L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Reprise ses municipales : Journée électorale à Pô

Municipales partielles de Pô

 

L’ambiance, hier, au pied du Pic Nahouri

 

Les quelque seize mille électeurs de la commune de Pô sont retournés hier aux urnes, pour le renouvellement du conseil municipal dissout le 7 septembre 2006. Au terme de trois semaines de campagne morose, le scrutin s’est déroulé toute la journée dans le calme et même, par endroits, dans le fair-play. Grande affluence devant les bureaux de vote, très tôt le matin. Subsistaient, néanmoins, des inquiétudes de quelques candidats de l’opposition, face à ce qu’ils considèrent comme signe de velléités de manipulations des résultats des votes. Ambiance, hier 18 février 2007 à Pô.

 

Deux candidats rivaux, qui plus est, dans la même circonscription électorale, en train de se taquiner joyeusement, main dans la main. La scène, qui passe pour surréaliste, se déroule devant le bureau de vote N° 1 du secteur 2. « Je suis venu lui annoncer la mort de son parti, plaisante, Joseph Batako, candidat du CDP, s’adressant à son challenger, Gomnioumbou Hassane de l’ADF/RDA. » Puis d’ajouter : « A partir de 18heures ( heure de la fermeture des bureaux de vote) , nous procéderons à l’inhumation .» «  Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué », réplique en s’esclaffant, le candidat du parti de l’éléphant. Bel exemple de leçon de jeu politique.

 

Le secteur 2, zone à risques ?

 

 Mais, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Ailleurs, la compétition se mène à couteaux tirés. C’est le cas notamment au secteur 2, où s’empoignent, le CDP et le PAI. Selon plusieurs leaders politiques de l’opposition et des observateurs indépendants, le parti au pouvoir aurait planifié des troubles aux fins de faire annuler les résultats dans une circonscription qu’il croit perdue d’avance. 

 

« Depuis trois jours, des informations concordantes font état d’une préparation d’incidents dans les deux bureaux de vote du secteur 2 », atteste le candidat du PAI, ex-président du conseil municipal dissout. Eventualité relayée plus tard par le responsable du Mouvement burkinabé pour l’émergence de la justice sociale(MBEJUS), Alexandre P. Ouédraogo, dont l’organisation supervise les présentes élections.

 

« Tout laisse à croire que le secteur 2 est une zone à risques. Nous avons remarqué ce matin des regroupements suspects autour des bureaux de vote. J’ai même attiré l’attention de la sécurité, et nous avons renforcé l’équipe de supervision », explique-t-il.

 

Faut-il lier cela au choix de ce secteur par le président de la Commission électorale nationale indépendante(CENI) Moussa Michel Tapsoba, pour rencontrer la presse nationale et internationale ?

 

Dans l’ensemble et jusqu’à l’heure où nous bouclions la présente édition, le scrutin se déroulait dans le calme, et aucun incident majeur n’avait été officiellement signalé. Les électeurs se sont rendus nombreux très tôt aux urnes pour accomplir leur devoir.

 

Cependant, beaucoup d’entre eux ont rencontré des difficultés dues à la persistance de l’obscurité à cette période de l’année. Situation qui n’est pas passée inaperçue au président de la CENI, présent à Pô, depuis la veille des élections.

 

« La visite de certains bureaux de vote ce matin nous a permis de nous rendre compte que 6 heures n’est pas toujours le moment indiqué pour l’ouverture du scrutin. A cette période de l’année, il y a des problèmes de visibilité dus à la persistance de l’obscurité , surtout dans les endroits clos », a relevé l’organisateur en chef des élections, qui a aussi fait part de sa satisfaction du bon déroulement des votes. Bonnes conditions de scrutin saluées par tous, et particulièrement par les hommes politiques de la localité.

 

Des électeurs refoulés

 

 Aux sièges de l’ADF/RDA, du CDP et du PAI où nous avons pu nous rendre( les autres partis en lice : le PDP/PS, l’UNIR/MS et le RDB ne disposant pas de sièges, selon la plupart des personnes auprès desquelles nous nous sommes renseignés), tous se sont félicités de l’ambiance de calme et de discipline dans laquelle se sont tenues les présentes consultations.

 

« Jusque-là, tout se déroule normalement et aucun incident ne nous a été rapporté. J’espère que cette tranquillité accompagnera les élections jusqu’à l’heure de la fermeture à 18 heures », commente en fin de journée, Saïdou Fofana, secrétaire général de l’ADF/RDA.

 

Avis que semblent ne pas partager certains résidents ou ressortissants de Pô qui n’ont pas pu participer aux votes, pour n'avoir pas trouvé leurs noms sur les listes électorales. C’est le cas de Farida, venue de Ouagadougou.

 

« J’ai été refoulée du bureau de vote parce mon nom, m’a-t-on fait savoir, ne figure pas sur la liste des électeurs », peste la jeune fille, qui ne comprend pas ce qui lui arrive, alors que son nom figurait sur celle qui a servi aux élections d’avril 2006 et qui a été reconduite pour les présentes consultations.

 

Même sentiment de désarroi chez le président de la Commission électorale communale indépendante (CECI), Sabié Kalonga, face à cette situation . « Je ne comprends pas comment pareille distorsion a pu se produire. Mais c’est fâcheux de constater que des électeurs sont exclus du scrutin pour simple erreur de confection des listes », regrette M. Kalonga.

 

En attendant le décompte des voix, chaque formation politique y va de son pronostic, dans lequel, vous l’avez deviné, elle arrivera en tête de course.

 

Alain St Robespierre

Source, L’Observateur Paalga du 19 février 2007



19/02/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres