L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un homme de paix chez un faiseur de guerre (Visite du Pape aux USA)

Visite du Pape aux USA

Un homme de paix chez un faiseur de guerre

 

Le pape Benoît XVI a entamé mardi dernier une visite de cinq jours aux Etats-Unis. Mercredi, il a fêté son 81e anniversaire à la Maison-Blanche, entouré de Georges Bush, de sa femme et de quelques milliers d'invités triés sur le volet. C'est une visite dont George W. Bush a tenu à rehausser l'éclat par des gestes exceptionnels. C'est ainsi qu'il est allé accueillir personnellement le pape à sa descente d'avion. En sept ans de présidence, cela ne lui était jamais arrivé : c'est la toute première fois qu'il se rend lui-même, avec son épouse, à l'aéroport, pour accueillir un chef d'Etat en visite dans son pays. Ensuite, il a reçu le souverain pontife à la Maison-Blanche ; ce geste n'a qu'un précédent : Jimmy Carter, en 1979, avait aussi reçu Jean-Paul II dans la résidence des présidents américains. Il s'agit donc, à l'évidence, d'une visite importante.

C'est, d'abord, que le pape n'est pas seulement un pasteur, un chef religieux ; il est aussi (et, aux yeux du monde surtout) un chef d'Etat, une autorité politique et morale. C'est ce leadership qui lui donne sa stature exceptionnelle. On néglige ses encycliques, mais on se bouscule à ses audiences, et on analyse les messages qu'il fait "à la ville et au monde". Le temps est loin où Staline pouvait demander, impérial et ironique : "Le Vatican, combien de divisions ?" Bien que le pape n'ait pas plus de troupes aujourd'hui que dans la période la plus glaciale de la guerre froide, son influence réelle ou supposée sur les croyances et les engagements de millions de catholiques répandus à travers le monde, lui assure une place de choix parmi les grands de ce monde, ceux dont l'opinion compte. Cette influence, on le comprend, dépend de la personnalité même de celui qui est assis sur le trône de Saint-Pierre. On sait comment Jean-Paul II, pape des médias s'il en fut, sut les utiliser pour défendre avec force et détermination des valeurs qui lui tenaient à coeur. On sait quel rôle il a joué dans la décomposition du communisme dont l'issue fut la chute du mur de Berlin. Et bien que sur des thèmes comme ceux de l'avortement et des pratiques contraceptives, ses positions avaient du mal à passer, il faisait figure de force morale, et il passait pour être un homme de paix. Ce fut justement face à George Bush qu'il déploya beaucoup d'énergie contre la guerre et pour la paix. En vain : contre les mises en garde et les supplications de Jean-Paul II, l'hôte de la Maison-Blanche déclencha sa guerre contre Sadam Hussein. Avec les désastres que l'on sait, notamment pour les chrétiens irakiens (et du Moyen-Orient) qui vivent (s'ils l'osent encore) dans des conditions tragiques.

Benoît XVI n'a pas le charisme de Jean-Paul II. Mais il est le souverain pontife ; et, comme tel, il est aujourd'hui un homme de paix. Quelles qu'aient été ses opinions personnelles, il est aujourd'hui dans la logique de la défense des valeurs qui favorisent le rapprochement des hommes, le vivre ensemble de millions d'hommes et de femmes qui, grâce aux progrès technologiques, sont physiquement proches les uns des autres, mais qui, malgré la mondialisation, relèvent de cultures, de religions, d'esprits tout à fait différents les uns des autres. Bien que le pape souhaite ne pas être pris dans les méandres de la campagne pour la présidentielle, il faut espérer qu'il ait un message à l'adresse de George Bush et surtout de celui qui va lui succéder : les Etats-Unis ont eu, ces derniers temps, des manières de faire et de penser qui ont causé un tort infini au monde, qui sont la source de bien des souffrances parmi les musulmans et les chrétiens ; ils doivent se défaire de leur unilatéralisme, de leur vanité d'unique hyperpuissance, pour contribuer, dans un esprit de dialogue multilatéral, à panser les plaies d'un monde qui va incontestablement mal. Fort opportunément, le pape prendra la parole au siège des Nations unies. On peut espérer qu'il aura une parole qui pèsera dans le sens d'un renforcement de l'esprit démocratique dans cette organisation, susceptible de la transformer en un vrai cadre de concertation sincère pour la résolution pacifique des crises dont on est loin de voir la fin, et pour la promotion de la justice et du progrès dans le monde. On espère que George Bush, qui a mis les petits plats dans les grands pour recevoir Benoît XVI, ne va pas exploiter cette visite à des fins strictement internes : apporter un apaisement sur le front socio-religeux à propos du scandale des prêtres pédophiles et des manifestations que cela suscite. Et qu'il va, lui le va-t-en-guerre, avoir une oreille attentive pour les propos d'un grand homme de paix.

 

Le Pays du 17 avril 2008



16/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres