L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le salut fraternel de Roh Moo-Hyun

Rencontre des présidents coréens

Le salut fraternel de Roh Moo-Hyun

 

Le fait qui a eu lieu hier mardi est inédit pour ne pas être commenté. C’est la première fois, depuis un demi-siècle, qu’un dirigeant de la Corée du Sud «ose» franchir à pied la ligne de démarcation pour se retrouver chez le frère ennemi du Nord. La ligne qui serpente sur 248 kilomètres à la hauteur du 38e parallèle coupe la péninsule en deux parties depuis 1953. Tracée en fonction de la ligne de front lors de la signature de l’armistice en 1953, elle a mis fin à une guerre fratricide. Séparées par une zone démilitarisée, les deux Corée sont théoriquement toujours en guerre et cette zone-tampon concentre encore le plus grand nombre de troupes militaires au monde. Il fait dire que ça n’arrive pas tous les jours, ce pas hautement symbolique effectué par le président sud-coréen Roh Moo-Hyun. Son homologue du Nord n’a pas aussi faut dans la dentelle en matière de qualité d’accueil. Contre toute habitude, il est venu à la rencontre de l’illustre visiteur pour lui offrir l’eau de l’étranger. A une certaine époque, ce geste qu’il faisait à son vice-président serait avilissant et ternirait son image de marque.

Le constat est donc clair : des deux côtés de la frontière, l’on est en train de lâcher du lest. Mais les signes de volonté les plus tangibles viennent du Nord. Et la rencontre de Pyongyang survient alors que le pays de Kim Jong. Il semble visiblement progresser vers la voie de la dénucléarisation, dans le cadre d’un accord international avec six pays (les deux Corée, les Etats-Unis, le Japon, la  Chine et la Russie) signé le 13 février dernier. D’ailleurs, l’oncle Sam est sur le point d’effacer la Corée du Nord de la liste dite de ceux faisant partie de l’Axe du mal. La saison est donc au dégel. Cela nous change de la tension née dans la sous-région après l’annonce en octobre 2006 du premier essai nucléaire qui, selon le «Petit Staline», a été une réussite. A ce propos d’ailleurs une information assez cocasse y a circulé. Il se raconte qu’après cet essai, chez l’ennemi héréditaire, c'est-à-dire le Japon, il y a eu rupture des stocks des préservatifs dans les magasins. Allez-y savoir pourquoi. Seulement, il y en a qui avancent l’hypothèse que l’idée du danger a brutalement réveillé la libido de nos amis nippons.

Lentement mais sûrement, la République démocratique de Corée, Etat le plus fermé du monde, est en train de s’ouvrir à l’extérieur. Et l’ironie du sort veut qu’elle ouvre grandement ses portes à son voisin (la Corée du Nord) qui, apparemment, lui veut toujours du bien, puisqu’il lui envoie de temps en temps de la nourriture. C’est aussi cela la spécificité de ce pays atypique. Le seul au monde à avoir précisé dans le préambule de sa constitution le nom de son président en le qualifiant de président éternel. Quand il a besoin d’une rallonge financière, du pétrole ou de la nourriture, il brandit la menace nucléaire en sonnant l’alerte le long de la frontière qu’il partage avec son plus que demi-frère. Si tout cela n’aboutit pas, c’est la dénucléarisation qui est annoncée. Mais en dehors des frasques de son président à vie amateur de films westerns, disons qu’il faut bien arriver un jour à une réconciliation entre les deux Corée que tout unit : l’Histoire, la culture, la géographie, etc. Seulement, à l’époque des guerres idéologiques, les Occidentaux ont fait la scission pour préserver leurs propres intérêts stratégiques. Mais aujourd’hui, la guerre froide est loin. Il est donc temps de laver le linge sale en famille par une réconciliation. Ce ne sera pas une première dans l’histoire récente de l’humanité. Pendant des années, les deux Allemagne se sont observées en chiens de faïence. Aujourd’hui, elles sont une et indivisible. Il en est de même pour les deux Yémen. Peut-être que ce sera maintenant le tour de ces deux Corée qui ne sont séparées que par une ligne imaginaire appelée «38e parallèle».

 Issa K. Barry

L’Observateur Paalga du 3 octobre 2007



03/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres