L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le premier fouet de Tertius

Cher Wambi,

 

A l'entame de la présente campagne agricole, chacun y va de ses croyances, sinon de ses coutumes, pour implorer du Dieu du ciel une bonne pluviométrie.

Si à Laye la tradition veut que vous ayez recours au "Tiibo", à Bobo par exemple, les masques et le Dô seront outrancièrement sollicités.

Ici, dans la capitale, j'ai ouïe-dire que des sacrifices ont été faits, rien que dimanche dernier, dans le bois sacré à Warmini, ce vieux quartier jouxtant le château d'eau de Kamsaoghin. Preuve, s'il en était encore besoin, cher cousin, qu'aux quatre coins du Faso on s'en remet à la manne céleste. Mais à en croire les techniciens du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), dont j'ai pu glaner les projections mathématiques, la saison sera bonne.

Le rêve est donc permis malgré le retard accusé par la pluie cette année.

En tout cas, la semaine du vendredi 29 juin au jeudi 5 juillet, le Faso a encore été arrosé, et c'est tout heureux que je m'en vais te livrer les relevés pluviométriques : Dori = 6,5 mm ; Ouahigouya = 31,7 mm ; Ouagadougou-aéro = 30,3 mm ; Ouagadougou -Somgandé = 25,7 mm ; Dédougou = 43,1 mm ; Fada N'Gourma = 78,5 mm ; Bobo-Dioulasso = 7,4 mm ; Boromo = 37,3 mm ; Pô = 74,7 mm ; Gaoua = 13,9 mm ; Bogandé = 8,6 mm.

 

Cher Wambi, Tertius Zongo, le tout nouveau Premier ministre de Blaise Compaoré, a-t-il décidé de secouer le cocotier ?

A la lumière du compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 4 juillet, je suis tenté de répondre à la question par l'affirmative, et pour cause : la nomination d'un nouveau directeur général de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), en la personne de D. Olivier Sawadogo, n'est pas sans rappeler le conflit latent qui opposait son prédécesseur, Abel Dabakuyo, au Conseil d'administration, suite à ce projet pharaonique d'érection d'un nouveau siège, et dont je t'ai souvent parlé.

En décidant de balayer l'intérieur de la CARFO par l'entremise du nouveau ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat, Seydou Bouda, qui signe sa première nomination, Tertius Zongo veut certainement donner un signal fort : plus rien ne sera comme avant.

N'en avait-on pas d'ailleurs vu les prémisses avec le procès diligent des artisans de la fraude au BEPC 2007 ?

Osons seulement espérer que le bien-aimé de Doudou ne s'arrêtera pas en aussi bon chemin.

 

Qui a dit, cher cousin, que l'élection de Nicolas Sarkozy à l'Elysée marquerait la rupture des relations entre la France et son pré carré ?

Le successeur de Jacques Chirac vient, en effet, d'administrer la preuve par deux qu'il y aura toujours des relations privilégiées entre l'Hexagone et les anciennes capitales de l'Afrique occidentale française (AOF).

Les présidents vont se succéder, mais se ressembler sur ce plan-là.

Après son élection, Sarko n'avait-il pas réservé son premier coup de fil à son homologue gabonais Omar Bongo Odimba ?

Très prochainement, c'est au chantre du "Sopi", Abdoulaye Wade du Sénégal, qu'il reviendra l'honneur d'accueillir, à Dakar, le président français pour sa première sortie hors d'Europe.

Si j'en crois mes sources, cher Wambi, cette visite officielle, soigneusement préparée ces jours-ci par Paris et Dakar, aura lieu le 23 juillet.

Et Sarkozy pourrait atterrir dans la capitale sénégalaise avec le nouvel ambassadeur français, l'écrivain diplomate Jean-Christophe Rufin. Une visite des plus attendues au pays de la "Téranga" où le président français pourrait procéder à une remise de dette.

Pour les analystes de la scène politique africaine, le choix de Dakar n'étonne personne vu que, déjà ministre de l'Intérieur sous Chirac, Sarkozy, alors candidat annoncé à la magistrature suprême, s'y était déjà rendu, pour parler... d'immigration.

Fait des plus notables, cher cousin, la diplomatie sénégalaise bouge, pour ne pas dire qu'elle est très active.

Ce qui n'est pas du tout mauvais pour un pays qui veut s'afficher sur l'écran planétaire du développement.

 

Et maintenant que je m'en vais t'ouvrir le carnet secret de Tipoko l'Intrigante, je t'invite à partager la joie qui est celle des populations du village de Baskouda, canton de Mané (Sanmantenga), comblées d'avoir un nouveau chef. De qui s'agit-il ?

Du colonel Nazindégouba Thierry Ouédraogo, médecin particulier du président du Faso ; maître assistant à l'Unité de formation et de recherche/Sciences  de la santé de l'Université de Ouagadougou ; chef des urgences de l'hôpital Yalgado Ouédraogo.

Depuis ce 30 juin, jour de sa nomination par Naaba Sêbdo, chef du canton de Mané, il règne sur Baskouda sous le nom de Naaba Saaga.

Alors, si l'occasion venait à se présenter, n'hésite  pas à l'en féliciter.

 

Depuis quelques jours, les élèves bossent dur pour décrocher le Bac, le premier diplôme de l'enseignement supérieur.

Et après le scandale du pétrole au BEPC, des voix s'élèvent pour dénoncer aussi avec véhémence les pratiques qui ont cours dans certains jurys. En effet, dans lesdits jurys, des matières fondamentales, avec pour coefficient 5, sont corrigées par un seul professeur alors que la norme aurait voulu qu'il y en ait deux pour la correction d'une seule copie. Comme on le sait, la double correction a l'avantage d'éliminer certaines notes de complaisance et éventuellement une correction bâclée.

Alors pourquoi dans certains jurys, certaines matières fondamentales n'ont qu'un seul correcteur ?

Cela cache-t-il un deal ou est-ce parce que les correcteurs sont en nombre insuffisant ?

Il y a lieu de rectifier le tir pour permettre aux élèves qui le méritent d'empocher leur parchemin.

 

Comme tout citoyen, le président du Faso peut éprouver des problèmes de déplacement, même si lui ne se déplace pas en P50, en Kaizer ou en JC.

On en a eu, en tout cas, la preuve quand, ces derniers mois, l'avion présidentiel, le Boeing 727, est allé subir un check-up chez ses toubibs.

Mais depuis le mercredi 4 juillet, Blaise Compaoré peut de nouveau voyager en toute sécurité, et confortablement.

Car son oiseau de fer est en effet de retour, avec bien sûr un nouveau look.

 

Que s'est-il passé pour qu'on en arrive au drame à Arbinda ? Voilà une semaine maintenant que les populations de ce département du Soum sont sans voix. L'histoire retiendra que ce 29 juin 2007, un certain  Diallo, assistant de police, a abattu un collègue, l'agent P. Lera Tiahoun, avant de se donner  la mort.

Un drame d'autant déplorable que tous deux, Peulh et Bobo, habitaient la même concession, et étaient évidemment liés par la noblesse de la parenté à plaisanterie.

Ils sont partis avec leur secret, mais demain nous en dira peut-être davantage.

 

L'Eglise-famille du Burkina entame ce week-end la série des ordinations presbytérales.

Ce samedi 7 juillet, la Cathédrale Notre Dame de l'Immaculée Conception de Ouagadougou, entre autres, accueille à partir de 16h00 l'ordination des abbés Innocent Apollinaire D. Dibendé, Innocent Kobendé, François Nitièma, Hermann D. Kientéga, Martin Sawadogo et Marcel Nacoulma. Les jeunes prêtres célébreront leurs messes d'action de grâce aux dates et heures suivantes :

Abbé Apollinaire D. Dibendé

Tangê : 8 juillet  à 7h00

Abbé François Nitièma

Kologh Naaba : 8 juillet à 7h00 et 9h00

Saponé : 22 juillet  à 7h30

Kourittenga (Cissê) : 29 juillet  à 7h30

Abbé Hermann D. Kientéga

Goungê : 8 juillet  à 7h00 et 9h00

Toecê : 22 juillet  à 8h30

Yako : 5 août à 9h00.

Abbé Innocent Kobendé

Donsê : 8 juillet  à 9h00

Saag-Nioyaogo : 15 juillet  à 9h00

Abbé Marcel Nacoulma

Tangê-Dassouri : 8 juillet  à 8h30

Pissy : 22 juillet  à 7h00

Bazoulé : 5 août  à 9h00

Abbé Martin Sawadogo

Jean XXIII : 8 juillet  à 8h30

Kaya : 15 juillet  à 7h00

Fanka : 15 juillet  à 10h00.

 

L'Amicale des anciens étudiants et stagiaires de l'ex-URSS (AES/SOYOUZ) tient son assemblée générale ordinaire ce dimanche 8 juillet 2007 dans la salle de conférences du mess des sous-officiers à partir de 9h30.

A l'ordre du jour : l'examen et l'adoption du bilan moral et financier 2005-2007.

Last but not least, le renouvellement du bureau, dont le mandat arrive à expiration, requiert la présence de tous les anciens de Bakou, de Rostov, d'Alma-Ata, de Moldavie, etc.

En cas de pluie, rendez-vous à 15h00.

 

Le Centre de formation professionnelle de l'information brillera de mille feux ce samedi 7 janvier 2007, et pour cause : il y aura la sortie de ses premiers cadres, conseillers en sciences et techniques de l'information et de la communication (10 journalistes et 10 techniciens) entièrement formés dans ses murs. 47 assistants et 10 agents feront également leur entrée dans la vie active à cette occasion. Ce sera la première fois que ce centre mettra autant d'agents à la disposition des organes de presse du Burkina et du Bénin.

A partir du mercredi 4, le centre fait donc sa toilette pour accueillir la crème de l'information et de la Communication. Des jeux de sociétés, un programme spécial concocté et diffusé sur la Radio du Centre (FM 100.8), qui émettra à titre exceptionnel du 4 au 7 juillet, ainsi qu'un match de football maracana interpromotion et un bal au Festival de la Cité An III permettront au public d'être associé à la joie du CFPI, qui s'est battu pour que ce jour arrive enfin.

Les festivités sont placées sous le haut patronage de Filippe Sawadogo, le tout nouveau ministre  de la Culture, de la Communication et du Tourisme, dont ce pourrait être la première sortie officielle.

 

L’Observateur Paalga du 6 juillet 2007  



06/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres