L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un commerçant indélicat aux arrêts

Vente illicite de riz

Un commerçant indélicat aux arrêts

Un commerçant de riz qui s'adonnait à une activité illicite dans son entrepôt au secteur 17 de Ouagadougou a été coincé par la gendarmerie, le jeudi 15 mai 2008. Ce commerçant vendait du riz en dessous du poids indiqué sur l'emballage.

Selon le commandant de la 3e région de la gendarmerie, le Lieutenant-colonel Hermann Marie Omer Bambara, qui a livré avec les responsables de l'inspection générale des affaires économiques un point de presse le 16 mai dernier sur la situation, c'est le jeudi 15 mai 2008 aux environs de 10 h 20 que le commandant de la brigade de gendarmerie de Boulmiougou a été informé par un citoyen d'activités suspectes qui seraient en train d'être menées par des individus au niveau d'un entrepôt sis au secteur 17. En effectuant une descente sur les lieux, les éléments de la gendarmerie et de la police ont surpris 4 individus, des employés en réalité, en train de conditionner des sacs de riz à partir du riz prélevé dans des sacs importés de 50 kg. C'est ainsi qu'ils ont été capturés, pendant leur tentative de fuite, et soumis à un interrogatoire qui a conduit à l'arrestation d'un commerçant de la place, propriétaire de l'entrepôt. La suite des investigations a révélé que plusieurs tonnes de riz avaient été au préalable conditionnées de la sorte et mises sur le marché, depuis le 12 mai. Sachant que seulement 20 sacs suffisent à en conditionner un autre, cela vaut une vraie fortune.

La technique relève d'une vraie pratique industrielle, selon l'inspecteur des prix qui nous a conduits sur les lieux, un peu plus tôt avant le point de presse. En effet, l'entrepôt qui se trouve désormais sous surveillance de la gendarmerie, contient présentement près d'une centaine de tonnes de riz chinois, long grain avec 25% de brisure, dit "Riz Parrot" (selon l'estampillage de l'emballage). Les sacs font 50 kg chacun. Ce sont donc ces sacs que le commerçant et ses employés vidaient de 5 kg environ pour en fabriquer d'autres, à l'aide d'emballages neufs qu'ils détiennent par- devers eux, et d'une machine à coudre. De la sorte, ils obtiennent deux modèles différents de sacs de riz de 50 kg, l'un portant toujours la mention "Riz Parrot" et l'autre appelé "Riz solitaire", alors qu'ils contiennent le même produit en réalité. Il ne s'agit nullement de sacs de 50 kg, car, tandis que le sac d'origine, qui a perdu 5 kg, et pèse désormais autour de 45 kg, celui nouvellement conditionné, le "Riz solitaire" donc, lui, pèse environ 40 kg. Ainsi, le consommateur qui ne se doute de rien, croira facilement qu'il a affaire à un vrai sac de 50 kg de riz. Dans un coin de l'entrepôt, une cachette a été faite, derrière les sacs. Elle servait à cacher le matériel de travail, notamment le lot d'emballages, ainsi que la machine à coudre.

Dans le contexte actuel de vie chère, particulièrement avec le prix du riz qui connaît une flambée vertigineuse, un tel comportement est du genre à anéantir les efforts mis en oeuvre pour contenir l'inflation. Il s'agit là d'un délit économique, et selon l'inspecteur général des affaires économiques Emmanuel Lingani, le commerçant fautif ainsi que ses complices seront punis, conformément aux textes en vigueur. En attendant, a-t-il confié, le procureur a été saisi, et l'enquête se poursuit. Du reste, un échantillon du riz a aussi été envoyé au laboratoire de l'inspection afin d'en attester la qualité réelle.

Lassina Fabrice SANOU

Le Pays du 17 mai 2008



19/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres