L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Simon Compaoré : «En quoi nous sommes en mauvaise posture?»

Simon Compaoré, CDP Kadiogo

«En quoi nous sommes en mauvaise posture?»

 

Parlant des résultats provisoires des législatives 2007, nous titrions dans notre édition du mardi 8 mai 2007 : «Le CDP en mauvaise posture dans le Kadiogo!». Ce titre n’a pas du tout plu au maire Simon Compaoré, tête de liste du parti majoritaire. Il a tenu à le faire savoir. Nous sommes alors allé l’écouter à ce sujet à son service, où il était pour l’occasion assisté de Salif Sawadogo, secrétaire national du Congrès pour la démocratie et le progrès, chargé de la jeunesse et candidat sur la liste nationale, ainsi que du directeur de campagne et maire de la commune rurale de Komsilga, Julien Nonguierma.

 

Pour les législatives 2007, en tout 33 partis dont le CDP étaient en compétition dans la circonscription électorale du Kadiogo, avec un total de 263 275 inscrits. Les bulletins nuls se chiffrent à 18 385. Les suffrages exprimés sont de 244 890, et les sièges à pourvoir au nombre de 9 au niveau de la province. Le quotient électoral, qui équivaut à une division du total des suffrages exprimés par le nombre de sièges, donne 27 210 pour Ouagadougou. Au finish, 5 partis obtiennent des députés, suivant un calcul effectué au niveau du CDP, compte non tenu des chiffres que communiquera plus tard la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le parti au pouvoir engrange 113 062 suffrages exprimés, soit 46,17%, ce qui lui donne 4 députés. L’UNIR/MS obtient 37 202 suffrages exprimés, soit 15,19%. Il gagne 2 députés. Le parti de l’œuf est suivi de l’ADF/RDA, 15 044 suffrages exprimés, soit 06,14% pour 1 député. Les PAREN a, quant à lui, eu 9 336 voix, soit 03,81%, également 1 député. L’UPS ferme la marche avec 8 631 voix, soit 03,52%. Il se retrouve aussi avec un élu. Le mode de scrutin, comme l’a rappelé Salif Sawadogo, est la proportionnelle au plus fort reste. Pour lui, il faut reconnaître que peu de pays en Afrique appliquent ce mode. C’est une formule qui donne l’avantage aux petits partis au détriment des grands. En conclusion, le CDP se retrouve avec 113 062 suffrages exprimés pour 4 députés et ses 4 poursuivants directs (UNIR/MS, ADF/RDA, PAREN, UPS) totalise 70 213 voix pour 5 députés.

 

Le CDP reste le parti majoritaire au Kadiogo

 

Appréciant les résultats provisoires dans leur ensemble, Simon Compaoré affirme qu’au CDP on est heureux, parce qu’ils traduisent la vraie assise du parti dans tout le pays. Le CDP n’est pas un parti provincial, soutient-il, mais national. Le CDP, suite aux consultations du 6 mai dernier, a des députés partout, à l’exception de la Bougouriba et de l’Oudalan. Le CDP aura donc une majorité pour gouverner, pour appuyer le programme du président du Faso. Il n’est donc pas question, souligne le maire de Ouagadougou, de parler de contre-performance ou de mauvaise posture, contrairement à ce qu'a laissé croire l’Observateur Paalga. Comparé à 2002, le CDP est passé de 44% à 46% des suffrages exprimés en 2007. Il y a donc un progrès. Inutile alors de faire la fine bouche. Au CDP, on est tout simplement content. Le CDP, martèle toujours Simon Compaoré, n’est pas en mauvaise posture au Kadiogo comme cela a été dit. Il reste le premier parti de la province. Il résiste à tout et gagne toujours des points. C’est la lecture politique que Simon invite les uns et les autres à faire. Selon lui, n’eût été l’iniquité du mode de scrutin, son parti aurait raflé 6 sièges dans la province.

 

D. Evariste Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 9 mai 2007



09/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres