L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

9e Jeux africans d'Alger : Enfin des médailles pour le Burkina !

9es JEUX AFRICAINS D'ALGER

Enfin des médailles pour le Burkina !


C'est ce soir que les 9es jeux africains d'Alger prennent fin. La moisson est bonne pour certains, acceptable pour d'autres, et mitigée pour d'autres encore. Le Burkina, à la quête d'au moins une médaille, en a, enfin, décroché deux le 21 juillet dernier grâce aux performances en taekwondo et en heptathlon (athlétisme). La joie se lisait sur le visage des membres de la délégation burkinabè.

Même si le Dytaniè n' a pas retenti au stade du 5-Juillet d'Alger, le drapeau burkinabè a flotté dans ce temple de sport, et par deux fois. Seydina Mamadou Drabo et Béatrice Kamboulé ont été jusque dans leur dernières ressources pour arracher ces précieuses médailles que sont l'argent et le bronze. Pour s'être efficacement occupé de son adversaire sénégalais, Seydina Drabo s'offre une belle victoire qui requinque le moral de toute une délégation. En heptathlon (athlétisme), Béatrice Kamboulé s'est montrée bien endurante car c'est la somme des performances de 7 disciplines réunies qui constitue les résultats en heptathlon. En clair, on fait la somme des points obtenus dans chaque épreuve pour désigner le vainqueur. Sans avoir été exceptionnellement préparée à affronter cette catégorie (c'est sa première épreuve internationale car l'heptathlon a été seulement introduit cette année en championnat national), Béatrice a successivement étalé ses prouesses sur les 200 m, la longueur, la hauteur, le lancer de poids, le javelot, les 100 m haies et les 1500 m. Discipline de courage et de volonté suprême, l'heptathlon aura permis de s'assurer davantage que le Burkinabè a un coeur de lion. La "lionne " Béatrice a donc totalisé 4996 points et se classe 3e (la première a un peu plus de 5000 points). Elle bat ainsi le record national du Burkina qui est de 4775 points, record détenu par Antoinette Marchal.

C' est donc une bonne fin de jeux pour les Burkinabè, qui avaient également les yeux rivés sur les derniers athlètes qui étaient en compétition au moment où nous tracions ces lignes. Aboubacar Séré visait l' or au saut en hauteur tandis que Aïssata Soulama pensait offrir l' argent ou, au minimum, le bronze à son pays. Si ces voeux se réalisaient, la délégation retournerait au pays avec 4 médailles. On n' en est pas encore là. Mais d'ores et déjà, l'ambassadeur Mamadou Sermé, tout heureux, a offert un dîner à ces médaillés et à la presse hier soir à sa résidence. Des moments conviviaux qui ont permis au premier Burkinabè en Algérie de transmettre ses félicitations aux athlètes et à la délégation.

Alger se prépare, ce soir, pour une cérémonie de clôture digne de ce nom, à l'image de celle d'ouverture qui a connu un succès éclatant. En attendant les résultats définitifs, il est à noter que l'Egypte et l'Algérie sont à égalité du point de vue des médailles en or obtenues. A ce stade des compétitions, les deux pays totalisent chacun 68 médailles en or. Sur le total des médailles obtenues, c'est l'Algérie qui mène la danse avec 194 médailles contre 187 pour l'Egypte. L'Afrique du Sud vient juste après avec 168 médailles, dont 60 en or et 60 en argent. Le premier pays ouest-africain à se classer est le Nigeria (5e) avec 151 médailles dont 45 en or et 55 en argent.

 

Alexandre Le Grand ROUAMBA Envoyé spécial

Le Pays du 203 juillet 2007

 

VU ET ENTENDU A ALGER

* Un Sanou Burundais ? Question légitime quand on entend aux haut-parleurs du stade du 5 juillet d'Alger : " Drissa Sanou du Burundi". Les Burkinabè se demandaient si c'était leur Drissa ou un autre. Heureusement que le drapeau du pays clarifiait tout.

* A la sortie de ma messe "'dominicale " du vendredi, un prêtre m'interrogea : " Le Burkina Faso a eu des médailles ?". "Pas encore", lui répondis-je. Et pour toute relance, il déclara:" Vous risquez de ne plus en avoir parce que je connais le Burkinabè : il se sacrifie et offre tout aux autres et rien pour lui. Alors le Pays des Hommes intègres risque de ne rien avoir. Eclats de rire et il quitta les lieux.

* "Zidoeufs", vous connaissez? Certainement pas. C'est la seule usine en Afrique, apprend-on ici à Alger, qui produise, après transformation, de la poudre d'oeuf. Avec cette poudre, conservable à volonté, on fait des omelettes comme on obtient du lait avec de la poudre. Cette usine est bien vantée ici à Alger.

* Les vautours, ce ne sont pas les vautours que tous connaissent. Ici, les vautours renvoient aux dépanneurs en cas d'accident de la circulation pour tracter le véhicule accidenté à destination. Son propriétaire doit débourser environ 15 000 FCFA pour le transport sur une distance de 15 km. Le tarif est doublé si les prestations sont fournies de nuit.


* Le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports a reçu des convives (dont les 12 journalistes invités d'honneur) pour un dîner le 21 juillet dernier à L'hôtel des militaires. Il avait à ses côtés certains collègues ministres. Vu que la soirée tardait à prendre fin, une consoeur de la Tanzanie et un confrère du Burundi décident de retourner à leur hôtel avant la fin du dîner pour se reposer. Ayant libéré mon chauffeur, je demande à partir avec eux. A notre grande surprise, au moment de démarrer, un agent fit signe au chauffeur de s'arrêter. Raison : "Le ministre ne doit pas bouger sans son escorte", nous laisse-t-il entendre. Qui est ce ministre ? demande le chauffeur. L'agent me pointe du doigt. Le chauffeur de la Tanzanienne, qui ne me connaît pas, me demande si je suis ministre. Je réponds par la négative et tous les occupants du véhicule éclatent de rire. "Pardon, vous pouvez donc partir", s'excuse ledit agent. Et le Burundais de commenter: " ça veut dire qu' on peut sacrifier nous autres", avant de me dire : " Mon frère , peut-être que c'est prémonitoire. Informe-moi lorsque tu seras nommé ministre dans ton pays."


* La délégation nigérianne est l'une des plus fortes à ces Jeux. Sur un total de 700 membres qu'elle compte on dénombre 400 athlètes et 40 journalistes. Le budget voté ? 702 millions de FCFA.

* Drissa Sanou ne semble pas satisfait de ses dirigeants. Après avoir été déclaré 4e aux 100m, à l'issue d'une épreuve très disputée, l'athlète burkinabè déclare : " Jusqu'à preuve du contraire, je suis 2e ou 3e au classement et non 4e. On n'a jamais repassé la photo finish comme on l'a fait pour certaines épreuves. Les dirigeants auraient pu aller introduire une réclamation juste à l'arrivée de la course. S'ils attendent plus tard comme ce fut le cas, rien ne peut être fait. Ils n'ont pas introduit de réclamation et on m' a classé 4e. Cela me déçoit. Je me suis battu pour offrir une médaille à mon pays. A cause de cette erreur, cela n'a pas été possible. Mon coach a tenté mais on l'a refoulé. Même ceux qui regardaient la photo finish à l'intérieur ne pouvaient déterminer le 2e ni le 3e. On a donc décidé de me classer 4e ."

 

 



23/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres