L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Le sankarisme ne vient pas à vous avec un couteau entre les dents"

Me Sankara à la presse

"Le sankarisme ne vient pas à vous avec un couteau entre les dents"

 

L'Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNI/MS) a présenté ses voeux à la presse nationale et internationale le samedi 26 janvier dernier à son siège à Ouagadougou. Une occasion pour son président, Me Bénéwendé Sankara, de souhaiter que la classe politique dirigeante accède aux voeux de la corporation sur les conditions de vie et de travail des journalistes.

 

Un seul discours pour cette cérémonie devenue traditionnelle à l'UNIR/MS, celui de Me Bénéwendé Sankara, qui a dit sa fierté d'avoir inauguré cette initiative et d'avoir été suivi par la classe politique. Et de souhaiter que tout soit mis en oeuvre pour l'adoption du statut des journalistes, la mise en place de la carte professionnelle, l'adoption d'un ordre de journalistes , etc ; toutes choses utiles pour améliorer leurs conditions de vie et de travail. Sans cela, selon le président du parti de l'oeuf, la presse ne pourrait pas jouer son rôle de quatrième pouvoir et serait au service "de clochers et de puissances d'argent frauduleusement acquis".

Dans le parcours récent de la presse, selon Me Sankara, il y a de l'espoir mais aussi des inquiétudes. Seulement, il est important, selon lui, qu'elle puisse rester le baromètre de la vie politique économique et sociale du pays. C'est pourquoi, a-t-il souligné, "sa liberté et son indépendance sont des valeurs sacrées et inviolables". L'UNIR/MS de son côté est fier de sa collaboration avec la presse. Il en est de même de l'audience grandissante de ce parti sur le plan international. Son président, Me Bénéwendé Sankara, dit en avoir été réconforté lors de son séjour récent en Allemagne du 17 au 24 janvier dernier au 14e festival de "Africa Alive". Pour lui, au vu de l'intérêt suscité par leur idéal dans les milieux politiques et intellectuels d'Allemagne, il n'y a pas de doute que le sankarisme a de l'avenir. Et Me Sankara de conclure en réaffirmant aux Burkinabè : "le sankarisme ne vient pas à vous avec un couteau entre les dents et il n'y a pas lieu de se laisser enfermer dans le piège de ceux qui n'ont d'autre arme contre lui que de le présenter en épouvantail."

 

Dayang-ne-Wendé P. SILGA

 

Le Pays du 31 janvier 2008



30/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres