L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

«Le sort de Salif ne vous regarde pas» (Blaise à la presse)

Blaise à la presse

«Le sort de Salif ne vous regarde pas»

 

Le mystère sur le départ du ministre d’Etat Salif Diallo reste pour l’instant entier. Hier en effet, au cours de la rentrée gouvernementale, cette question qui était sur toutes les lèvres ne trouvera pas de réponse, même de la bouche du saint des saints. Comme d’habitude, la langue de bois et les propos politiquement corrects ont prévalu. D’ailleurs, comme réponse au prochain point de chute du désormais ancien ministre d’Etat, Blaise Compaoré a lancé, dans le sourire, cette phrase aux journalistes : «Ça…ça ne vous concerne pas». 

 

Décidément, le ministre de la Communication, Philippe Sawadogo, n’aura pas fini d’étonner les journalistes. Pendant que ces derniers l’attendaient de pied ferme pour lui poser l’incontournable question du remaniement et le cas Salif Diallo, il commença en ces termes sans qu’un seul scribouillard n’ait ouvert la bouche : «Je vous remercie pour votre contribution à la SNC. La SNC se porte bien. Ce matin, je viens d’avoir toutes les informations. Vraiment merci pour le soutien à cette SNC. Merci… Merci». Ambiance… «Monsieur le ministre, nous ne sommes pas là aujourd’hui pour parler de la SNC…», ont réagi en chœur les hommes de presse. Mais voilà cet interlocuteur, chargé de la Communication au gouvernement, parti déjà pour gravir deux à deux les marches de l’escalier afin de rejoindre ses collègues en laissant à leurs chers micros les observateurs de cette scène cocasse.

A cette rentrée gouvernementale, en plus des interrogations sur le départ de l’enfant terrible du Yatenga, les principaux points d’attraction de la journée ont surtout porté sur la nouvelle venue du gouvernement, Cécile Baloum, et ceux qui ont changé de poste (Les ministres Laurent Sedogo et Salifou Sawadogo). Naturellement, tous se sont confondus en remerciements éternels pour le Premier ministre et le Président du Faso. Tertius Zongo s’est plutôt focalisé sur les fondements d’un remaniement en ces termes : "un souci de collégialité et un souci d’aller vers le long terme".  Enfin, pas grand-chose à se mettre sous la dent. L’hôte du jour, quant à lui, a salué l’action de son ex-ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques qui, a-t-il précisé, a été à la tête de plusieurs départements ministériels. «Je pense qu’il a encore l’ambition de continuer à agir pour les objectifs que nous nous sommes fixés pour ce quinquennat». Et un auditeur de demander : «Apparemment, à vous entendre, ce n’est pas une sanction. Quel sera donc son nouveau point de chute ?». En guise d’au revoir et en riant, le premier des Burkinabè a répondu : «Ça, ça ne vous concerne pas !».

Issa K. Barry

L’Observateur Paalga du 26 mars 2008



26/03/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres