L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un directeur d'école et son inspecteur à couteaux tirés

CEB de Tanghin-Dassouri

Un directeur d'école et son inspecteur à couteaux tirés

 

Ceci est une lettre d'un groupe d'enseignants de Tanghin-Dassouri (province du Kadiogo) au ministre de l'Enseignement de base et de l'Alphabétisation. Dans leur lettre, ces enseignants font griefs de "la manière d'administrer" de l'inspecteur, chef de la CEB, eu égard notamment à l'hostilité qui règne présentement entre ce dernier et le directeur de l'école primaire de Doudoulma.

 

Par la présente, nous tenons à porter à votre connaissance et à celle de l'opinion publique notre désappointement face à la manière d'administrer de certains de ceux-là que vous appelez très souplement vos collaborateurs qui ne sont autres que les chefs de circonscriptions. Nous nous sommes vus obligés de nous adresser à vous par voie de presse car l'importance de ce que nous tenons à dénoncer mérite d'être porté à la connaissance du public.

Ainsi, nous savons depuis votre nomination à la tête du Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphabétisation, combien la recherche de la qualité des prestations de service dans les différents démembrements de votre département vous est très chère.

Mais très malheureusement, Madame le Ministre, certains inspecteurs, par leurs agissements pourraient compromettre les objectifs que vous vous êtes assignés. Et c'est notamment le cas du chef de la circonscription de Tanghin-Dassouri qui, depuis son arrivée à la CEB a transformé celle-ci en un véritable champ de bataille où il n'y a plus de règles et où tous les coups sont permis.

Nous pensions que l'ère des « inspecteurs gendarmes » était révolue, nous dûmes vite nous détromper car le chef de la circonscription de Tanghin-Dassouri est un cas typique d'inspecteur autocratique : intimidations, injures, frustrations et humiliations sont devenues les seuls modes de gestion de celui-ci.

Concrètement que lui reproche-t-on ?

Madame le Ministre, permettez-nous de prendre uniquement deux cas des moins choquants dans le souci de préserver la dignité de la corporation.

Mais avant, rappelons que tous les travailleurs de la fonction publique quand bien même ils sont assujettis à des devoirs, jouissent du même coup de droits incompressibles et inattaquables que tout bon administrateur doit s'efforcer de reconnaître. Au rang de ces droits, nous citerons les autorisations d'absence sur lesquelles nous allons nous appesantir.

Voilà que dans l'école de Dondoulma, l'inspecteur décide royalement de piétiner les droits reconnus aux enseignants.

En effet, le premier cas est celui d'un enseignant qui adresse une demande d'autorisation d'absence au préfet de la localité en vue de se rendre à quelque part pour des raisons personnelles. Bien entendu la demande porte l' avis de son directeur d'école et de l'inspecteur de la CEB.

Après avoir donné son avis, le directeur transmet le courrier à l'inspection. C'est là que tous les problèmes vont commencer pour ce dernier. Il est sommé dans un premier temps le 13 décembre 2007 de donner une explication écrite suite à son avis favorable, ce qu'il a du mal à comprendre, ne voyant pas où se trouve sa faute administrative. Comme si cela ne suffisait pas, l'inspecteur lui adresse une lettre de demande d'explication sans ampliations en date du 28 janvier 2008 pour avoir porté son avis.

Par contre l'inspecteur, lui se rend coupable de plusieurs entorses administratives.

Primo, il bloque la demande qui ne lui est pas destinée et où on ne lui demande simplement que son avis.

Secondo, n'ayant pas reçu la lettre d'explication demandée, il lui enverra une lettre d'avertissement avec des propos démesurés en date du 28/01/08 ci¬-jointe.

Mais vous comprenez Madame le Ministre que ce comportement n'est rien d'autre que des abus d'autorité et des tentatives d'intimidation. (...)

Mais comment peut-on pousser le cynisme jusqu'à ce point?

A notre humble avis, nous estimons qu'un travailleur ne peut avoir aucun enthousiasme à servir avec des responsables qui n'ont que des visages de fer. Nos responsables aujourd'hui doivent se pénétrer de cette vérité que les enseignants sont faits de chair et d'os avec des sentiments et leur amour qu'on ne peut bafouer à tout bout de champ.

Nous qualifions cette manière d'administrer d'un manque de management. C'est pour cela que nous avons tenu à vous relater ces quelques faits afin que rien ne vous surprenne à Tanghin-Dassouri, car « trop, c'est trop» et nous en avons marre.

Nous faisons confiance à votre sens élevé de l'objectivité et de la bonne administration afin de permettre aux enseignants qui vivent déjà de rudes réalités de pouvoir travailler sereinement afin que nous gagnions la bataille contre l'analphabétisme et l'ignorance.

Recevez Madame le Ministre, notre sincère gratitude.

Un groupe d'enseignants de Tanghin-Dassouri

Le Pays du 11 février 2008

 

L'Inspecteur

A

Monsieur LANKOANDE Adama

 

Objet : Avertissement écrit

 

Par lettre N°2008-004/MEBA/SG/DREBA-C/DPEBA-KAD/CEB¬TGD du 8/01/2008, je vous invitais à me fournir une explication écrite en rapport avec deux faits corrélatifs. Il s'agissait, d'une part de la négligence, de la complaisance et de l'insouciance avec lesquelles vous avez assumé la responsabilité de directeur d'école dans le traitement de la demande d'autorisation d'absence formulée par votre adjoint Zanré Souleymane et, d'autre part, de votre refus d'obéir à mon instruction d'abord orale du 13/12/2007.

Au regard des prescriptions de la lettre ci-dessus rappelée, votre explication écrite était attendue à mes services pour le 10 janvier 2008 à 10 heures au plus tard.

A ce jour, force est de constater que vous avez visiblement opté, malgré tous les conseils et interpellations, de fouler allègrement aux pieds les règles élémentaires en la matière, de montrer votre entêtement à défier vraiment l'autorité du pouvoir public et de donner la preuve de votre insubordination.

Aussi, après analyse de l'ensemble de vos comportements et conformément aux dispositions des articles 137 et 138 de la loi N° 13/98/AN du 28 avril 1998 portant Régime juridique applicable aux emplois et aux agents de la Fonction publique, je viens par la présente, vous adresser un avertissement avec inscription au dossier pour refus d'obtempérer et insolence caractérisée ayant valeur de manquement grave à votre devoir.

Je souligne, pour toutes fins utiles, que cette sanction commandera d'autres à forte portée si vous continuez dans la voie du libertinage déjà suffisamment remarqué.

Tanghin-Dassouri, le 28 janvier 2008

Alain NIKIEMA

 

Ampliations

DRH/MEBA

DREBA-C

DPEBA-KAD

Préfecture - TGD

Dossier Intéressé

Archives



11/02/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres