L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le ministre Paré invite les protagonistes à la sérénité (Crise à l’université de Ouagadougou)

Crise à l’université de Ouagadougou

Le ministre Paré invite les protagonistes à la sérénité

Au cours d'un point de presse qu'il a animé le 20 juin 2008, à son cabinet, le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr. Joseph Paré, a invité les protagonistes de la crise à l'université de Ouagadougou à garder leur sérénité.

"Il ne faut pas qu'il y ait un soliloque à deux, parce que le soliloque à deux n'est pas le dialogue." C'est par ces mots que le Pr. Joseph Paré, ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique, a lancé une invite à l'ensemble des protagonistes de la crise à l'université de Ouagadougou, qui a occasionné le mardi 17 juin 2008 des affrontements se soldant par de nombreux blessés aussi bien au sein des forces de l'ordre qu'au sein des étudiants dont certains ont été interpellés par la gendarmerie (62 au départ, finalement une trentaine avec les relaxes). Le sort de ceux-ci est aux mains de la justice, à entendre le ministre. Tout est parti des revendications des étudiants qui réclament de meilleures conditions de vie et d'études.

C'est donc pour calmer les ardeurs, en dépit de la crise de confiance qui règne entre les étudiants et les autorités universitaires, que le ministre Joseph Paré a initié un point de presse, le 20 juin 2008 à son cabinet, pour présenter les efforts du gouvernement pour le développement de l'enseignement supérieur au Burkina. Selon le ministre, le gouvernement a toujours été réceptif face aux problèmes exprimés par les étudiants, aussi bien pour le social, à savoir la bourse, l'aide et le prêt, que pour le volet infrastructurel. Ainsi, par exemple, a-t-il indiqué dans le cadre du budget 2008, le contingent de bourses est passé de 500 à 1000 bourses. En ce qui concerne le Fonds national pour l'éducation et la recherche (FONER), 21 540 étudiants ont pu bénéficier de l'aide, tandis qu'au niveau des prêts il a été enregistré 3 860. En gros, les allocations financières au profit des étudiants, au titre de l'année 2007-2008, s'élèvent à 8 milliards 521 millions 135 mille F CFA et au total, 27 300 étudiants bénéficient d'une allocation financière, selon le Pr. Paré. Au niveau des oeuvres sociales, les efforts ne sont pas non plus des moindres, notamment dans les domaines de la restauration, du logement, du transport et de la santé. Au titre de la restauration, le nombre de repas servis dans les restaurants universitaires est passé de 22 000 en 2006-2007 à 30 700 en 2007-2008, les capacités d'accueil des restaurants ont également été augmentées de 800 places à Ouagadougou. Au titre des infrastructures, les efforts de l'Etat pour 2007 en matière d'investissements se chiffrent à 3,629 milliards de F CFA. Ces investissements ont concerné la construction et l'équipement d'amphithéâtres, de salles de cours et de TD, le démarrage de l'université Ouaga 2 avec le déblocage de 2 milliards de F CFA pour le démarrage des travaux de construction des bâtiments et amphithéâtres prévus à cet effet. Au niveau du logement, de nouvelles cités ont été ouvertes à Ouagadougou, à Bobo et à Koudougou. L'on devrait aussi s'attendre à l'ouverture de la cité de Kossodo dès la rentrée prochaine.

Du reste, le Pr. Joseph Paré a indiqué que les perspectives étaient aussi nombreuses. Aussi, il a promis, pour 2008-2009, un budget de 3 milliards 967 millions 982 mille 130 F CFA, rien que pour les bourses, contrairement à 3 milliards 518 millions 135 mille F CFA en 2007-2008. De même, le montant global en cours d'exécution au titre des investissements au profit des universités et de la recherche se chiffre à plus de 5 milliards 536 millions de F CFA et concerne les études, les constructions d'amphithéâtres, de cités universitaires, de restaurants, de salles de cours, des laboratoires, ainsi que d'autres réalisations.

Les réalisations annoncées par le ministre Paré pendant le point de presse prennent en compte de nombreuses structures universitaires; outre les universités de Ouaga 1 et Ouaga 2, il y a celles de Koudougou, de Bobo, de Ouahigouya, de Fada, l'Institut des sciences (IDS), l'IBAM, le CENOU, le site du SIAO. Toutefois, conscient que ces efforts ne permettent pas de résoudre tout de suite et maintenant l'ensemble des problèmes du monde universitaire, le ministre invite néanmoins "l'ensemble des acteurs à être serein, sans surestimation de sa position ni de ce que chacun demande."

Par Lassina Fabrice SANOU

Le Pays du 24 juin 2008



24/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres