L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

184 personnes arrêtées lors des émeutes à Ouaga

Emeutes à Ouaga

184 personnes arrêtées

184 personnes ont été arrêtées à l’issue des émeutes du 28 février 2008 à Ouagadougou ; l’arrêté portant suspension de la perception du droit de douane sur des produits de grande consommation est désormais en vigueur ; des équipes de l’Inspection générale des affaires économiques (IGAE) sont sur le terrain pour relever les stocks de produits ; telles sont, pour l’essentiel, les informations communiquées à la presse par le gouvernement hier en fin d’après-midi.

Mercredi dernier, le gouvernement avait tenu un point de presse annonçant une série de mesures relatives aux produits de première nécessité supposées être la solution pour une baisse des prix qui pèsent sur le panier de la ménagère. Cela n’a pas empêché les manifestations violentes contre la vie chère dans la capitale, qui ont fait d’énormes dégâts sur des biens publics et privés.

Le même jour, de nombreuses arrestations ont été opérées et, à la date d’hier, 184 personnes étaient entre les mains des forces de l’ordre. La plupart d’entre elles, selon le ministre de l’Information, porte-parole du gouvernement, Filippe Sawadogo, ont été appréhendées pour flagrant délit de destructions de biens.

Quant à Nana Thibaut, il est poursuivi pour propos séditieux. "Une certaine presse, souligne le porte-parole du gouvernement, a publié ses déclarations disant qu’autorisation ou pas, il y aura des manifestations".

En ce qui concerne la suspension du droit de douane (voir tableau) des produits comme l’huile, le savon et les pâtes alimentaires ne sont pas concernés. Motif avancé par le ministre du Commerce, Mamadou Sanou : ils sont fabriqués par des unités locales "Si on les exonère, nous serons envahis et ce sera la catastrophe pour nos industries".

Des équipes de l’Inspection générale des affaires économiques sont à pied d’œuvre sur le terrain pour relever les stocks de marchandises. Des missions ont été envoyées à Bobo-Dioulasso et à Banfora pour rencontrer les services de comptabilité des unités industrielles.

Des rencontres ont eu lieu avec des opérateurs économiques pour les inciter à importer massivement et rapidement. "Normalement, si tout va bien, la semaine prochaine, les prix des produits vont baisser", conclut Mamadou Sanou.

Adama Ouédraogo

Damiss

L’Observateur Paalga du 4 mars 2008



04/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres