L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un anniversaire sur fond de rébellion touarègue au Mali

Mali

Un anniversaire sur fond de rébellion touarègue

 

Il y a 17 ans, des hommes, des femmes et des jeunes maliens, face au pouvoir dictatorial de Moussa Traoré, offrirent leur poitrail aux balles des militaires aux cris de : «An bè san inofè» (1), ce qui accélérera le coup d’Etat du général Amadou Toumani Touré (ATT), qui s’emparera alors du palais de Koulouba, siège de la présidence.

L’ancien parachutiste (2) de l’école interarmes de Kati (EMIA) organisa alors la conférence nationale malienne, du 29 juillet au 12 août 1991 et des élections générales en 1992 (présidentielles et législatives) qui se solderont par la victoire de l’ADEMA et surtout par l’apparition au-devant de la scène d’un ancien journaliste et professeur d’histoire : Alpha Omar Konaré.

La démocratie malienne était désormais en marche et Konaré respectera sa parole en s’éclipsant en 2002 pour laisser la place à ATT qui, entre-temps, avait pris une retraite anticipée en démissionnant de l’armée en septembre 2001.

Y a-t-il eu un deal politique entre Konaré et ATT comme l’ont laissé entendre certains  Maliens,  qui avancent comme preuve la multiplication des candidats, dont les cautions de certains auraient été payées par Konaré ?  ATT avait pourtant la possibilité de se tailler une constitution sur mesure  pour mieux se muer en démocrate.

Toujours est-il que voilà  ATT qui reprend sa chose cette fois par les urnes le 8 juin 2002. Bénéficiant de préjugés favorables, l’homme n’eut aucun mal à ratisser large, d’où le chorus de la classe politique y compris de l’opposition derrière lui : que ce soit Dioncounda Traoré, patron de l’ADEMA-PASJ et actuel président du Parlement ; Choguel Maiga du MPR ; Soumaila cissé de l’URD (actuel président de la commission de l’UEMOA, qui, soit dit en passant, a ses chances à la prochaine présidentielle à moins qu’un Konaré ne veuille encore revenir, tous ont soutenu l'actuel chef de l'Etat.

Mais si sur le plan politique, ce dernier commémore les 17 ans de l’avènement de la démocratie, on ne peut manquer de mentionner que ce fut aussi pratiquement autant d’années  d’une lutte contre l’irrédentisme touareg.

En effet, le no mans land du Nord-Mali est la zone de prédilection des attaques des Touaregs, qui réclament un traitement particulier par l’Etat de leurs régions. Ainsi de façon sporadique, les touaregs kidnappent, tuent et menacent Maliens et étrangers qui osent s’aventurer dans leur contrée. Et pourtant il y a eu le «pacte national» du 11 avril 1992, aussitôt foulé aux pieds il est vrai, par les Touaregs, qui attaquent régulièrement la garnison de Kidal (nord) et celle de Meneka (Est) ; puis vint  «l’accord de paix» d’Alger, signé par les protagonistes en juillet 2006.

Las ! Les Touaregs maliens sont désormais sur le sentier de la guerre et ce n’est pas pour rien qu’une réunion est consacrée ces jours-ci au Mali à ce délicat problème surtout au moment où cette rébellion se régionalise avec les contacts noués entre le mouvement Azawad malien d'Ibrahim Ag Bahanga, qu’on dit proche du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC),  et le Mouvement nigérien pour la justice (MNJ) d'Agaly Alambo.

Les analystes estiment qu’à l’opposé d’un Tandja, qui nie l’existence de ces rebelles malgré leurs mines antipersonnel et leurs attaques qui endeuillent des familles nigériennes, ATT, lui, essaie de solutionner rapidement le mal. La grande interrogation est : comment ? Vu que les accords de paix ne durent que le temps pour les rebelles de «bouffer» les rançons ou les rapines, ce fonds de commerce qui ne dit pas son nom pour reprendre ensuite les armes et réitérer les revendications.

 

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 27 mars 2008

 

 

 

Notes :

(1) : expression qui signifie «nous mourrons pour toi», dite  à l'endroit de ATT

 

(2) : les mauvaises langues affirment qu’ATT a été déclaré inapte au recrutement, mais intégra l’armée grâce à un certain docteur Macalou



27/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres