L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Pèlerinage à Yagma : Les militaires en chœur

Pèlerinage annuel de Yagma

Les militaires en chœur 

 

Le pèlerinage annuel des catholiques de l'archidiocèse de Ouagadougou a eu lieu le 11 février 2007 au sanctuaire marial de Yagma. La particularité de ce grand rendez-vous des chrétiens a été la forte implication des hommes de tenue dans la liturgie et le vibrant appel que Mgr Jean-Marie Compaoré a lancé aux hommes politiques et d'affaires à jouer pleinement leur partition dans la construction et la consolidation de la justice et de la paix au Burkina Faso.

 

Ils ont accouru de la quinzaine de paroisses de l'archidiocèse de Ouagadougou, qui à pied, qui en charrette, à vélo, à moto ou en voiture, pour prendre part à ce pèlerinage qui est devenu un rendez-vous annuel incontournable pour les catholiques.

 

Et comme d'habitude, les pèlerins étaient si nombreux sur les chemins conduisant au sanctuaire marial qu'on avait l'impression que la capitale se vidait de toute sa population.

 

Comme il est de coutume, la prière du chapelet, chantée et récitée, a été l'apéritif que les fidèles se sont servi en attendant la célébration eucharistique.

 

A cette messe célébrée par l'archevêque, Mgr Jean-Marie Compaoré, et concélébrée par plus de 70 prêtres, 239 intentions de prière ont été annoncées.

 

Ce pèlerinage, dont le thème est : "Avec Marie, notre Dame de la Paix, engage-toi pour la Justice et la Paix",  a connu une participation très remarquée de militaires, policiers et forestiers.

 

Ainsi, des monitions et des lectures de textes sacrés ont été assurées par des éléments des forces de défense et de sécurité. Il en a aussi été de même pour la procession de la Parole. Sur un rythme de musique militaire, les hommes de tenue ont apporté la Bible d'où ont été tirés les textes liturgiques du jour :

- la première lecture, Jérémie 17, 6-8 ;

- la deuxième lecture, 1 Corinthien 15, 12. 16-20 ;

- l'évangile, Luc 6, 17. 20-26.

 

Dans une homélie d'une vingtaine de minutes, Mgr Compaoré s'est réjoui de ce que ce pèlerinage coïncide avec la fête de Notre Dame de Lourdes. Il a alors souhaité que "La Vierge nous soit favorable comme elle l'est à Lourdes". Temps de grâces et signe de Dieu, le pèlerinage est, selon lui, un moment fort où "loin des bruits de notre vie quotidienne, nous nous rendons disponibles et disposés à écouter le Seigneur qui nous parle".

 

Après une explication des textes liturgiques, le prêcheur s'est fait concret en recentrant ses propos sur le thème de ce rassemblement. Il a annoncé le lancement de la Commission diocésaine justice et paix et la mise en place très prochaine  de la même commission à l'échelle des paroisses. A terme, on aboutira à l'élaboration d'une stratégie diocésaine de construction et de consolidation de la justice et de la paix.

 

L'archevêque, qui constate l'effervescence dans la classe politique à cause de la proximité des législatives, s'est fait le devoir d'interpeller les politiques. Il les a appelés à avoir présent à l'esprit les nobles objectifs de la vraie politique : la recherche et la promotion du bien commun.

 

"Il ne faut pas que l'homme ou la femme politique chrétiens se fasse élire s'il n'a en tête qu'aller grossir le nombre des élus qui, insensibles au sort des masses populaires, se mettent en place pour s'enrichir en détournant les sommes régulièrement annoncées et destinées à la lutte contre la pauvreté".

 

L'évêque a aussi eu un mot à l'endroit des commerçants, hommes d'affaires, opérateurs économiques et salariés chrétiens. Il les a invités à prendre toute leur place dans la famille chrétienne. "Vous avez le devoir de soutenir vos frères et sœurs en participant effectivement et efficacement à l'organisation de l'aide des communautés chrétiennes de base".

 

En fait, c'est une invitation à eux faite dans le but de prendre le relais des Eglises d'Occident qui nous apportent des soutiens multiformes. Il a précisé qu'on ne donne pas parce qu'"on a, mais parce qu'on aime. C'est à l'amour de vos frères et sœurs baptisés que je vous interpelle".

 

Pour l'aumônier militaire, l'abbé Paul Dakissaga, cette forte participation des bidasses, après les événements malheureux des 20 et 21 décembre 2006 (les affrontements entre militaires et policiers), est la preuve que "le militaire ne fait pas que tirer, mais qu'il prie aussi". Il a alors invité tous les chrétiens à prendre part aux activités de la paroisse militaire, car "quand ça ne va pas chez les militaires, ça ne va pas aussi chez les civils".

 

Mais en fait, cette forte implication des militaires par la célébration du jubilé d'argent de la paroisse militaire St-Sébastien de Gounghin.

 

A la fin de la messe, une séance  d'adoration du Saint-Sacrement a immédiatement eu lieu.

 

Une quête pour la finition de l'église de Yagma a été faite. Cet édifice est en construction depuis 30 ans, et on espère l'inaugurer en 2008. Seul problème, il manque encore plus de 260 millions FCFA dans la caisse. Au bout du compte, cette église aura coûté plus de 500 millions de nos francs.

 

San Evariste Barro



11/02/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres