L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Police de proximité pour une zone rouge

Commissaire Paul Sondo, DR de l’Est

Police de proximité pour une zone rouge

 

La région de l’Est reste une zone de turbulence pour nombre de personnes, les voyageurs notamment. Des actes criminels répréhensibles à tout point de vue y sont constamment perpétrés, au grand dam des forces de sécurité.

En marge de la cérémonie de remise de matériel informatique à la Direction régionale de la police nationale (DRPN) de l’Est par la société LUDIC LYDIA S.A., le jeudi 28 février 2008, nous nous sommes entretenu avec le commissaire Paul Sondo. Il a été question dans cet entretien avec le DRPN de l’Est, de lutte contre le grand banditisme dans sa région, taxée à tort ou à raison de «zone rouge».

 

Vous êtes le Directeur régional de la police nationale de l’Est actuellement, après avoir occupé le poste de commissaire central de Ouagadougou ; comment s’est opérée la mutation ?

 

Par suite du Conseil des ministres du 21 novembre 2007, j’ai été nommé directeur régional de la police  nationale de l’Est et j’ai pris fonction le 12 décembre suivant. Tout changement a sa mélancolie, mais j’avoue que je n’ai pas eu de difficultés particulières parce que déjà sur le terrain, les services paramilitaires, de la Gendarmerie, de l’Armée sur qui je suis allé m’appuyer m’ont été d’un accueil exceptionnel. Je n’ai pas eu de difficultés à m’adapter, et grâce à leur éclairage et à leur conduite, progressivement j’ai pu prendre le train du travail. C’est le lieu de saluer la disponibilité des différents responsables de la Gendarmerie, de l’Armée qui m’ont accueilli et qui m’ont vite mis au pas.

 

Quelles sont les zones sous votre compétence et leurs spécificités propres ?

 

La Direction régionale de la police de l’Est couvre cinq provinces. Il y a les Directions provinciales de la Gnagna, du Gourma, de la Komandjari, de la Kompienga et de la Tapoa. La région de l’Est est l’une des plus grandes du point de vue de la superficie.

 

Cette région est appelée à tort ou à raison «la zone rouge», en ce qui concerne le grand banditisme. A ce jour, quel est l’état des lieux ?

 

Je n’ai que trois mois de service à mon poste. De ce fait, je ne peux pas vous faire un bilan sur l’état tendanciel de la criminalité dans la région. Un tel état aurait été plus objectif s’il est fait par toutes les forces qui s’impliquent dans la lutte contre l’insécurité. Pour moi tout seul, ce serait hasardeux après trois mois seulement de faire une comparaison au regard des chiffres que j’ai vus dans les archives. D'après ce que j’ai entendu des hautes autorités des services de sécurité que j’ai déjà rencontrées, il y aurait eu une baisse tendancielle de la criminalité. Je ne pourrais me prononcer très clairement sur cela qu’après une petite année de service. Je ne voudrais pas me hasarder à donner une appréciation sur ce sujet.

 

La région de l’Est est l’une des premières où a été installée la Police de proximité. Dans certaines localités, cette Police à peine mise en place, a révélé des insuffisances. Qu’en est-il dans votre circonscription administrative ?

 

Tout concept nouveau a des insuffisances qui ne pourraient se corriger qu’au fur et à mesure qu’on le met en application. L’Est qui a été une zone pilote de la Police de proximité depuis le 26 février 2006 ne déroge pas à cette règle. A chaque fois que nous constatons des insuffisances relatives à la mise en place de cette Police de proximité à l’Est, nous essayons au cours de nos rencontres de partager avec ceux qui vont l’accueillir ou qui l’ont déjà accueillie. Comme toute œuvre humaine est perfectible, nous travaillons à parfaire cela. Lors de la mise en place le 9 janvier 2008 de la Police de proximité des régions du Centre et du Plateau central, à la Maison du peuple, le ministre de la Sécurité a donné un entendement clair des missions des comités locaux de surveillance (CLS). La notion de leurs missions n’était pas bien comprise par tout le monde. Dès lors qu’il y a une confusion, il faut tenter de la lever. Les insuffisances sont propres à toutes les régions où les membres des CLS confondaient souvent leurs rôles. Ils ne savaient pas jusqu’où allaient leurs compétences. Nous travaillons à leur faire comprendre leurs prérogatives, à savoir faire la part des choses afin qu’ils puissent se limiter aux missions de dénonciation, d’information, d’appui aux forces de sécurité sans chercher à se substituer à eux. Tout service demande une structuration et, lentement mais sûrement, nous œuvrons  à instaurer cet esprit-là au sein des CLS. Au niveau de la région de l’Est, on ne peut pas dire que c’est un acquis parce que quand on fait passer un message, il faut attendre les résultats. Il y a la Gendarmerie et la Police nationale qui animent la vie des CLS. Nous tentons à l’Est de faire passer le même message partout.

 

Sur la question de la lutte contre la criminalité, les avis sont partagés. D’aucuns soutiennent que c’est parce qu’il n’y a pas de mesures dissuasives à l’encontre des malfrats que le phénomène du grand banditisme continue d’avoir la peau dure. Etes-vous de cet avis ?

 

Pas totalement d'avis, parce que nous sommes dans une République qui a ses lois. Vous savez que lorsqu’on parle de présomption d’innocence, vous ne pouvez pas sur la base de suspicions ou de preuves insuffisantes inculper des gens. Ce n’est pas notre rôle, mais nous faisons en sorte à faciliter le travail des agents du parquet. Si on interpelle pour interpeller, eux n’ayant pas de preuves ne vont pas prendre de risque de condamner des suspects pour faire simplement plaisir. Ce serait une violation flagrante de la liberté de tous les citoyens. En ce qui concerne la région de l’Est, nous travaillons en symbiose avec les services de la Justice. Nulle part, aucun des responsables n’a relevé une plainte ou une insatisfaction dans la manière de traiter les dossiers. La synergie des efforts des uns et des autres est positivement exceptionnelle. Depuis que je suis, là je n’ai pas noté un acte tendant à prouver une mauvaise volonté de la part de la Justice ou une mauvaise application des textes vis-à-vis de nos missions. L’insécurité s’installe progressivement et elle peut disparaître progressivement aussi. Tant que les gens seront toujours à la recherche de leurs propres intérêts, il y aura forcément l’insécurité. Nous nous activons à faire prévaloir l’instinct de sécurité au sein de la population. On ne peut pas juguler l’insécurité à 100%, mais on peut par contre travailler à cultiver l’instinct de sécurité. C’est l’instinct de sécurité ou d’insécurité qui détermine les activités de développement, qui détermine le bien-être et la vie même des citoyens.

 

Du point de vue des moyens logistiques, des équipements, estimez-vous qu’à l’Est le problème ne se pose pas ?

 

Mêmes les administrations privées réputées les plus riches ont des difficultés et souhaiteraient avoir une amélioration de leurs conditions de travail. La Police n’est pas en reste, mais je pense qu’à l’heure actuelle nos résultats ne sont pas forcément tributaires du problème de moyens. Le minimum nécessaire est mis à notre disposition pour produire des résultats. A Ouagadougou où j’étais, tout comme ici à Fada N’Gourma, je n’ai pas noté de difficultés insurmontables pour cause de moyens. Honnêtement, je n’en ai pas vu. Nous avons beaucoup de services régionaux qui sont installés ici et tout le monde bouge. Les gens aiment mettre en avant le problème de moyens. Moi, je privilégie plutôt la question de volonté. Si on développe la volonté, les moyens viennent en appoint. Il suffit que chacun fasse son travail avec professionnalisme, conviction et patriotisme et on pourra gérer le reste. Le plus souvent, ce n’est pas rechercher le délinquant qui pose problème, c’est la façon de le gérer, de gérer la procédure. J’invite mes collègues à mettre l’accent sur la volonté, à se dire qu’on a une mission et un sacerdoce. Le succès de nos missions est beaucoup plus lié à la bonne  volonté des hommes que des moyens mis à leur disposition. On demande toujours l’amélioration des moyens, mais nous ne sommes pas en deçà du minimum nécessaire pour travailler.

 

Quels conseil ou messages avez-vous pour les populations, les voyageurs surtout ?

 

Notre patron, le ministre de la Sécurité, ne cesse à chaque fois que le micro lui est tendu de répéter les mesures à observer. Il s’agit d’éviter de voyager avec de fortes sommes d’argent ; de relever systématiquement le numéro de série de son portable en composant *, #, 06, # ; de requérir les services des banques et autres institutions financières ; d’informer la Police et la Gendarmerie de tout comportement et va-et-vient suspects. Tous nos commentaires tournent autour de ces messages. Je prends toujours l’exemple lorsque j’ai l’occasion de rencontrer les populations pour parler d’insécurité, du nombre des agents de sécurité par rapport à celui de la population dont ils ont la charge. Un jour, je suis arrivé dans un département de 68 000 habitants avec seulement huit policiers. C’est insuffisant. Les huit policiers peuvent juguler l’insécurité, mais puisque c’est celui qui dort dans la maison qui connaît les parties où ça suinte, c’est à la population de toujours signaler les endroits où il y a des problèmes d’insécurité. Cette insécurité est d’abord un problème des populations elles-mêmes avant d’être celui du policier qui n’est pas toujours au courant de l’état dans lequel ces populations vivent. Il faut que les gens comprennent que les forces de sécurité sont là pour les aider à vivre dans la quiétude. C’est à eux de montrer là où il n’y a pas de paix. L’élément de sécurité n’est ni un super-homme ni un extra-terrestre qui peut imaginer où ça ne va pas. Si les gens continuent de couvrir les délinquants qui habitent chez eux, à intervenir régulièrement pour libérer des malfrats grâce à leur influence économique, sociale… ils lutteront toujours contre leur propre sécurité. Il faut que chacun joue son rôle. On peut, à partir de la dénonciation, travailler à ramener les fautifs dans les rangs. Aujourd’hui, il y a des gens qui entrent dans la délinquance parce que l’environnement leur est favorable. Ils y en a qui y entrent parce qu’il sont influencés par un environnement criminogène. Il y a aussi ceux qui entrent dans la délinquance parce qu’ils l'ont choisie. Un travail très profond qui est mené pour extraire des individus des deux premiers groupes permettra le départ du cercle de deux personnes sur trois. Il faut donc composer avec toutes les couches sociales, avec tout le monde. Chacun doit s’impliquer dans cette importante tâche. Pour ceux qui s’obstinent à ne pas quitter le cercle, on aura une autre manière de les combattre.

 

Qu’avez-vous à ajouter pour clore cet entretien ?

 

Ce matin (nous étions le jeudi 28 février 2008), vous êtes-là à l’occasion de la remise de matériel informatique qu’une bonne volonté à bien voulu mettre à notre disposition. C’est sa  manière de lutter contre l’insécurité. Le concept de la Police de proximité, qui invite la population à s’impliquer dans la sécurisation de la cité passe par plusieurs manières. La personne qui nous dote en ordinateurs a choisi la sienne. Elle nous met à la mode des réalités quant à la recherche de l’efficacité de nos missions, à la lisibilité de nos procédures, à la facilité de nous connecter, d’être à jour par rapport aux informations au niveau mondial. On n’a plus besoin de transporter de gros documents dans son sac. Je ne fais pas de la mendicité pour la Police, mais si les uns et les autres peuvent prendre son exemple, ce serait un plus. J’invite toutes les couches socioprofessionnelles, politiques… à ne pas laisser la question de la sécurité dans les seules mains des forces de sécurité. Quand la population prend en main sa propre sécurité, le reste va de soi. Nous devons être jaloux du concept de la Police de proximité. Tout le monde doit se l’approprier.

 

Interview réalisée par :

D. Evariste Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 5 mars 2008



05/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres