L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Reprise des élections municipales : Gounghin à la recherche d'un maire

Reprise des élections municipales

Gounghin à la recherche d'un maire

 

Les électeurs des 43 villages de la commune rurale de Gounghin, dans la province du Kourritenga, ont été de nouveau appelés aux urnes, en même tant que ceux de 3 autres communes, le dimanche 1er juin 2008, dans le cadre de la reprise des élections municipales. Le vote à Gounghin-centre et dans ses villages rattachés s'est déroulé dans le calme, et les résultats provisoires qui en sont sortis font état de 46 conseillers élus pour le compte du CDP, contre 41 pour le PDP/PS.

 

Il est 6 h du matin ce dimanche 1er juin 2008 dans la commune rurale de Gounghin (à ne pas confondre avec le quartier "Gounghin" à Ouaga). C'est un dimanche électoral. L'ambiance est bon enfant. Les 43 bureaux de vote , installés (dans des écoles pour la plupart) au niveau des 43 villages de la commune, ouvrent leurs portent. Au total 12 016 électeurs y sont attendus pour élire 87 conseillers municipaux. Seulement deux partis politiques sont en lice: le Parti pour la démocratie et le progrès/Parti socialiste (PDP/PS), et le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). 172 agents, en raison de 4 par bureau de vote, sont mobilisés pour officier ces élections. A l'entrée de chaque bureau de vote, sont postés au moins 2 agents de sécurité. A l'intérieur, on reconnaît facilement les observateurs délégués par les partis politiques en compétition. Dans la matinée, le président de la Commission électorale communale indépendante a dû faire face à quelques difficultés: un premier coup de fil lui annonce l'absence d'un membre de bureau de vote dans un village. Il ordonna le remplacement aussitôt de cet agent. Quelques minutes plus tard, un autre coup de fil évoque l'absence sur la liste électorale dans un autre village, des noms correspondant à des électeurs ayant "Bagré" comme nom de famille. M. Silga s'y rend et constate qu'il ne s'agissait que d'un saut de page. Les noms sont retrouvés et les électeurs concernés ont pu voter. D'autres petits problèmes liés au matériel électoral ont été soulignés par le président de la CECI. Il s'agit, notamment de l'absence de hangar, ce qui a contraint certains bureaux de vote à siéger sous des arbres. En fin de matinée, M. Silga a dit avoir reçu des coups de fil de certains présidents de bureau de vote qui se sont plaints de la qualité de l'encre de vote qui, selon eux, fait que l'empreinte digitale ne reste pas sur le bulletin de vote...

En dehors de ces quelques petits couacs, qui nous ont été rapportés à la CECI, siégeant à la maison des Jeunes, tout semble très bien se passer sur le terrain. "Tout se passe très bien, et pour le moment, nous n'avons pas de difficulté particulière dans la conduite de l'opération de vote", nous confie, en fin de matinée, Z. Hermann Somda, président du bureau de vote N°1 de Natenga. Même son de cloche chez le président Seydou Tiendrebéogo du bureau de vote N°1 du village de Dakoinsin, à quelque 3 kilomètres de Gounghin-centre. C'est d'ailleurs dans ce même bureau de vote que le président du conseil municipal déchu, Kayaba Ferdinand Sandwidi, a, à 8h 27 précises, introduit son bulletin dans l'urne. Il a dit espérer que cette fois sera la bonne.

Car les élections municipales générales du 23 avril 2006 avaient abouti, à Gounghin, à la mise en place d'un conseil municipal dont le fonctionnement a connu un blocus, "en raison de problèmes politiques", selon les termes de l'ex-maire. (lire encadré). Et conformément à la loi, cette situation a été rapportée par le maire, au ministère de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, qui a finalement décidé de la dissolution du conseil municipal de Gounghin, en même temps que ceux de 3 autres communes rurales. La reprise des élections le 1er juin 2008, visait donc le renouvellement du conseil municipal de Gounghin. Les 21 jours de campagnes électorales qui ont précédé ce vote extraordinaire se sont déroulés sans heurt, à en croire les meneurs de différents partis politiques. L'opération électorale du 1er juin s'est également bien passée. Reste à espérer qu'il en sera de même pour l'élection du maire. En attendant, les résultats provisoires, tels que rendus par la CECI, font état de 46 conseillers pour le CDP, contre 41 pour le PDP/PS.

En rappel, Gounghin est reparti aux urnes dimanche dernier, en même tant que les communes rurales de Bané dans le Boulgou, Youndé dans le Koulpelogo et Nasséré dans le Bam.

 

Paul-Miki ROAMBA

Le Pays du 3 juin 2008

 

Encadré 1:

Résultats provisoires:

Statistiques du vote:

 

Inscrits: 12 016

 

votants: 5 836

 

Taux de participation:

Bulletins nuls: 314

 

Suffrages exprimés: 5 522

 

Répartition par parti:

CDP: 2 933 voix, 46 conseillers

 

PDP/PS: 2 589 voix, 41 conseillers

 

ENCADRE 2

Les 3 sièges controversés de Natenga

 

3 des 87 conseillers municipaux à élire dans la commune rurale de Gounghin devraient siéger à Natenga, le village central. "Ce n'est pas du tout normal", proteste l'ex-maire de Gounghin, qui trouve injuste que l'on attribue jusqu'à 3 sièges de conseillers à ce seul village dont la population, selon lui, est numériquement inférieure à celle de bien d'autres villages de la commune à qui on n'a attribué que deux sièges de conseillers. On ne s'en plaint pas par contre du côté du CDP. Selon le candidat Waongo Henri, le gouvernement a décidé de façon souveraine qu'il fallait 3 sièges à Natenga, et il faut s'en tenir à cela.

 

ENCADRE 3

Pourquoi a-t-on dissous le conseil municipal de Gounghin?

 

Le conseil municipal de la commune rurale de Gounghin, dans la province du Kourittenga, a été dissous par décision du Conseil des ministres en date du 20 février 2008. Cela, suite à un rapport écrit et signé de l'ex-maire, K. Ferdinand Sandwidi, qui a rendu compte au MATD du blocage dans le fonctionnement de son conseil municipal. Les raisons de ce blocage sont diversement évoquées, dans les lignes qui suivent, par des représentants des deux principaux partis politiques, le CDP et le PDP/PS, qui sont repartis, dimanche dernier, à l'assaut des 87 sièges de conseillers dans cette commune rurale qui a ainsi accusé 2 années de retard par rapport à la grande majorité des communes rurales nées des municipales d'avril 2006.



03/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres