L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Les urnes ne peuvent rien changer au Faso"

Alliance des démocrates révolutionnaires

"Les urnes ne peuvent rien changer au Faso"

 

 

Les législatives sont terminées. La quatrième législature est installée. L'Alliance des démocrates révolutionnaires (ADR) a fait le bilan de ce scrutin le 12 juin dernier à la Maison des jeunes et de la culture de Ouaga (MJCO). Pour ce parti, la fraude et l'attitude de la CENI ont fait que le scrutin est un vote trompe-l'œil.

 

On se serait cru à la période révolutionnaire : les premiers responsables de l'ADR avaient disposé autour du praesidium des portraits de Sankara, de Lénine..., des banderoles bien visibles, ce jour-là avec des écriteaux vouant l'impérialisme aux gémonies.

L'ADR a condamné la CENI et le Conseil constitutionnel, qui ont avalisé "la mascarade électorale" du 6 mai dernier. "Le camp des réactionnaires" a fraudé, et l'expérience vécue par l'ADR montre que le pays va vers sa "désintégration".

Pour l'ADR, la fraude peut être prouvée par quatre éléments :

- "s'il y avait la démocratie, les acteurs du système devraient être libres et pouvoir dénoncer les cas avérés d'irrégularités sans craindre de perdre leurs postes...;

- "la fraude en elle-même est une preuve de la reconnaissance de son échec. Dans le cas d'espèce, le régime en place est un pouvoir déliquescent qui cherche à tout prix à se maintenir" ;

- "les méthodes et les moyens utilisés montrent bien que les dirigeants n'ont aucun souci de l'avenir du pays";

- enfin "le budget alloué à la CENI pour l'organisation des élections est tellement élevé qu'il est inadmissible que l'opération soit émaillée de fraudes".

L'ADR cite également les voix en trop,  40 000 dans le Houet, 10 000 au Kadiogo et  6 000 autres dans la Gnagna, qui font que le Conseil constitutionnel aurait dû annuler le scrutin dans ces localités.

C'est pourquoi ce parti, "au regard de tous ces manquements graves qui compromettent sérieusement la paix sociale à terme : met en garde le pouvoir contre ses pratiques malsaines ; condamne le procureur général pour son silence injustifié face à ces irrégularités avérées".

En outre, l'ADR fustige les observateurs internationaux, qualifiés de "touristes-explorateurs... qui passent le temps à fredonner le fameux air du tout s'est passé dans la transparence et l'équité" ; exige que la CENI assume ses responsabilités dans l'organisation des élections en y mettant tout le sérieux.

L'ADR est-elle révolutionnaire ? sankariste ?

Réponse des conférenciers : "Le sankarisme n'est pas une idéologie, Sankara était un humaniste, et des gens se sont inspirés de lui... ; nous ne revendiquons pas cette étiquette, nous sommes des révolutionnaires".

Pourquoi l'ADR n'a-t-elle pas fait alliance avec d'autres partis ? "L'ADR est déjà une alliance, et nous nous méfions des alliances contre nature, nous n'allons pas nous allier à des partis qui ont montré  des faiblesses, nous ne voulons pas partager les péchés de quelqu'un.

L'Assise de l'ADR au Burkina Faso" ?

Selon ses premiers responsables, le parti est implanté dans le Ziro, où la commune de Bougnounou est dirigée par Séni Boucoulou, président de l'ADR du Kadiogo et du Boulkiemdé.

En dernière analyse, l'ADR se demande : "Si on ne peut  changer  les choses par les urnes au Burkina, par quelle voie doit-on le faire alors ?"

 

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 14 juin 2007



14/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres