L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Méningite au Burkina Faso

Méningite au Burkina Faso

Le ministère de la Santé attend encore 2 275 000 doses de vaccin

La situation préoccupante de la méningite au Burkina Faso où 801 décès ont été enregistrés a amené le ministre de la Santé, Alain Yoda et ses collaborateurs à animer une conférence de presse, le 24 mars 2007 à Kaya.

 

“Depuis le début de l’année 2007 jusqu’au 18 mars, le nombre de cas suspects de méningite notifiés par l’ensemble des structures de santé” au Burkina Faso est de 10 796, parmi lesquels nous déplorons 801 décès, soit un taux de létalité de 7,4 %, inférieur à 10 %, le seuil de létalité en-dessous duquel les mesures de prise en charge sont jugées efficaces par l’OMS”. Telle est la situation de la méningite au Burkina Faso, présentée par le ministre de la Santé, Alain Yoda aux journalistes, le 24 mars 2007 à Kaya au cours d’une conférence de presse.


Selon Alain Yoda, sur les 55 districts sanitaires que compte le pays des hommes intègres, 26 étaient en épidémie de méningite et onze en alerte à la date du 18 mars 2007. L’augmentation des besoins en vaccins et en médicaments a entraîné le réajustement du budget prévisionnel du plan de riposte à la méningite qui est passé à 2 380 351 130 F CFA au lieu de 1 109 950 000 F CFA, a expliqué le ministre de la Santé. Il a affirmé à la presse que les ressources actuellement mobilisées sont estimées à 1 681 248 830 F CFA dont 726 301 190 F CFA par le budget de l’Etat et 954 947 640 F CFA par les partenaires techniques et financiers.


“A ce jour, le besoin de financement est estimé à 699 102 300 F CFA F CFA. Nous avons déjà utilisé 2 630 000 doses de vaccins sur le terrain et nous attendons 2 275 000 doses pour couvrir le reste des districts en épidémie”, a confié Alain Yoda.

 

Aux questions de savoir si les partenaires techniques et financiers veulent le soutenir, et s’il est sûr que les besoins en attente seront satisfaits ? Le ministre de la Santé est rassurant : “Je peux vous assurer que les fonds rentreront et tous les districts en épidémie seront vaccinés”.

“Nous maîtrisons la situation”

La situation de la méningite est-elle sous contrôle ? A cette question de la presse, le ministre de la Santé et ses techniciens ont répondu par l’affirmative. “La situation est sous contrôle. Nous savons de quelle souche il s’agit (méningocoque du sérogroupe A). Nous savons quel vaccin le soigne (l’antiméningococcique A+C). Et nous avons pu déterminer le groupe cible qui est plus sensible à la souche (de 2 à 30 ans)”.

Pourquoi attendre à chaque fois que la méningite tue avant de réagir ? Le ministre de la Santé a souligné qu’il existe douze (12) souches de méningite. Selon lui, avant de commencer à vacciner, il faut toujours identifier la souche afin d’éviter les dépenses inutiles et les pertes de temps. Au cas contraire, a-t-il ajouté, “il faut vacciner toute la population contre les douze souches à la fois pour être sûr. Le budget du pays ne suffira pas à cet effet !”.

En ce qui concerne la limitation du vaccin de 2 à 30 ans, il ressort que c’est la tranche d’âge la plus vulnérable. “Mais il n’est pas interdit à quelqu’un qui a plus de 30 ans de se faire vacciner contre la méningite. Seulement, il doit le faire à ses frais”, a souligné le représentant-résident de l’OMS au Burkina, Baba Moussa.

Pour le moment, Alain Yoda a laissé entendre que des campagnes de vaccination réactive ont été conduites dans les sept districts de Ouargaye, Batié, Titao, Fada, Boulsa, Kombissiri et Saponé, qui ont été entièrement vaccinés. L’opération est également en cours dans les districts de Pissy, Paul VI, Kossodo et du secteur n°30 de Ouagadougou.

“Le grand espoir pour les pays de la ceinture africaine de la méningite, dont le Burkina Faso est la mise au point du vaccin conjuguéantiméningococcique A. Ce vaccin permettra une durée de protection plus longue d’environ dix ans. Il est en expérimentation et sera disponible au plus tard, en 2009”, a confié le ministre de la Santé, Alain Yoda.

Ali Traoré

Sidwaya du 26 mars 2007



26/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres