L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Trafic d'enfants : Un maître d’école coranique écroué au Mali

Trafic d'enfants

Un maître d’école coranique écroué au Mali

 

Le 1er avril 2007, Barry Saïdou, maître d’une école coranique, ressortissant de la province du Loroum, plus précisément de la commune rurale de Banh, à la tête de 13 enfants mineurs, a été arrêté par la gendarmerie de Kôrô première ville malienne à partir du Yatenga.

C’est dans le village de Lossa, dans la commune rurale de Banh, que Saïdou Barry a fait ses nouvelles recrues. Des enfants de bas âge.

 

Avec ces enfants, le maître coranique a pris la route à pied  pour le Mali, destination, la ville de Sévaré dans le cercle de Mopti où il réside. Cette fois-ci, l’opération de Saïdou Barry n’a pas marché.

 

Après avoir contourné les obstacles en empruntant les pistes rurales au Burkina, notre cher marabout a été appréhendé par la gendarmerie de Kôrô, ville malienne faisant frontière avec le Yatenga. Un cas de flagrant délit parfait de trafic de mineurs. La majorité des enfants que le prétendu messager de Dieu avait sous sa coupe avait l’âge compris entre 7 et 15 ans.

 

Après les enquêtes préliminaires, les enfants ont été soigneusement remis à la gendarmerie de Thiou (province du Yatenga) d’où ils ont été acheminés à Ouahigouya. Sous les bons soins des autorités de l’action sociale du Yatenga, les mineurs ont été confiés à l’ADEFAD, une structure luttant contre le trafic des enfants dans la localité. Nourris et logés quelques jours au sein des locaux de cette association, les malheureux enfants ont été remis à leurs parents à Lossa.

 

Les autorités en charge de la lutte contre le trafic des enfants ont salué cet exemple de coopération Mali-Burkina ayant contribué à barrer la route à cet esclavagiste d’un genre nouveau, se cachant derrière la religion pour certainement assouvir ses intérêts personnels.

 

A en croire Mahamadi Ouédraogo, Président de l’ADEFAD, le phénomène du trafic des enfants a toujours la peau dure dans la province du Loroum. Son association qui a contribué à freiner le fléau dans plusieurs localités du Yatenga compte dans les prochains jours orienter ses activités vers le Loroum.

 

Emery Albert Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 12 avril 2007



12/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres