L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les nouveaux prix préoccupent à Pâ et à Béréba

Les nouveaux prix préoccupent

à Pâ et à Béréba

 

Dans le cadre des 25es fora, des équipes de la SOFITEX ont échangé avec les producteurs de la région cotonnière de Houndé, notamment ceux de Pâ et de Béréba respectivement les 15 et 18 mai 2007. Dans ces deux localités, la hausse du prix des intrants au centre des débats.

 

C’est un sentiment de désarroi doublé d’impuissance qui anime les producteurs de coton du département de Pâ dans la zone cotonnière des Balé. En tout cas, les nouveaux prix d’achat plancher du coton graine portés à la connaissance des producteurs leur ont fait l’effet d’une douche froide et viennent s’ajouter au découragement dû au retard de paiement du coton. On comprend alors toutes les difficultés de l’équipe technique conduite par Djibril Konaté pour faire passer la «pilule». Il a donc fallu de la sagesse et de l’expérience communicationnelle pour arriver à rassurer les cotonculteurs. C’est un langage de vérité et sincère que les agents de la SOFITEX ont tenu devant les producteurs ce 14 mai. «Le ciel du coton international n’a jamais été aussi  brumeux», a laissé entendre Djibril Konaté. Selon lui, la parité euro-dollar, la flambée du cours mondial du baril de pétrole ont amené les acteurs du coton à opérer un réaménagement des prix. Ce sont ces prix qui ont été proposés aux cotonculteurs. «Des prix réalistes, à la logique du marché», a-t-il affirmé. Aussi,le prix d’achat au kilogramme du coton graine passe-t-il de 165 F CFA pour la campagne 2006-2007 à 145 F CFA en 2007 pour le premier choix et à 120 F CFA pour le deuxième choix. Dans la même foulée, le prix des engrais (NPK et urée) connaît une hausse significative pendant que celui appliqué aux semences a sensiblement augmenté. En dépit de ce nouveau contexte, le temps n’est pas à baisser les bras, a précisé l’équipe technique qui a, par ailleurs, exhorté les producteurs de Pâ à rationaliser les dépenses et à mieux rentabiliser leur production par l’utilisation de la fumure organique et en suivant scrupuleusement les conseils des agents encadreurs. Il s’agit aussi de semer à temps, d’utiliser l’engrais à bon escient et les pesticides à bonne dose. Les débats à Pâ ont été particulièrement passionnants mais empreints de courtoisie. Chaque partie a dit ce qu’elle avait sur le cœur. A la fin de la rencontre, un optimisme se dégageait : voir ensemble et plus loin et partager les contre-coups de la crise.
A Béréba, les échanges entre la SOFITEX et les producteurs se sont déroulés dans un calme olympien. Le chef de la région cotonnière de Houndé, Arsène Somda a, dans un langage clair et courtois, expliqué aux producteurs les dures réalités que traverse le marché du coton actuellement. De la subvention des producteurs américains à la hausse du prix de l’essence en passant par la chute du cours du dollar américain, les producteurs ont reçu toutes les informations justifiant les difficultés que rencontre leur filière. Celles-ci se manifestent, pour la campagne en cours, par la baisse du prix d’achat du kilogramme du coton graine qui passe de 165 F CFA à 145 F CFA et l’augmentation du prix des intrants (semences, engrais et pesticides). Mais pour M. Somda, cette «période noire» ne doit pas être source de découragement pour les producteurs. Il les a invités à mettre l’accent sur la rentabilité (produire au moins une tonne à l’hectare), l’utilisation de la fumure organique et une utilisation efficiente des engrais et des pesticides.

Il faut noter que pour la campagne écoulée, la production cotonnière de Béréba n’a pas atteint les résultats escomptés. En effet, sur une prévision de 8000 tonnes, les producteurs n’ont pu avoir que 6500 tonnes. M. Somda a justifié cette situation par un problème de pluviométrie enregistré dans la zone. Pour les paiements, selon la SOFITEX, seulement quelques GPC n’ont pas encore reçu leur argent. «Mais cela se règlera dans les tout prochains jours», a déclaré M. Somda. En ce qui concerne les prévisions, l’ensemble des acteurs de la filière coton de la région (SOFITEX et producteurs) comptent sur une production d’au moins 95000 tonnes «même si nous allons peut-être assister à une réduction des superficies compte tenu du contexte actuel», a souligné le chef de région. Enfin il exhorté les producteurs à travailler davantage en attendant des «lendemains meilleurs».

Clarisse HEMA
Frédéric OUEDRAOGO

Sidwaya du 22 mai 2007



23/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres