministre et présentement conseiller spécial du président du Faso, bénéficiait du soutien des confrères, partenaires et sponsors. C’était au cours d’une conférence de presse animée le 28 avril 2008 à Ouagadougou au Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ).

Le 28 mai prochain, notre journal, L’Observateur Paalga, soufflera ses 35 bougies. Un jubilé que le premier quotidien illustré privé de notre pays et de toute l’Afrique de l’Ouest francophone entend marquer d’une pierre blanche. Un comité d’organisation a été mis en place, présidé par Ousséni Ilboudo, directeur des rédactions du journal.

Un programme a été concocté qui tient sur une semaine, à savoir du 24 au 31 mai 2008. Ses manifestations phares sont :

 le marathon Ouaga-Laye (en référence à notre rubrique fétiche du vendredi, Une lettre pour Laye) le samedi 24 mai ;

 deux matchs de football atypiques le dimanche 25 mai : le premier opposera les supporters de l’EFO à ceux de l’ASFA-Y tandis que lors du second, une sélection de l’Opposition politique croisera les crampons avec celle de la Majorité ;

 un grand dassandaga à Kienfangué (route de Saponé) le samedi 31 mai ;
 un Te Deum (dans une église), un culte d’action de grâce (dans un temple), un doua (dans une mosquée) et une libation à Laye à l’arrivée du marathon.
 le lancement du « Prix du roman paalga », destiné à encourager la création littéraire ;

 un don de médicaments et de matériel médical à un établissement sanitaire de Laye ;

 un colloque sous-régional sur le thème des « Médias africains face à Internet : menaces et opportunités ». Cette rencontre se tiendra après la célébration jubilaire, à une date qu’il reste à préciser ;

C’est l’agence de communication EDIFICE qui accompagnera le journal dans cette entreprise. Son rôle, comme l’a expliqué son premier responsable, Joachim Baky, est de créer une identité visuelle de l’événement, d’apporter des conseils au journal et de rechercher des sponsors et mécènes pour le financement de ce jubilé.

Après la lecture de sa déclaration liminaire, Edouard Ouédraogo, le directeur de publication de L’Observateur Paalga, s’est prêté aux questions des journalistes.

A propos du marathon, il a déclaré que « notre souhait est qu’il soit institutionnalisé et qu’il draine des sportifs venant du Burkina, et pourquoi pas d’Afrique et d’ailleurs ». Il a ajouté que le comité était en train de réfléchir à la nature du prix à décerner au vainqueur et aux autres lauréats du marathon.

Justin Daboné, responsable de la commission sport, a dévoilé le parcours de cette course et appelé tout le monde, hommes et femmes, à s’inscrire pour y prendre part. Les marathoniens sont convoqués à 5h et le départ aura lieu à 6h00 devant le siège du journal (sis entre le marché de cola et la LONAB). Justifiant le choix de la localité de Kienfangué pour abriter le Dassandaga, le directeur a expliqué qu’en fait, « on a voulu capter la renommée d’un marché et profiter en même temps de la proximité de la ville et du charme du village ».

Quant au « Prix du roman paalga », le directeur de publication a affirmé qu’il visait à soutenir la production littéraire dans notre pays. Il est destiné à des gens qui sont à leur première œuvre. L’Observateur Paalga se chargera de la promotion du roman primé et de son édition.

Côté perspectives, le directeur a annoncé que le journal va s’efforcer de tenir le cap et de se professionnaliser davantage. Ousséni Ilboudo, le directeur des rédactions, a ajouté que le premier quotidien du Burkina est présentement en train de mener des réflexions pour voir comment aboutir, dans les délais les meilleurs, à une vraie édition internet du journal avec une rédaction web bien étoffée.

Edouard Ouédraogo a exprimé sa gratitude à tous les partenaires et sponsors qui se sont déjà manifestés. Il a déclaré qu’il n’était pas encore tard pour ceux qui ne l’ont pas encore fait.

San Evariste Barro

L’Observateur Paalga du 29 avril 2008



29/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres