L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Pitié pour les cabines publiques

Les Figas du jour du 9/10/2007

 

Vu !!!

Pitié pour les cabines publiques

 

Dans une société, quand l'incivisme et la délinquance prennent le pas sur les valeurs morales, il va s'en dire que le développement est mis à rude épreuve. Cela résume parfaitement le sort que subissent les cabines téléphoniques publiques que l'ONATEL a installées aux abords des grandes artères de la capitale.

Elles devraient servir à soulager un tant soit peu les besoins de communication des Ouagavillois. Mais voilà qu'aussitôt qu'elles ont été installées, des personnes  sans foi ni loi, ont vite fait d'aller extraire les téléphones de leur cabine pour leur propre compte. Il n'y a qu'à faire le détour vers l'Archevêché et la Sorbetière à Zogona.

C'est d'ailleurs le même cas un peu partout (voir photo).

C'est quand même triste que certains s'efforcent à moderniser Ouaga et que d'autres n'aient idée que de détruire.

Mais entre nous, et avec tous les maux que connaît notre société, peut-on penser qu'on peut fixer des cabines téléphoniques de la sorte sans un minimum de protection et de sécurité ? A l'avenir, il faudra revoir leur mode d'installation.

 

 

Fait divers

 

Circulation routière à Ouahigouya

 Le non-respect des feux n'est pas le seul danger

 

Les occupants des abords de l'avenue de Mopti à Ouahigouya ont été témoins d'un accident peu ordinaire dans la matinée du mardi 02 octobre 2007. Il ne s'agit pas d'une collision entre engins, mais plutôt d'un coup de coude asséné par un agent de la police municipale à un usager de ladite avenue.

Des témoignages concordants nous ont laissé entendre que tout est parti d'un conducteur qui ne s'est pas arrêté au coup de sifflet de l'agent. Alors, ce dernier, d'un coup de coude, a projeté  Soumaïla Ouédraogo, 27 ans, à terre, avec son frère  qu'il avait remorqué.

A l'hôpital, où nous avons rendu visite aux victimes, nous avons trouvé Soumaïla profondément endormi et en soins intensifs. Il souffrirait de traumatismes au dos, de douleurs intenses et de nombreuses écorchures à certaines parties du corps. Son frère, lui, est sorti indemne de l'accident. Il nous a d'ailleurs laissé entendre qu'ils ont pourtant respecté le feu tricolore. «Voilà pourquoi nous ne nous sommes pas arrêtés à son coup de sifflet. On ne savait pas que l'agent s'adressait à nous. C'est après que j'ai su que c'était pour contrôler notre immatriculation. Il était pourtant en face de nous».

Un autre spectacle offert par un agent de la même police au secteur 13 de la ville de Naba Kango il y a quelques semaines, a estomaqué des passants : parce qu'un commerçant, sur une mobylette Ninja, n'a pas respecté le panneau de stop en face de la Centrale d'achat des médicaments essentiellement génériques (CAMEG), un policier municipal l'a poursuivi, laissant derrière lui les motos saisies. Certains ont profité de l'aubaine pour récupérer leurs engins. Plus tard, on voyait le brave agent ramener le contrevenant  menottes aux poignets. 

On se rappelle que l'année dernière, un incident similaire a provoqué le courroux des gens installés aux abords du grand marché, qui voulaient en finir avec la police municipale. Notre photographe, présent sur les lieux, ayant voulu faire des photos, a passé quelques heures dans les locaux de la police. Finalement, sa pellicule a été retirée.

Une autre fois, une fille, qui n'a pas respecté un panneau de stop, a été poursuivie et jetée par terre. Sérieusement blessée et emmenée à l'hôpital, elle n'a eu le salut que grâce aux bons soins des chirurgiens du CHR de Ouahigouya.

 

 

 

A la BNSP

Morte électrocutée

 

Au cours de la semaine du 1er au 7 octobre 2007, la première compagnie de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP) a enregistré un total de 152 interventions pour porter secours à 158 victimes, l'on a déploré deux décès.

C'est ainsi qu'un piéton fauché par une automobile dans le département de Laye est mort.

Une jeune fille qui balayait, semble-t-il, une cour est morte électrocutée. Le drame est survenu au niveau des maisons d'habitations situées dans l'enceinte du camp Général Sangoulé-Lamizana.

Avec ce problème, nous revenons sur ce que nous n'avons eu de cesse de dire, il faut toujours se méfier des fils électriques qui traînent dans l'eau et surtout prendre toutes les précautions lorsqu'il s'agit d'électricité.

Les hommes de la Brigade ont aussi procédé à 19 évacuations sanitaires, transporté 17 personnes prises de malaises et conduit 3 femmes en travail au sein de maternités.

6 incendies, n'ayant fait aucune victime, ont pu être circonscrits. Dans le registre des accidents de la circulation, on peut lire que :

- 23 cyclomotoristes ont été renversés par des automobilistes ;

- 45 proprios d'engins à deux roues ont eu des accrochages ;

- 21 citoyens circulant sur des mobylettes sont tombés tout seuls, ce qui nous a rappelé ce que nous confiait une fois un pompier, à savoir que ce sont là des scènes habituelles de fin de mois ;

- un animal a été à l'origine des blessures d'un individu, qui a dû attendre les secours pour pouvoir de rejoindre un centre de soins.

 

 

Dans nos maternités

Un garçonnet de 850 grs à Gounghin

 

Nos statistiques relatives à nos maternités sont bien maigres pour cette période du 1er au 7 octobre 2007.

En effet, nous ne disposons que des données de l'une des structures sanitaires de "Gounghin". Il s'agit du secteur 8, qui a enregistré les naissances de 47 mômes dont 22 garçonnets. On a déploré 3 mort-nés et 1 avortement.

La fourchette des poids à la naissance varie de 850 grs à 3 kg 520, tous les deux sont du sexe masculin.

 

 

L’Observateur Paalga du 9 octobre 2007



09/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres