L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Maison du peuple : L'arrière-cour, un repaire de malfrats

SOS

Maison du peuple

L'arrière-cour, un repaire de malfrats

 

La Maison du peuple, jadis havre de paix, de culture, de divertissement par excellence est de nos jours un véritable repaire de malfrats de tout bord, du moins son arrière-cour.

C'est connu de tous qu'en ces endroits se côtoient voleurs, toxicomanes et autres mauvais garçons que compte la capitale. Et toutes les fois qu'un délinquant est poursuivi, c'est là-bas qu'il se refugie en sachant qu'il n'en sera pas délogé, surtout lorsque c'est de nuit.

Les forces de l'ordre sont au parfum de la situation, mais elles n'agissent  que rarement, si fait que ces malfrats ne s'en inquiètent point et procèdent au partage de leurs butins en ces lieux.

Les autorités devraient veiller à mettre de l'ordre, car il n'est pas rare que ces marginaux de la société, sous l'emprise des toxines, agressent ceux qui empruntent la voie située au côté nord du mur d'enceinte de la Maison du peuple.

 

 

Alerte !

Des bêtes au cimetière de Gounghin

 

Combien de fois avons-nous déploré l'état de délaissement de nos cimetières ? Aussi, nous n'avons  cessé d'interpeller l'autorité communale, depuis la nuit des temps, sur la question. Et nous n'avions pas tort avec ce qui se passe, par exemple, au cimetière de Gounghin.

Non seulement, certains riverains ne se gênaient pas d'y déverser leurs ordures ménagères, mais il s'en trouve de nos jours qui utilisent les croix et autres écriteaux fixés sur les tombes pour attacher qui un âne, qui un mouton. C'est inconcevable ! On sait par ailleurs que la commune de Ouagadougou s'organise pour l'entretien des cimetières.

Il faut maintenant attendre de voir Simon et ses hommes au pied du mur, surtout que les choses ne sont pas prévues pour demain. Mais si les choses étaient effectives, beaucoup de citoyens diraient ouf, eux dont les caveaux (au cimetière municipal) des parents constituent de nos jours des repaires de voleurs et  toxicomanes.

 

 

Feed-back

 

Il y a plusieurs mois, nous lançions un SOS à propos de la voie située du côté ouest du lycée de la Ste Famille sise à Pissy (secteur 17).

En effet, les lieux avaient été transformés en un grand dépotoir où l'on jetait tout. On a même eu l'occasion, un matin, de constater qu'un âne mort y avait été déposé nuitamment. On imagine aisément le calvaire vécu par les riverains, lorsque les charognards s'acharnaient sur la carcasse.

Mais tout cela semble être du passé, car l'autorité communale s'est penchée sur la question en enlevant en un premier temps les tas d'immondices qui s'y trouvaient, avant d'implanter un panneau d'interdiction de dépôt d'ordures.

Celui-ci semble être respecté, car le coin est propre jusque-là. On sait aussi qu'en pareille circonstance, certains riverains sont responsabilisés, afin que la décision soit respectée. Et comme la ruelle en question doit être bitumée, il ne reste plus qu'à souhaiter le début des travaux, avant le retour des mauvaises habitudes.

 

 

A la BNSP

 

Au cours de la semaine du 14 au 20 mai 2007, la première compagnie de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP) a effectué 112 interventions pour porter secours à 147 victimes d'accidents de la circulation. On n'a déploré aucun décès.

Dans les détails, que retient-on ?

9 cyclomotoristes ont cogné des animaux et 3 autres des charrettes. 20 citoyens sont tombés tout seuls de leur monture et il y a eu 52 victimes d'accrochages entre propriétaires d'engins à deux roues.

Un véhicule s'est renversé, blessant quatre de ses occupants.

Outre les accidents de la route, les soldats ont eu 95 autres sorties pour secourir 66 victimes.

C'est ainsi que 3 femmes en travail ont été conduites vers des maternités.

26 individus pris de malaises ont bénéficié des services de la BNSP, malheureusement, on déplore 2 décès.

17 évacuations sanitaires sont mentionnées dans les statistiques. 20 blessés ont pu rejoindre des centres de soins, mais 2 d'entre eux ont succombé.

La Brigade a reçu 5 coups de fil fictifs émanant sûrement de plaisantins.

Par contre, 15 autres alertes se sont avérées motivées. C'est la saison des pluies et il faut au maximum éviter de traverser les flaques d'eau quand on ne connaît pas le terrain. Nous le disons, car un homme s'est retrouvé au fond d'un puits et n'a dû son salut qu'avec l'arrivée des pompiers.

 

Dans nos maternités

 

Les nouvelles ne sont pas vraiment bonnes au sein de nos maternités pour la période du 14 au 20 mai 2007.

A Pogbi, il y a eu 16 enfants de sexe masculin et autant de l'autre. On y a déploré 4 avortements.

La structure sanitaire de Gounghin située au secteur 8 a inscrit la venue au monde de 24 garçonnets et 19 fillettes. Des totaux qui auraient pu être plus importants si l'on n'avait pas déploré 2 morts-nés et autant d'avortements.

Du côté du corps médical, on estime que les problèmes rencontrés par les femmes (avortements, mort-nés) sont en partie dus à la canicule qui nous frappe actuellement.

 

L’Observateur Paalga du 22 mai 2007



22/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres