L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Tertius Zongo en deuil

Page noire

Tertius Zongo en deuil

 

Le Premier ministre, Tertius Zongo, a perdu sa mère le mardi 27 mai 2008 à 18h 35. Mme Esther Poko Zongo, épouse du feu pasteur Jacques Nabilma Zongo, quitte le monde des vivants à l'âge de 90 ans.

 

 

La famille du Premier ministre Tertius Zongo est en deuil. La maman du chef du gouvernement, Esther Poko Zongo née Zoungrana, n’est plus. Elle est décédée le mardi 27 mai dernier à Ouagadougou aux environs de 18h à l’âge de 90 ans. Selon le pasteur Etienne Zongo, un des fils de la défunte, maman Esther Zongo était admise dans une clinique à Ouagadougou pour des soins la semaine qui a précédé son décès. Mais elle aurait regagné le domicile après ce bref séjour à la clinique. Selon ses dires, elle s’en est allée du fait du poids de l’âge car elle était l’une des plus âgées du village. La levée du corps est prévue au domicile de la défunte le samedi 31 mai 2008 à 9h00 suivie d’une messe à l’église de Doudou. L’inhumation aura lieu à 10h après le culte religieux. Elle sera enterrée dans le caveau familial, a précisé le pasteur. Cette décision, selon toujours le pasteur Etienne, a été prise il y a deux ans, quand maman Esther avait demandé à son fils Etienne où il prévoyait l’enterrer quand elle ne serait plus de ce monde. Le fils aurait dit que ce serait dans le caveau familial où repose son père. Une décision à laquelle maman Zongo n’avait pas trouvé d'inconvénient.

Pour le pasteur Etienne Zongo et le petit-fils de la défunte, Yves Zongo, cette disparition est une grande consternation. Mais, disent-ils, en tant que chrétiens, ils considèrent qu'elle n’est pas morte mais a eu une promotion céleste, car elle a été rappelée à Dieu. Selon le petit-fils Yves Zongo, le départ de sa grand-mère est une grande douleur, car, au regard de son âge, c’est une bibliothèque qui s’en est allée. "C’est une personne qui nous rappelait ce que nous n’avons pas vu. C’est une corde qui unissait les familles", a-t-il dit. "De la chanson à la lecture de la Bible, et aujourd’hui la pratique, nous penons que nous pouvons enseigner ce qu’elle nous a transmis", a conclu le petit-fils Yves.

Les Editions "Le Pays" présentent toutes leurs condoléances à la famille éplorée.

 

Le Pays du 29 mai 2008



29/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres