L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Premier jour de grève : Le mot d'ordre suivi à Ouaga

Premier jour de grève

Le mot d'ordre suivi à Ouaga

 

A l'appel des centrales syndicales et des syndicats autonomes, les travailleurs du Burkina observent les 8 et 9 avril 2008 une grève suite à la non-satisfaction de leur plate-forme revendicative par le gouvernement. Pour le moment, le moins qu'on puisse dire, c'est que le mot d'ordre de grève est bien suivi au sein des services étatiques.

 

Campus mort, amphithéâtres fermés, parkings vides, c'est le constat qu'on pouvait faire hier dans la matinée à l'Université de Ouagadougou. De même, le Lycée Philippe Zinda Kaboré était presque désert. Les travailleurs, les élèves et les étudiants ont répondu à l'appel des syndicats qui ont décrété une grève de 48 heures les 8 et 9 avril 2008.

Lorsque nous nous sommes rendus à l'université autour de 9 h, rares étaient les étudiants qui se trouvaient encore devant les amphis fermés. Certains restaient quand même là, assis sur les marches des escaliers, à discuter entre copains. L'administration faisait juste le service minimum. Au lycée Philippe Zinda Kaboré, il était difficile de rencontrer un enseignant dans la cour.

Une équipe du Syndicat des travailleurs de la santé (SYNTSHA), dirigée par Youssouf Ouédraogo, et qui a fait le tour des différents services de l'hôpital Yalgado, nous a également confié que le mot d'ordre de grève y a été effectivement respecté. Youssouf Ouédraogo : "On est satisfait, le mot d'ordre a été largement suivi par les militants. Quand on rentre dans les services, on se rend compte que, même s'il y a du personnel, ce sont des éléments nouveaux (ndlr, des stagiaires, nous a-t-il expliqué). Les services ne fonctionnent pas normalement, notamment le bloc opératoire et les urgences.

Presque tous les services de l'Etat fonctionnaient au ralenti, hier mardi 8 avril 2008. Les couloirs du Trésor public sont restés vides toute la journée, seulement quelques guichets étaient ouverts.

Par contre, la Bourse du travail a été le principal lieu de ralliement des grévistes qui, toute la journée, ont pris la cour d'assaut. Sur les bancs aménagés sous les arbres ou contre les murs, assis, ou debout quelque part dans la cour, ils devisaient tranquillement entre camarades, réconfortés par la présence des responsables de leurs différents syndicats. Les hauts parleurs diffusaient de la musique engagée, notamment le reggae.

 

Lassina Fabrice SANOU

 

Le Pays du 9 avril 2008



08/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres