L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

«Un gréviste n’élit pas domicile dans une gargote»

Paul Kaboré de l’ONSL

«Un gréviste n’élit pas domicile dans une gargote»

 

Quelle différence y a-t-il entre grève générale et grève ordinaire ou encore arrêt de travail ? Le secrétaire général de l’Organisation nationale des syndicats libres du Burkina, Paul Kaboré,  à qui nous avons posé la question le 8 avril 2008 à la bourse du Travail, essaie, dans les lignes qui suivent, de décortiquer ces notions.

 

Qu’est-ce qu’une grève ordinaire et une grève générale ?

 

• Une grève ordinaire est celle qui concerne un secteur d’activité ou une société donnée. A titre d’exemple, à l’aéroport où je suis, les travailleurs peuvent décider d’aller en grève contre le patronat sur un point de désaccord précis sur leurs droits. La grève générale, par contre, couvre tout le pays et mobilise tous les secteurs d’activités. Elle est fondée sur des préoccupations nationales, comme c’est le cas présent avec les questions de la vie chère, de la corruption, de la fraude, l’impunité ou des libertés syndicales. Vous pouvez le constater, toutes les 6 centrales, les 13 syndicats autonomes et bien d’autres structures associatives de la société civile sont actuellement dans le mouvement.

 

Quelle différence y a-t-il entre arrêt de travail et grève ?

 

• Dans un secteur d’activité donné, si le patron viole les droits d’un ou de plusieurs travailleurs, on peut observer un arrêt de travail. Cela s’appelle aussi une grève perlée. Dans ce type de manifestation, il n’y a pas de préavis. C’est la raison d’ailleurs pour laquelle on parle là d’arrêt de travail spontané pour exiger une rencontre en vue de chercher une solution immédiate à un conflit donné. Ce genre de mouvement  intervient quand un patron refuse d’écouter les représentants des travailleurs de sa société sur un problème concernant un ou plusieurs employés. A l’opposé, si c’est une grève normale ou légale, on doit le signifier par écrit au gouvernement s’il s’agit des fonctionnaires, et au ministère du Travail quand c'est le secteur privé. Normalement, c’est après avoir épuisé toutes les voies de recours qu’on notifie à l’autorité compétente le désir d’aller en grève.

 

Tout travailleur peut-il aller en grève ?

 

• Tout travailleur syndiqué peut aller en grève sur présentation de sa carte. Il faut noter que cela est valable en Europe mais dans nos contrées, ce n’est pas souvent compris de cette façon. Parmi ceux qui observent présentement la grève, il y en a certainement qui ne sont pas syndiqués. Mais lorsqu’il s’agit d’une grève générale, les gens se lancent même s’ils ne sont pas affiliés. Ceux qui ont manifesté les 21 et 28 février dernier dans la rue à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou contre la vie chère ne sont pas syndiqués. C’est le ras-le-bol général qui les a poussés à sortir.

 

Quelles sont les conditions pour être syndiqué ?

 

• Toute personne qui travaille peut être syndiquée si elle le veut. Entre autres conditions, un travailleur qui s’engage doit avoir une carte syndicale pour ainsi mieux assurer la défense de ses intérêts par les organisations syndicales. Ce qui lui donne l’avantage de se former et connaître ses droits et ses devoirs. Pour l’ONSL par exemple, que je dirige, la cotisation annuelle est de 1000 F CFA. Malheureusement, on constate chez nous que certains travailleurs ne viennent vers les syndicats que quand ils ont des problèmes.

 

Syndicalement, un travailleur qui n’est pas à jour vis-à-vis de ses cotisations peut-il être protégé ?

 

• En principe non ! Parce que, comme je le disais tantôt, si c’est en Europe un travailleur ne peut pas aller en grève sans une couverture syndicale. Mais ici, comme vous le constatez, quand on lance une grève, même les non-syndiqués suivent le mouvement. Ces derniers sont difficilement défendables, en cas de problème, au niveau du Tribunal du travail. Il nous arrive de le faire, mais c’est à l’encontre des textes. Malgré les sensibilisations que nous faisons régulièrement aux travailleurs, il y en a qui préfèrent aller boire la bière au lieu de se procurer la carte de membre (1000 F CFA à l’ONSL payable en cinq mois). En dehors de la subvention, c’est avec les cotisations que nous faisons fonctionner les structures, équipons les bureaux et organisons les activités syndicales.

 

Quelle doit être la conduite d’un travailleur en grève ?

 

• Normalement, il doit être à la bourse du travail ou rester à la maison. Et je vous remercie de me donner l’occasion, à travers cette question, de fustiger le comportement de certains «grévistes» qui, au lieu de se joindre à leurs camarades ou rester chez eux, préfèrent aller passer le temps dans des gargotes. Ces travailleurs, il faut le dire, sont inconscients.

 

Propos recueillis par

Hamidou Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 10 avril 2008



09/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres