L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un meeting contre le dilatoire et les subterfuges

 

Université de Ouaga

Un meeting contre le dilatoire et les subterfuges

 

L'Union générale et l'Association nationale des étudiants burkinabè (UGEB/ANEB) tiennent un meeting, le vendredi 13 avril prochain sur le campus de Ouaga, pour dénoncer les manœuvres dilatoires et les subterfuges des premiers  responsables de l'enseignement supérieur dans notre pays.

C'est ce qui ressort de la déclaration suivante qu'il nous ont fait parvenir.

Camarades étudiantes et étudiants,

 

Le 16 décembre 2006, les étudiants de notre université, sous la direction de l'ANEB, adoptaient en Assemblée générale une plate-forme revendicative (PFR). Cette dernière fait la synthèse des préoccupations de l'heure les plus pressantes sur le campus. Malheureusement, depuis son adoption, les autorités universitaires useront de méthodes dilatoires qui cachent mal leur manque d'empressement à apporter des solutions sérieuses à nos revendications.

 

En effet, et comme depuis trois ans maintenant, le MESSRS nous a d'abord invité à faire le tour des services techniques de son département avant de nous accorder une audience. Non seulement ces rencontres avec les différents services techniques n'accoucheront de rien, mais aussi il ressort de la rencontre du 08 février 2007 avec le MESSRS lui-même que l'augmentation du taux de l'aide à 200 000 F/an et l'élargissement de sa base d'octroi au second cycle ainsi que l'augmentation du taux de la bourse et de son contingentement seront discutés par une commission qui, elle-même, sera mise en place en mai prochain.

 

Concernant l'abrogation du décret instituant la police spéciale des universités, le professeur Paré dit avoir transmis la revendication au Premier ministre dont il attend toujours une réaction. Selon le MESSRS, il n'est pas question pour le Gouvernement de revoir à la baisse les frais d'inscription.

 

En ce qui concerne l'adoption de textes consensuels devant régir les franchises universitaires, et la représentation des organisations démocratiques des étudiants dans les instances de décision, le ministre prétend avoir donné des instructions à la Présidence de l'UO depuis le 2 octobre 2006. Mais là encore, c'est le statu quo ; ce qui n'empêche pas notre ministre de promettre une fois de plus d'écrire à la Présidence de l'UO concernant, cette fois-ci, le respect du calendrier universitaire et la remise aux étudiants des copies et des corrigés des évaluations.

 

En outre, en lieu et place du calendrier fixe de paiement de l'aide que nous avons demandé, les autorités nous ont proposé le programme (non officiel) 2007 des activités du FONER. D'ailleurs, nous constatons avec amertume que dans ce programme, leur calendrier n'est même pas respecté dans la mesure où la 3e tranche de l'aide qui devait être payée depuis le 6 mars ne l'est toujours pas. Pour ce qui est de l'augmentation de la capacité d'accueil des cités universitaires et de leur entretien, ainsi que de la construction d'amphithéâtres, les autorités ont vite fait de montrer des chantiers.

 

Pourtant, l'évolution normale de certains de ces ouvrages aurait dû conduire à leur réception depuis pratiquement 3 ans ; ce que les autorités oublient de préciser. Par ailleurs, ces infrastructures en construction sont déjà dépassées au regard des effectifs actuels de notre université.

 

Enfin, le ministre Paré remet en cause les engagements qu'il a lui-même pris en juillet et août 2006 concernant l'élaboration de textes clairs relatifs à l'évaluation des étudiants et à la révision des critères arbitraires (âge, moyenne, ancienneté du Bac, etc.) pour l'octroi et le renouvellement de l'aide.

 

Camarades, voilà ce que le MESSRS, appuyé par ses relais sur le campus, appelle solutions concrètes à nos revendications. A l'évidence, les autorités marquent le pas pour examiner sérieusement notre PFR en dépit des grèves organisées les 21 et 22 février et les 13 et 14 mars. Elles préfèrent user de subterfuges pour gagner du temps. De la sorte, elles ne nous donnent d'autre choix que la lutte ferme autour de nos intérêts.

 

C'est pourquoi l'ANEB appelle l'ensemble des étudiants de l'université de Ouagadougou à participer massivement au meeting qu'elle organise ce vendredi 13 avril 2007, à partir de 08 heures, sur le terrain DABO Boukary.

 

Non à la diversion !

En avant, pour la résolution de notre PFR !

Pain et liberté pour le Peuple !

 

Le Comité exécutif

L’Observateur Paalga du 12 avril 2007



12/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres