L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Revendications de l'ANEB : Le MESSRS apporte ses réponses

Revendications de l'ANEB

Le MESSRS  apporte ses réponses

 

La plate-forme revendicative 2006/2007 de l'Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) a fait l'objet de plusieurs rencontres d'échanges entre cette association et les autorités du ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique (MESSRS). A l'issue des discussions, des réponses ont été apportées à chacun des quatre grands points que comporte ladite plate-forme. Il s'agit en l'occurrence des questions académiques et pédagogiques, des revendications d'ordre social, des préoccupations sur le plan des libertés et du respect des engagements.

 

Le premier volet de la plate-forme revendicative de l'ANEB est relatif aux questions d'ordre académique et pédagogique. Sur ces questions, le ministère a notifié à l'ANEB que le principe d'élaborer un calendrier de l'année universitaire et son respect ont été acceptés, nonobstant les impondérables que l'administration ne peut pas maîtriser. A ce titre, une circulaire qui sera prise en début d'année rappellera, aux responsables des universités, la nécessité d'élaborer le calendrier de l'année universitaire dès la fin de la session de septembre.

Le ministère a également fait savoir que le sérieux, la rigueur et le respect des volumes horaires dans les enseignements que revendique l'ANEB, sont une question qui préoccupe l'ensemble des acteurs et, à cet égard, il a été demandé aux vice-présidents des universités de veiller à l'effectivité des enseignements.

La question de la remise des copies et des corrigés des évaluations a fait l'objet, quant à elle, d'une réunion du Conseil scientifique de l'université de Ouagadougou, le 19 avril 2007.

Suite à ce Conseil, un arrêté ministériel en date du 2 mai 2007 a été pris et porte fixation des conditions de remise des copies des examens et des contrôles des connaissances et de leurs corrigés aux étudiants dans les différents établissements de l'université de Ouagadougou.

Pour les infrastructures d'accueil, il a été indiqué que la déconcentration de l'université de Ouagadougou va se poursuivre avec l'ouverture de nouvelles universités entrant dans le cadre du plan décennal du ministère des  Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique. En ce qui concerne l'université de Ouagadougou pour l'année académique en cours, deux grands amphithéâtres de 1000 places chacun sont en train d'être construits et les études pour l'exécution des travaux de l'université de Ouaga II  sont bien avancées.

 

Les questions d'ordre social

 

Au titre des préoccupations d'ordre social, notamment les revendications liées à l'aide, à la bourse, aux restaurants universitaires et aux cités universitaires, des réponses ont été apportées par le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Joseph Paré.

Concernant l'aide et le prêt FONER, il a été proposé que les points y relatifs soient intégrés dans les débats qui vont s'organiser à l'issue des travaux de la commission technique en charge de la relecture des textes du FONER. En effet, avant même l'introduction de la plate-forme de l'ANEB, le ministère en charge de l'Enseignement supérieur et celui des Finances et du Budget qui sont les deux tutelles du FONER avaient convenu de la mise en place d'une commission technique chargée de réexaminer les textes du FONER. Ce comité interministériel est en train d'achever ses travaux et le document qui en résulterait doit faire prochainement l'objet d'échanges avec l'ensemble des parties concernées dont les associations d'étudiants représentées dans le comité directeur du  FONER.

Quant à l'augmentation du contingent de bourses et de son taux, le ministre a fait remarquer que la situation budgétaire actuelle n'a pas permis de faire face à cette question. Néanmoins, le ClOSPB a été instruit d'engager des échanges avec les partenaires afin d'accroître l'offre des bourses.

Enfin, s'agissant des questions relatives à la restauration et à l'hébergement, il a été rappelé que le plat est servi à l'étudiant à 100 francs CFA pour un coût réel de 600 francs ; donc une subvention de l'Etat dans l'ordre de 500 francs. Par ailleurs, au regard des avis divergents entre l'ANEB qui dénonce le contingentement des plats et le CENOU qui dit offrir le nombre de plats en fonction de l'affluence, il a été retenu que les comités de restauration, qui regroupent l'administration, les associations d'étudiants dont l'ANEB et d'autres compétences, puissent se réunir régulièrement pour examiner les difficultés inhérentes à la restauration.

Aussi, par lettre en date du 20 février 2007, le ministre a demandé au directeur général du CENOU de renforcer le comité de restauration dans les universités, afin de pallier les difficultés qui pourraient surgir dans la restauration (qualité et quantité des repas servis, vente des tickets...). Depuis la rencontre du 8 février dernier, ce comité a tenu trois réunions (27/02/2007, 27/03/2007 et 17/04/2007). A toutes ces réunions, le représentant de l'ANEB n'a pas pris part, en dépit des convocations qui lui ont été adressées.

Pour les cités universitaires, des instructions ont été données pour leur bon entretien.

Cependant, l'action du CENOU n'aura de portée que si chaque étudiant y met du sien. Quant à l'augmentation de leurs capacités d'accueil, les travaux de la cité de Kossodo s'avancent dans l'espoir de la rendre opérationnelle à la prochaine rentrée universitaire.

 

La question des libertés et du respect des engagements pris

 

Le troisième grand point de la plate-forme concerne notamment l'abrogation du décret n°2006-17/PRES/PM/MESSRS/SECU/MFPRE du 20 mai 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement d'un service de sécurité des universités, l'indication de la tombe de Dabo Boukary.

Sur la dernière préoccupation, le ministre a indiqué que le dossier était en traitement au niveau du comité en charge des personnes ayant subi des violences en politique et que dès qu'il y aurait des informations, celles-ci seront connues.

Pour ce qui concerne le décret sur le service de sécurité, son adoption a fait l'objet, en 2005, d'échanges par l'ensemble de la communauté universitaire dans le cadre du Conseil de formation et de la vie universitaire (CFVU) avant son adoption par le gouvernement. L'ANEB était présente lors des débats, mais son point de vue était minoritaire. Du reste, ses délégués ont claqué la porte avant la fin  de la session. S'il y a la nécessité d'abroger ce texte aujourd'hui, l'initiative doit revenir au CFVU. Le ministère a déjà saisi les différents CFVU et n'a pour le moment reçu aucune réaction allant dans le sens de l'abrogation de ce décret.

Le contenu du dernier grand point relatif au respect des engagements pris a été précisé par l'ANEB au cours de l'audience du 08 février 2007. Il comporte deux aspects : l'envoi du projet de décret sur les libertés et franchises universitaires et le calendrier du FONER pour l'année 2006-2007.

C'est ainsi qu'il a été porté à la connaissance de l'ANEB le contenu de la lettre n°2006-267/MESSRS/CAB du 2/10/2006 dans laquelle le ministre invitait les présidents des universités à soumettre à l'appréciation de leurs conseils de la formation et de la vie universitaire, le projet de décret relatif aux franchises et libertés universitaires. C'est le même jour que le calendrier du FONER a été transmis à l'ANEB.

Comme on peut le constater, la volonté du ministère de traiter avec diligence et satisfaction la plate-forme de l'ANEB n'a jamais fait défaut. En rappel, celle-ci a été réceptionnée au cabinet du ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, le 22 décembre 2006. Dès la reprise des cours, des rencontres ont eu lieu entre l'association et l'administration autour de ladite plate-forme. La première rencontre a eu lieu avec le directeur général du CENOU, le 11 janvier 2007. La deuxième s'est tenue le 16 janvier 2007 avec le président de l'université de Ouagadougou. La troisième s'est déroulée le 18 janvier 2007 avec les directeurs du FONER et du CIOSPB. La dernière rencontre a eu lieu le 8 février 2007 avec le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique. Au total, ce sont quatre réunions et 09 heures 45 minutes que les autorités du ministère ont passées avec l'ANEB en vue d'échanger pour apporter des réponses aux revendications.

 

DCPM/MESSRS

L’Observateur Paalga du 10 mai 2007



09/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres