L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Suite ITW

Mais à vous entendre, on dirait que le président Sarkozy n'a pas été bien inspiré d'essayer de jouer un rôle pour la libération de la Franco-colombienne...

 

Ce n'est pas ce que je veux dire ; il a lancé un appel à l'humanité des dirigeants des FARC. Mais pour l'instant, il n'a pas été entendu. Donc, c'est à savoir si les dirigeants des FARC peuvent manifester quelques considérations humanitaires ou si ce sont des personnes qui raisonnent uniquement par cruauté et cynisme.

 

En tant que représentant de l'Union européenne, est-ce que les élections au Togo ont été transparentes à votre avis ?

 

En tout cas, elles ne font pas l'objet de contestation de la part de la communauté internationale et je n'ai pas non plus détecté d'opposition interne aux résultats du scrutin.

 

Est-ce qu'il n'y a pas eu de fraudes planifiées, quand on regarde notamment ce qui s'est passé avec les vignettes ?

 

Ce n'est pas le sentiment que j'ai retenu. Vous savez que selon les régions, c'était soit le camp présidentiel, soit le camp de l'opposition qui remportait la majorité des scrutins, ce qui montre bien qu'il n'y a pas eu d'opération planifiée à l'échelle du pays tendant à frauder. S'il y a probablement eu des imperfections ou même des dérives à tel ou tel endroit, je ne crois pas que cela mette en cause le résultat global du scrutin.

 

Quels sont vos voeux pour la nouvelle année ?

 

Je souhaite au Burkina beaucoup de succès pour sa route vers le développement et la prospérité. Je crois qu'il faut continuer de travailler fermement et surtout ne pas donner l'impression aux bailleurs de fonds qu'il y a du relâchement. Je crois qu'il y eu au cours de l'année écoulée de bons comme de moins bons indices. Les bons indices, à mon avis, c'est par exemple la ferme détermination du Premier ministre Tertius Zongo à accentuer les efforts, en particulier avec la mise en place de l'Autorité supérieure de contrôle de l'Etat, qui, je crois, fera un travail très important. Sur le plan des indices un peu moins bons, il y a eu ce recul dans le classement de l'Indice sur le développement humain. Il faut relativiser d'ailleurs ce classement fondé sur des données qui, pour la plupart, datent d'il y a deux ans. Elles ne prennent pas complètement en compte les tout derniers résultats, alors qu'il se trouve qu'au Burkina Faso, en matière d'éducation, de très gros progrès ont été accomplis en 2005-2006. Il faut donc relativiser l'impact de ce classement. Ceci étant, c'est vrai que ce type de régression porte un peu tort à la notoriété de l'action du pays. Je crois qu'il faut accentuer l'effort, et la France sera aux côtés du gouvernement burkinabè pour l'appuyer.

 

Propos recueillis par Morin YAMONGBE et Séni DABO

Retranscription : Séni DABO et Lassina Fabrice SANOU

Le Pays du 29 janvier 2008



29/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres