L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La vie chère a plané sur l'hémicycle

Première session du Parlement

La vie chère a plané sur l'hémicycle

 

Les députés burkinabè sont retournés à l'hémicycle ce 5 mars 2008, après quelques mois sabbatiques. Cette rentrée parlementaire s'est faite sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, qui, lors de son propos d'ouverture, a évoqué les dernières manif relatives à la vie chère ; le toilettage du Code électoral ; la diplomatie magique du chef de l'Etat, Blaise Compaoré, qui,  en tant que facilitateur, a presque éteint le feu ivoirien.

 

5 présidents de Parlements africains ont assisté à ce début de la session de l'AN burkinabè, comme c'est devenu de coutume depuis quelques années : il s'agit de Mahamane Ousmane (Niger), également président du Parlement de la CEDEAO, d'Alex Tyler (Liberia), de Vital Kamerhe (RD-Congo), de Diacounda Traoré (Mali) et de Memoud Ould Boukbeir (Mauritanie).

Actualité politique et sociale oblige, l'occupant du perchoir burkinabè a tout de suite fait un arrêt sur les récentes manifestations ayant trait à la vie chère. En fait, tout en reconnaissant que le phénomène est réel, il déplorera les casses et violences qui en ont découlé : "C'est un fait que la vie chère est une réalité incontestable, liée, entre autres, aux effets pervers de la mondialisation,  à la flambée du prix du pétrole et au déséquilibre entre l'offre et la demande, qui ont des répercussions directes sur le pouvoir d'achat des ménages, partout dans le monde... Mais face à un phénomène mondial ressenti plus durement en Afrique, on ne peut que condamner les violences orchestrées dans ces villes et dénoncer les pseudo-démocrates tapis dans l'ombre, qui tentent vainement de justifier ces violences gratuites...". Du reste, à la fin de son discours, il fera savoir en substance que nul n'a le monopole de la violence et qu'il faut, au nom des responsabilités et de l'amour du peuple, respecter l'Etat de droit.

Roch Marc Kaboré a évoqué également la diplomatie payante du chef de l'Etat burkinabè (en Côte d'Ivoire), qui a été reconduit par ses pairs de la CEDEAO à la tête de cette institution régionale.

Concernant la vie chère, il a salué les mesures prises par le gouvernement d'exempter des droits de douane certains produits (lait en poudre, lait concentré, riz...).

De même, il a loué les mesures arrêtées pour renforcer le civisme fiscal et douanier dans le cadre du budget 2008. "Ces mesures nous interpellent tous, citoyens, agents et opérateurs économiques...", a-t-il laissé entendre. L'Assemblée, a affirmé le président de l'institution, créera incessamment "une commission chargée de faire des propositions et d'assurer la veille démocratique sur les mesures et initiatives gouvernementales destinées à lutter efficacement contre la vie chère au BF".

La présente session sera marquée par le Discours du PM sur la situation de la Nation (DSN) le 27 mars 2008 ; l'examen de 3 projets de lois ; de 15 autorisations de ratifications ; de questions orales et écrites au gouvernement.

Roch Marc Kaboré a évoqué également la rentrée des premiers étudiants, en cette année 2008, au titre de la filière "administrateurs parlementaires " à l'ENAM.

Il a réaffirmé que des "initiatives hardies seront prises en vue du renforcement du contrôle parlementaire sur le gouvernement".

Enfin, pour ce qui est du toilettage du Code électoral, voire de la Constitution que d'aucuns appellent de tous leurs vœux, il a soutenu qu'en l'espèce, des débats doivent être engagés avec sérénité.

 

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

 

Encadré

Vital Kamerhe, une réputation non surfaite

 

L'ex-secrétaire général du Parti du peuple pour la réconciliation et la démocratie (PPRD) et actuel président du Parlement de la RD Congo est réputé ne pas s'embarrasser des litotes des chancelleries. A Kinshasa, ses sorties gênent un tantinet souvent le camp présidentiel. Hier à l'ouverture de la session parlementaire, il a confirmé cette réputation de grand communicateur. Florilège de ses propos : "J'ai vu les  bâtiments quand j'ai quitté l'aéroport pour venir au centre ville, je sais reconnaître les bâtiments coloniaux, de grâce, ne cassez pas ces immeubles, ne commettez pas l'erreur de la RD Congo...

J'ai rencontré Roch Marc Christian à Libreville, je sais lire dans le regard et les gestes d'un homme sincère. Le président Kabila dort une heure/24, car il doit gérer des problèmes datant de 1960... ". C'est vraiment un "Ozali Polélé" (1), comme diraient les Kinois.

 

Notes (1) : celui qui a un langage direct

L’Observateur Paalga du 6 mars 2008


05/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres