L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le SBM appelle à l'unité des magistrats

Pour la défense de leurs intérêts

Le SBM appelle à l'unité des magistrats

 

Le Syndicat burkinabè des magistrats (SBM) a tenu sa 9e assemblée générale ordinaire le vendredi 30 mai dernier à Ouagadougou. A l'issue des travaux, René Bagoro, reconduit pour 2 ans à la tête de l'organisation, s'est engagé à faire de ce mandat, celui de l'unité d'action de tous les magistrats.

 

S'unir dans l'action ou périr. C'est la formule choc que le secrétaire général du SBM, René Bagoro, a lancé à la clôture de leur AG. Pour lui, les magistrats n'ont plus le choix, qu'ils soient du SBM, du SMB ou du SAMAB. Et d'indiquer qu'il s'engage à provoquer des rencontres avec les autres syndicats "en vue d'une démarche concertée et consensuelle pour l'amélioration des conditions de vie et de travail des magistrats". Mais, les premiers concernés l'entendent-ils de cette oreille ? Pas si sûr. René Bagoro reconnaît d'ailleurs que les défis endogènes s'appellent manque de personnalité de certains magistrats, conduite indélicate de quelques collègues, manque de militantisme ou militantisme de circonstance. La conséquence de tout cela, c'est que la division des magistrats ne peut faire "fléchir la position face aux revendications" a déploré le SG du SBM.

Poursuivant l'analyse, René Bagoro a énuméré les facteurs exogènes qui compliquent la situation. Il s'agit, entre autres, de la remise en cause de certaines libertés, l'illusion de l'indépendance de la justice, les velléités réelles de soumission du juge et le traitement dérisoire des magistrats burkinabè. Concernant ce dernier point, il a révélé que le juge burkinabè perçoit l'indemnité de judicature la plus basse de l'espace UEMOA (son collègue nigérien reçoit quant à lui 200 000 F CFA pour la même indemnité). Au regard de tout cela, René Bagoro arrive à la conclusion que le sort à eux réservé ne peut s'expliquer par le manque de moyens. "C'est plutôt un manque évident de volonté politique entretenu à dessein" s'indigne le SG du SBM et c'est contre cet état de fait que l'ensemble des magistrats doivent s'unir pour agir.

 

Dayeng-ne-Wendé Parfait SILGA

Le Pays du 3 juin 2008



03/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres