L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Que peut l’instruction civique ?

Que peut l’instruction civique ?

Depuis que la morale agonise au Faso, la parade semble être trouvée pour y faire face. Ce sésame, qui doit tout mettre en ordre, s’appelle l’instruction civique. Revendiquée à hue et à dia et surtout urbi et orbi, les tenants de cette panacée, au regard de la décision d’inclure cette matière au programme, ont gagné une bataille. il ne faudra pas se réjouir trop tôt, ni surtout baisser la garde.

On n’imagine pas que cette instruction civique-là portera des fruits tant que les mêmes causes seront en bonne place dans nos comportements. Tant que les seuls et vrais éducateurs resteront l’école, les médias audio-visuels et la rue. Oui très souvent l’excuse du temps ne permet plus aux parents de voir ce que font leurs enfants.

On préfère se décharger sur l’enseignant, on accuse les enfants du voisinage d’être ceux qui inculquent à nos rejetons les mauvais comportements. On en arrive à oublier que l’enseignant lui-même est le fruit de sa société à laquelle il ne peut se soustraire ni dans l’accumulation des tares, ni dans l’apprentissage des travers. Que peut faire un enseignant le quinze du mois face à un élève qui trimballe dans ses cartables souvent trois fois son salaire ?

Que donnera l’éducation civique quand au sortir d’un cours sur l’habillement la jeune fille à la maison se retrouvera face à une mère vêtue carrément en extra mini ? La formule biblique qui demande de «faire ce que je dis et non ce que je fais» est quasi impossible en matière d’éducation. Ici le premier modèle demeure papa et maman à qui l’enfant s’identifie en tout. Quand vous êtes un accroc de la cigarette, ne soyez pas surpris si l’enfant s’y met. Oui à l’instruction civique, mais que l’exemple vienne déjà de la cellule familiale.

Que ensuite certaines attitudes cessent au nom de la rigueur éducationnelle. Que donc les demandes de mégots, d’essence, de bibine que des enseignants, au nom d’une certaine complicité avec leurs élèves, prennent fin. L’éducation civique ou l’instruction civique telle qu’on l’appelle de tous nos vœux ne saurait résoudre ces disfonctionnements sociaux à elle seule.

Il n’y a pas péril, mais les prémices n’augurent pas de lendemains heureux. On recule dans notre prise avec le quotidien. Le jeu du gain facile est le sport favori auquel se livre «vieille» génération, et «jeune» génération dans un fracas sans égal ni égard. Même s’il ne faut pas désespérer, il y a lieu de confesser que le chemin est parsemé d’embûches qu’il faudra surmonter à tout prix. Le pari d’une société moderne n’exclut pas celui d’une société modèle ancrée dans ce qui compte comme valeur noble et propre à nos us et coutumes.

Jean Philippe TOUGOUMA

Sidwaya du 3 avril 2007



03/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres