L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La police municipale saisit des véhicules

Transports mixtes à Ouaga

La police municipale saisit des véhicules

Face au non-respect des textes relatifs au transport routier et à l'anarchie des transports mixtes, la police municipale de Ouagadougou a procédé le mardi 15 mai 2007 à des saisies de véhicules pris en flagrant délit.

Selon l'article 5 du kiti AN IV - 265 du 6 février 1987 fixant les catégories de transports routiers, le transport mixte, c'est-à-dire le transport simultané de personnes et de marchandises dans un même véhicule est strictement interdit sur toute l'étendue du territoire national. Malgré cette disposition, les transporteurs continuent de pratiquer ce type de transport, et souvent dans des conditions des plus inimaginables. C'est ainsi qu'il est très courant de rencontrer des camions et autres minicars surchargés de personnes, de légumes , de sacs de céréales et même d'animaux, mettant dangereusement en péril la vie de ces personnes. Selon le commissaire Clément Ouango de la police municipale de Ouagadougou, sa structure mène depuis 2005 des sensibilisations à l'endroit des transporteurs afin de les amener à mettre fin à ces pratiques. Cependant, ceux-ci ne semblent pas prêter une oreille attentive. C'est pour passer à une vitesse supérieure que lui et ses hommes ont procédé mardi dernier à une opération de saisie de véhicules pris en flagrant délit de transport mixte. "Nous entendons multiplier ces opérations jusqu'à ce que les transporteurs revoient leur copie", avertit le commissaire Ouango. Les véhicules saisis devront payer une contravention dont le montant est de 23 000 F CFA. Ceux qui ne sont pas en règle au terme d'un contrôle technique devront s'acquitter en plus, d'autres pénalités avant de sortir de fourrière. L'ambition à terme du commissaire Ouango et ses hommes est d'éradiquer totalement le transport mixte des limites de la commune de Ouagadougou. Ils souhaitent que les autres communes en fassent autant afin de proscrire cette pratique des frontières du Burkina Faso.

Ladji BAMA

Le Pays du 18 mai 2007



18/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres