L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Quand le Burkina se fait hara-kiri

Tournoi olympique de football

Quand le Burkina se fait hara-kiri

 

Après avoir mal interprété les textes régissant le tournoi olympique de football des jeux de Pékin 2008, le Burkina s’est réveillé avec la gueule de bois au lendemain du match aller (phase qualificative) qu’il a livré face au Ghana le 7 février 2007 à Ouagadougou. Un match que les Etalons Espoirs avaient pourtant remporté sur le terrain par le confortable score de 2 buts à 0. Avec une telle avance, nos joueurs avaient en tout cas assez de chance pour rester en selle dans cette compétition.

 

Mais voilà, tout est à refaire. Comme un retour de manivelle, le Burkina, pour s’être entêté à faire jouer deux joueurs pourtant frappés par la limité d’âge, a été déclaré par les instances internationales du football, suite à la réclamation introduite par le Ghana, comme  le perdant du match, sur tapis vert, par le score de 3 buts à 0. Et cela, en respect des textes en vigueur. Le Ghana, qui voulait en plus que le pays des hommes intègres soit purement et simplement disqualifié, n’a pas obtenu en cela gain de cause.

 

Dans toute cette affaire, ce qui est révoltant, c’est cet entêtement des dirigeants de notre football à faire jouer Fousséni Traoré (né le 15 juillet 1984) et Mady Panandétiguiri (né le 22 mars 1984) malgré les “conseils” du commissaire au match pour que les deux joueurs ne jouent pas. Pourtant, le règlement est clair : seuls les joueurs nés à partir du 1er janvier 1985 étaient qualifiés à jouer les matches éliminatoires.

 

De deux choses l’une :  soit notre fédération ignore carrément les textes, ce qui est grave, soit elle les connaît et a tout simplement décidé d’en faire fi !, ce qui est encore plus grave. En effet, on ne fera pas l’injure à l’équipe de Seydou Diakité de dire qu'elle n’a pas en sa possession les règlements en vigueur. Non ! La fédé, on le croit, dispose sans doute de tous les textes, car on ne peut s’engager dans une compétition en en ignorant le règlement.

 

Alors, on est en droit de se demander pourquoi nos dirigeants ont agi de la sorte. Dans cette affaire, le Faso a-t-il le droit de son côté ? Ou faut-il comprendre que la FIFA, le Ghana et le commissaire au match ont ignoré délibérément les textes, les interprétant autrement dans l’unique but de pénaliser le Burkina dans ce tournoi ? Non, personne ne peut croire ça.

 

Il faut l’avouer, nous sommes nous-mêmes, pour ce coup-ci au moins, responsables de notre malheur. Par la faute de la fédé, qui a une curieuse compréhension du règlement, nos joueurs se rendront le 25 mars au Ghana pour le match retour avec un grand handicap de 3 buts à remonter. Dans ces conditions, parvenir à se qualifier relève tout simplement du miracle. Alors ce miracle aura-t-il lieu pour les nôtres ? Pas si sûr. Cependant, attendons de voir.

 

Mais si l’ignorance des textes devenait au finish la seule cause de la fin de notre rêve olympique, alors, il faudrait franchement que la fédé, qui se serait montrée défaillante, prenne ses responsabilités devant le peuple et l’histoire, en  en tirant toutes les conséquences...

 

San Evariste Barro



06/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres