L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Vers l’eau potable pour tous à Niangoloko, Banfora et Bérégadougou

ONEA
Vers l’eau potable pour tous à Niangoloko, Banfora et Bérégadougou

 

L’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) a lancé le 6 mars 2008 les travaux de renforcement de son réseau et de ses capacités de fourniture d’eau potable à Niangoloko et à Banfora.

 

A Bérégadougou où la société ne disposait pas encore de réseau, il a été également lancé le lendemain 7 mars, les travaux d’adduction d’eau potable (AEP) de la localité. Pour Salif Diallo, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique, et des Ressources halieutiques, l’objectif est d’arriver d’ici à l’horizon 2025 à une disponibilité d’eau en quantité et en qualité suffisantes dans ces 3 cités de la région des Cascades.

A Bérégadougou, cité située à 15 km de Banfora, chef-lieu de la région des Cascades, le vieux rêve des habitants de disposer d’un système d’adduction d’eau potable est enfin en bonne voie de se réaliser. L’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) y a en effet lancé le 7 mars dernier les travaux d’adduction d’eau potable (AEP) au profit des populations. Pour Salif Diallo, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques qui a présidé la cérémonie, ce n’est que justice rendue à cette cité industrielle (elle abrite la SN SOSUCO) qui a tant apporté à l’économie nationale, sans pour autant disposer d’un réseau d’AEP digne de ce nom. Pour le maire de Bérégadougou, Martin Sourabié, c’est l’aboutissement d’un vieux rêve. "Depuis les années 1970, les habitants en rêvaient. Les années se sont succédé mais rien n’est venu soulager leurs espoirs, malgré tout ce qu’ils ont pu entendre comme promesses sur la question", a-t-il dit. Mais cette fois, il y a lieu de croire que les choses vont dans la bonne direction., le ministre de l’Hydraulique les ayant assurés des possibilités pour eux de s’abonner aux services de l’ONEA à des prix abordables "compte tenu de l’injustice passée". Avec le réseau de l’ONEA, Bérégadougou va passer de 16 à 100% de couverture en eau potable. Les travaux qui viennent d’être lancés vont consister à la construction et à l’équipement d’une bâche claire en béton armé de 200 m3 ; à la construction d’un château d’eau métallique de 150 m3 ; la pose de conduites de distribution d’eau de 15 km dans la cité, la construction d’une station de pompage et de refoulement, etc.

A Banfora et à Niangoloko où le ministre Diallo et les responsables de l’ONEA étaient la veille 6 mars, il a été question du renforcement de l’approvisionnement en eau potable des deux centres urbains. Pour ce faire, des canalisations d’environ 14,5 km, des chambres de vannes et d’autres travaux seront réalisés dans la cité du Paysan noir. Dans la Cité de Santa qui connaît en ce moment une flambée des cours de l’or bleu ( la barrique d’eau à plus de 1 000 F CFA ), des ouvrages hydrauliques y ont également été annoncés. Il s’agit, entre autres, de la construction d’une ligne MT de 4 200 m ; la pose d’un transformateur ; la construction d’une bâche d’eau claire en béton armé de 100 m3, un château d’eau métallique de 150 m3 ; et d’une station de pompage de refoulement. Coût total de tous ces travaux d’adduction d’eau à Niangoloko, Banfora et Bérégadougou : plus de 2 milliards 500 millions de francs CFA. Le financement est assuré par les fonds propres de l’ONEA et l’appui du Royaume du Danemark. Niangoloko, Banfora, et Bérégadougou ne sont en fait, selon le ministre d’Etat Salif Diallo, «que le premier maillon d’un vaste programme d’AEP qui va toucher l’ensemble des communes rurales du pays". Aussi, le lancement des présents travaux de l’ONEA dans les 3 cités des Cascades a-t-il été salué à sa juste valeur par leurs maires.

Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture a saisi l'opportunité dans les différentes localités pour rendre un hommage aux producteurs de la région qui présente un excédent céréalier. Aux opérateurs économiques des Cascades, le ministre Salif Diallo a sollicité un engagement pour l’évacuation vers des zones déficitaires du surplus de production agricole régionale.

 

Grégoire Bazomboué BAZIE

 

Le Pays du 13 mars 2008



12/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres