L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Une lettre pour Laye : Le gros rat de la BICIA de Fada

Cher Wambi,

 

Hélas, la mort a une fois encore fait des siennes, en frappant aux portes de l'Association burkinabè pour la promotion des aveugles et malvoyants (ABPAM).

Tu l'as peut-être déjà appris, puisque la triste nouvelle s'est vite répandue à travers la cité telle une traînée de poudre.

Oui, le Dr Siaka Diarra, qu'on ne présente plus, a été emporté par le crash du Boeing 737-800 de Kenya Airways survenu dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 mai à Douala au Cameroun.

Evidemment, l'on dira que c'est son jour qui est arrivé.

Mais pourquoi lui, et maintenant ?

Pour qui connaît, en effet, l'œuvre accomplie par le Dr Siaka Diarra depuis 1982 qu'il dirige l'ABPAM, la question n'est point dénuée de sens.

Sais-tu qu'à ce jour, l'ABPAM compte quelque 6 mille membres dont 2 500 femmes ?

Grâce à lui, l'aveugle et le malvoyant ne vivent plus leur mal comme un handicap à leur épanouissement, tant à travers le monde, il a su développer des initiatives en faveur de leur formation et de leur insertion sociale.

Cela, bien que lui-même ait perdu la vue depuis 1982, par suite  d'une intervention alors qu'il était encore en quête de savoir.

Au Dr Siaka Diarra revient la présidence de la Zone 2 (Afrique de l'Ouest) de l'Union africaine des aveugles (UAFA) dont il est, par ailleurs, membre du bureau exécutif.

L'irréparable s'est produit alors qu'il se rendait à Nairobi, au Kenya, à une réunion dudit bureau, en marge de la commémoration du 20e anniversaire de l'UAFA.

Parmi ses innombrables chantiers, il faisait des pieds et des mains pour l'aboutissement d'un atelier sur le renforcement des capacités institutionnelles des associations des personnes handicapées visuelles, prévu dans la dernière semaine de ce mois au Bénin.

Hélas, le destin l'a voulu, il appartiendra à d'autres de poursuivre son œuvre.

Le Dr Siaka Diarra s'en est allé, laissant derrière lui une veuve et deux enfants.

Et depuis mercredi dernier, son jeune frère Issa Diarra et la veuve se sont envolés pour Douala, en vue de la reconstitution et de la reconnaissance de la dépouille.

Dans l'attente de leur retour, c'est fort légitimement que plus d'un Burkinabè rêve d'obsèques grandioses, à défaut de nationales, pour le Dr Siaka Diarra qui aura vécu utilement pour la cause des aveugles et malvoyants, tant au Faso qu'au-delà de nos frontières.

 

Mais tournons cette page sombre de la semaine écoulée pour nous intéresser maintenant, cher Wambi, au scrutin législatif du 06 mai.

Les urnes ont parlé, et en attendant les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le verdict du Conseil constitutionnel, le dépouillement des bulletins effectué dans les différentes circonscriptions électorales permet de répartir ainsi qu'il suit les 111 sièges de l'Assemblée nationale :        

CDP : 73 ; ADF/RDA : 14 ; UPR : 5 ; UNIR/MS : 4 ; CFD/B : 3 ;  PDS : 2 ;  PDP/PS : 2 ; RDB : 2 ; UPS : 2 ; PAREN : 1 ; RPC : 1 ; UDPS : 1 ;  PAI : 1.

Bien entendu, cher cousin, ces chiffres sont sous réserve de confirmation ; mais d'ores et déjà, l'on notera de grands absents de la future législature.

Sont de ceux-là Hermann Yaméogo de l'UNDD dont le parti est d'ailleurs sorti bredouille de cette consultation ; Ram Ouédraogo du RDEB ; Hyacinthe Sandwidi  du PDP/PS ; Philippe Ouédraogo du PDS ; Christian Bouda du CDP, et j'en oublie.

Mais avant l'officialisation des résultats, les conjectures sur le prochain patron du perchoir ont déjà commencé.

Roch Marc Christian Kaboré conservera-t-il son fauteuil ?

Les pronostics vont bon train, mais voilà une question à laquelle ne peut répondre que le grand sachem.

On peut, en effet, s'attendre à ce que ça bouge à l'issue des élections, mais difficile de présager qui à la place de qui à l'Assemblée ou dans le gouvernement, pendant que Blaise bat toujours ses cartes.

 

En tous les cas, ça ne saurait tarder, et c'est dans cette attente que je t'invite à te tourner vers Tipoko l'Intrigante, qui nous ouvre son carnet secret :

 

Voici un problème qu'un retraité du secteur n° 30 de la capitale pose au président de l'Assemblée nationale et aux ministres respectifs de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale ; des Finances et du Budget : pourquoi le retraité n'a pas eu droit au relèvement du taux des allocations familiales, suite à la réponse du gouvernement aux préoccupations des organisations syndicales (cf. l'Observateur paalga n° 6735 du vendredi 29 septembre au 1er octobre 2006, au point 4 de la page 7 et au 9 de la page 8) ?

 "Comme signe supplémentaire de sa volonté, le gouvernement consent à faire un effort exceptionnel consistant à doubler le taux des allocations familiales pour compter du 1er juillet 2006, avec paiement de rappel dès le 31 octobre 2006".

Notre retraité ne s'arrête pas en si bon chemin, puisqu'il suggère au président du Faso qu'aux prochaines élections législatives, il exige de chaque député le bilan du mandat écoulé, approuvé par les populations de son département et de sa province avant de prétendre à un nouveau mandat.

 

Vendredi noir pour l'agence BICIA-B de Fada ; c'est en tout cas le moins que l'on puisse dire.

Installée à la faveur de l'expansion de la culture cotonnière dans l'Est du Burkina, elle constitue une adresse sûre aussi bien pour les opérateurs économiques de l'élevage que de la cotonculture.

C'est dire donc qu'il y a l'argent dedans.

Pactole qu'un des caissiers n'a nullement résisté à la tentation d'en prélever vendredi dernier.

Son butin serait estimé à quelque 100 millions de nos francs. Mais l'apprenti sorcier n'ira pas loin, puisque épinglé, il devait être déféré à Ouagadougou cette semaine si ce n'est déjà fait.

Néanmoins, le mystère entoure toujours le plan d'exécution de ce coup fumant, et surtout le montant récupéré.

 

Nobles prétentions pour noble art, est-on tenté de dire. Après la ceinture du champion d'Afrique des poids super welter, Idrissa Kaboré dit "le Kaïd", convoite maintenant le titre mondial.

Un rêve qui, d'ici là, sera peut-être une réalité grâce à la société Marina Market qui a décidé de prêter main-forte au ministère des Sports et Loisirs, en déliant les cordons de la bourse.

Ainsi, Marina Market soutiendra financièrement la préparation de l'entraineur-manager, Jean Pierre Mahé, et de nos quatre boxeurs en compétition que sont :

- Idrissa Kaboré dit "Le Kaïd" champion d'Afrique des poids superwelter, prétendant au titre mondial ;

- Boniface Kaboré dit "Python", challenger du titre de champion d'Afrique des poids superwelter ;

- Patrice Soutoké dit "Bombardier", challenger du titre de champion d'Afrique des poids welter ;

- Alexis Kaboré dit "Yoyo", challenger du titre de champion d'Afrique des  poids coq.

Très bientôt, ces porte-flambeaux du "Pays des hommes intègres" prendront la route du Ghana et de la France pour mieux peaufiner leur préparation afin que 2007 soit l'année de l'ascension de la boxe burkinabè.

Bon vent et bravo à Marina qui s'invite sur le ring.

 

Que ça devient contagieux ces règlements de comptes entre ouvriers et entrepreneurs. Pas plus tard que mardi dernier, un entrepreneur du quartier Kologh-Naaba a appris à ses dépens que le "gombo" d'un ouvrier ne se broute pas impunément.

Alors qu'il se prélassait en effet dans son canapé, il sera assommé à l'aide d'une poutre par un de ses ouvriers qui réclamait en vain son dû.

Le croyant mort, l'ouvrier se serait constitué prisonnier auprès des forces de sécurité.

Le patron, aux dernières nouvelles, aurait repris connaissance, mais avec la mâchoire déboîtée.

 

Le phénomène du grand banditisme demeure le cauchemar des paisibles populations. Ces oiseaux de malheur ont poussé l'audace jusqu'à aller attaquer un véhicule transportant des urnes pour les élections du 6 mai.

Hier matin encore, ils ont fait parler d'eux en interceptant un car OA à la hauteur du Nazinon sur le tronçon Sapouy-Ouaga. Tous les passagers ont naturellement été dépouillés de tout ce qu'ils avaient sur eux. Le chauffeur qui a pourtant obéi à leurs injonctions a eu une blessure. Il a été frappé d'un coup de caillou sur son cou. L'opération se serait déroulée entre 9h et 10h. Passé le temps de la campagne pour les élections du 6 mai 2007, les forces de l'ordre et de sécurité vont devoir renouer avec la traque aux bandits.

 

«Lettre pour Laye» in L’Observateur Paalga du 11 mai 2007



11/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres