L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"La SOTRACO ne respecte pas ses usagers"

Augmentation du prix du ticket de bus

"La SOTRACO ne respecte pas ses usagers"

 

L'auteur de l'écrit suivant en évoquant l'augmentation du prix du ticket de bus en a vraiment gros sur le cœur. Il  fait sans détour des griefs à la société de transport, en souhaitant que les choses s'améliorent pour le bonheur de la clientèle.

 

Le 11 janvier 2005, le tarif du bus initialement fixé à 100 F CFA, passait brusquement à 150 F CFA à la grande surprise de tous les usagers. Soit une augmentation de 50% du tarif initial. L'unique argument avancé à l'époque pour justifier cette "inflation" était la nécessité d'augmenter la qualité des prestations offertes aux usagers à travers l'achat de nouveau bus. Depuis lors jusqu'à ce jour, les promesses n'ont pas été tenues.

Peut-être ce qu'il convient de spécifier ici, c'est que la relation qui lie  la SOTRACO à ses usagers n'est ni du bénévolat, ni un service à titre gratuit. Acheter un ticket de bus à 150 F CFA ou souscrire à un abonnement mensuel de 5 000 F CFA, constitue un véritable contrat synallagmatique qui lie l'usager et la SOTRACO. L'usager a l'obligation de payer le tarif et en retour, il revient obligatoirement à la SOTRACO de le conduire sain et sauf à destination dans le strict respect des horaires du bus. C'est donc pour dire que la relation qui lie la SOTRACO à ses usagers est beaucoup plus juridique que sociale.

Si je m'attarde sur ces quelques détails, ce n'est pas pour faire un cours du droit des obligations (TGO), mais tout simplement parce que nous estimons que la SOTRACO semble ignorer la portée juridique et judiciaire des clauses contractuelles qui la lie à ses usagers.

Dans la mesure où les engagements n'ont jamais été respectés, c'est ici l'occasion de préciser que si dans les jours à venir rien n'est fait, les autorités compétentes notamment le ministère du Transport et le tribunal civil (TGI) seront saisies par le Collectif des clients libres de la SOTRACO (CCLS) dans l'intérêt de tous les usagers.

 

La qualité des prestations laisse à désirer

 

Vous n'imaginez pas qu'un usager puisse attendre le bus 2 heures durant, souvent en vain, et parfois soit obligé d'emprunter un taxi bien qu'étant abonné (5 000 F CFA/mois). Sans compter les nombreux retards que tout cela cause dans les services ; c'est un manque de considération pour l'usager. Le constat général est là : le tarif a augmenté, mais la qualité des prestations n'a pas augmenté. Le client, dit-on, est "roi" et le moindre qu'on puisse lui accorder, c'est le respect. Franchement, la SOTRACO ne respecte pas ses usagers. Parce que celui ou celle qui souscrit à un abonnement mensuel de 5 000 F CFA et qui doit à longueur  de journée attendre le bus, ne peut que se sentir frustré (e).

L'autre problème sur lequel j'aimerais attirer votre attention, c'est concernant les horaires de fin de service. Normalement prévu pour 21h30 mn, il est surprenant de voir qu'au-delà de 20h00, il n'y a plus de bus en circulation. Aucune explication convaincante n'a encore été donnée pour justifier ce paradoxe. Les étudiants et les travailleurs se plaignent constamment de cette mesure sans fondement soutenable.

 

Les élèves et étudiants d'abord

 

Pendant que les cours à l'université vont jusqu'à 21 heures, les bus ne circulent plus au-delà de 20 heures. Et pourtant, comme vous même vous le savez, les élèves et les étudiants contribuent pour une grande part dans le chiffre d'affaires de la SOTRACO. La preuve, lorsqu'ils sont en vacances, les bus sont déserts. Il vous revient en tant que premier responsable de la SOTRACO de leur faciliter la tâche surtout qu'il s'agit des futurs cadres de notre chère patrie. Si nous ne leur facilitons pas la tâche aujourd'hui, nous en payerons tous le prix tôt ou tard.

Monsieur le directeur, toutes ces critiques ici formulées viennent montrer l'intérêt que nous avons tous à un meilleur fonctionnement de la SOTRACO en vue de relever un défi urbain majeur.

Nous osons croire que tout sera mis en œuvre dans les jours à venir pour le bonheur des usagers.

 

B.C.

Un usager de la SOTRACO mécontent

L’Observateur Paalga du 22 janvier 2008



22/01/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres