L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

12 mois de prison pour deux faux monnayeurs

12 mois de prison pour deux faux monnayeurs

 

Deux faux monnayeurs (Méda Julien, 42 ans et Congo W Prosper, 29 ans) de billets de banque ont été condamnés à 12 mois de prison ferme par le tribunal de Dédougou le 11 juin 2008. Ils ont été reconnus coupables de détention et d’utilisation de faux billets de banque d’un montant de 150 000 F CFA et de détention illégale d’un pistolet de fabrication artisanale. Les prévenus, qui sont tous domiciliés à Ouagadougou, ont plaidé coupables. Cependant, l’un des deux, Méda Julien qui est employé de commerce, explique qu’il s'était rendu dans un pays voisin en janvier 2008 pour s’acheter une machine à scier. Malheureusement, dit-il, son voyage a été infructueux. Et c’est au change à la frontière qu’on lui aurait remis 150 000 F CFA de faux billets de banque sans qu’il le sache. Au lieu de dénoncer la situation, il a, dira-t-il, pris l’initiative de blanchir ces faux billets avec la complicité de son voisin Congo W. Prosper. La stratégie consistait à acheter des marchandises (cartes de recharges, cigarettes et boissons) pour récupérer la monnaie en bons billets. C’est ainsi qu’ils ont quitté Ouaga à moto (une ninja) pour Koudougou. Dans la capitale du Boulkiemdé, une partie des billets a pu être écoulée. Ils mettront ensuite le cap sur Dédougou où ils passeront la nuit, avant d’être appréhendés par la police le 29 mai 2008 à Bondokuy (localité située à 75 km de Dédougou sur la route nationale 1) sur dénonciation anonyme d’une victime.

Pour le procureur du Faso, l’intention coupable des prévenus est caractérisée. Le faux monnayage des billets de banque, dit- il, porte un coup au crédit monétaire et entraîne d’énormes pertes économiques. C’est pourquoi il a requis une peine de 12 mois ferme pour chacun des prévenus et la confiscation des billets de banque (blanchis et faux) et de la moto qui a servi à la commission de l’infraction. Il a été suivi par le tribunal qui a prononcé la même sentence.

 

Le Pays du 16 juin 2008



16/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres