L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Solutions aux problèmes d’exploitation des bouquets satellitaires

Solutions aux problèmes d’exploitation des bouquets satellitaires

Les opérateurs du secteur sollicitent la médiation du CSC

 

Une rencontre de concertation a réuni, hier 8 octobre 2007 à Ouagadougou, l’Association des Câblo opérateurs de télévision privée d’Afrique (OPTA) et MTV (Canal+ Horizons). A l’ordre du jour de cette réunion, placée sous la médiation du président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Luc Adolphe Tiao, président du Réseau des instances africaines de régulation de la communication (RIARC), les problèmes liés à l’exploitation des bouquets satellitaires.

 

La présente rencontre qui s’est tenue le 8 octobre 2007 a réuni les professionnels œuvrant dans le domaine de la diffusion et de la rediffusion des programmes de chaînes audiovisuels en Afrique. Il s’agit de l’Association des Câblo opérateurs de télévision privée d’Afrique (OPTA) et MTV (Canal+ Horizons) OPTA et Multi TV Afrique, la filiale du groupe Canal+ Horizons. Au centre de leurs préoccupations, la recherche de solutions aux problèmes auxquels ils sont confrontés dans l’exploitation. Pour ce faire, les deux parties ont sollicité la médiation du président du Conseil supérieur de la communication du Burkina Faso, Luc Adolphe Tiao, président du Réseau des instances africaines de régulation de la communication (RIARC). Dans son discours introductif aux échanges, ce dernier fera remarquer que «L’évolution rapide des technologies a conduit à la multiplication à l’infini des supports de diffusion». Il y a cependant, regrettera-t-il, un vide juridique sur plusieurs questions d’intérêt relatives au secteur qui est aussi fréquemment confronté au piratage. Pour le modérateur de ces discussions, il faut aussi s’interroger si les retombées du boom que semble connaître le marché de l’audiovisuel sont profitables aux opérateurs et à nos Etats. L’on ne peut s’empêcher, toujours selon lui, de se demander si les programmes diffusés rencontrent  la satisfaction des consommateurs.

Au regard de toutes ces préoccupations, le président du RIARC estime, en tant que régulateur, que l’avenir du marché de l’audiovisuel ne peut laisser indifférent. Aussi en attendant d’assurer son développement avec des textes applicables au niveau national et international, il convient, dira M. Tiao, de «trouver des solutions qui satisfassent toutes les parties prenantes». Quant aux participants à cette concertation, il les a invités à plus de détermination et d’engagement à œuvrer à l’instauration de relations professionnelles saines et complémentaires entre OPTA et Multi TV Afrique. Toutes choses, espère-t-il, qui pourraient permettre de dissiper les incompréhensions, voire les conflits dans l’exploitation des bouquets satellitaires. Il a également émis le vœu qu’à l’issue de ces travaux, l’ensemble de ces opérateurs, qu’ils soient au Nord ou au Sud, puissent trouver un terrain d’entente dans l’intérêt majeur des publics africains.

Pour le directeur général de Canal+ Horizons, Jean-Christophe Ramos, cette concertation était très attendue pour l’ensemble des parties et particulièrement sa maison. Le président du RIARC, à l’en croire, est le modérateur idéal qu’il leur fallait. Il pense que Luc Adolphe Tiao est à même d’analyser les relations entre les opérateurs MMDS et Canal+ Horizons et de les aider à trouver un terrain d’entente pour un développement pérenne de leurs activités.

 

Hamidou Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 9 novembre 2007



09/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres