L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

9es Jeux africains d’Alger : Le Burkina se classe 26e

9es Jeux africains d’Alger

Le Burkina se classe 26e


Tout est bien fini dans la capitale algérienne. Les lampions des 9es jeux se sont éteints au stade du 5-Juillet hier soir devant des personnalités et un public qui a soutenu de bout en bout les athlètes venus partager la solidarité et la fraternité africaines. Les délégations repartent, chacune ayant connu des fortunes diverses. Les Jeux d'Alger se terminent sur une note de satisfaction générale.

Après avoir organisé les Jeux de 1978, l'Algérie a mis un point d'honneur à réussir l'organisation de cette 9e édition. Elle tenait à relever le défi et n'est pas passée à côté de la plaque car ayant battu le record de toutes les participations : 6000 athlètes, 2500 dirigeants, 500 VIP, 1500 journalistes, 900 arbitres et 900 médecins pour un total de 12 300 personnes. Du jamais vu à des Jeux africains. Sur le plan du travail de la presse, rien n'a été négligé. Plus de 70 ordinateurs ont été gracieusement mis à la disposition des journalistes pour le seul centre d' Alger. Sans oublier que les 3 autres sites (Boumerdès, Blida et Tipaza) ont aussi été dotés de matériel. A cela s'ajoutent le téléphone et le fax, tout aussi gratuitement installés pour les journalistes. Par ailleurs, 132 infrastructures ont été rénovées (dont 42 pour les compétitions). Il y a eu la réhabilitation de 5 résidences. Tous les pays africains étaient représentés, sauf le Maroc qui ne participe plus à ces Jeux depuis la 4e édition, vu qu'il n'est plus de l'Union africaine. Sur les 52 pays participants, seul le Cap-Vert n'avait pas d'athlètes. L'Algérie, qui tient à son image de marque, a fait le nécessaire pour réserver l'accueil attendu aux festivaliers, qui n'ont toutefois pas manqué de relever quelques difficultés (restauration). Pour tenir ce pari, l'Etat algérien, selon le Directeur général du Comité d'organisation des jeux (COJA), Djaafar Yefsah, a déboursé 32, 5 milliards de F CFA. Vu l'immensité des dépenses, le DG du COJA préconise que les Jeux africains soient régis désormais par l'ACNOA (l'Association des comités nationaux olympiques d'Afrique) et non plus par le CSSA (le Conseil supérieur du sport en Afrique). Mieux, M. Djaafar propose que les Jeux africains soient des jeux qualificatifs pour les Jeux Olympiques afin d'intéresser davantage les athlètes et les sponsors. Pour le patron des 9es Jeux, " les jeux africains n'ont pas le statut qu'ils méritent". Même si des imperfections ont été constatées çà et là, Djaafar Yefsah estime que la réussite d'un tel rendez-vous ne dépend pas uniquement de l'organisateur mais aussi de tous les partenaires. La sécurité, qui était l'un des soucis majeurs des visiteurs, a été bien maîtrisée par le pays hôte, qui a mis tout en oeuvre pour que le moindre couac soit évité à ce niveau jusqu'à la fin des compétitions. Rien de particulier n'a été signalé dans ce sens. Et le DG du COJA de préciser :"L'Algérie est un chantier ouvert. Elle a traversé, certes, une période difficile où elle était toute seule à se battre contre le terrorisme qui n'a pas un passeport algérien." Il a fallu un 11 septembre, ajoute-t-il, pour que l'on sache que le terrorisme n'a ni frontière, ni race, ni couleur. L'Algérie, c'est autre chose que tous les clichés qu' on tente de lui coller. On est jaloux de notre continent, il faut qu'il avance, conclut Djaafar.

L'Egypte en tête de peloton

Si l'Egypte a dominé ces 9es Jeux avec 74 médailles en or pour un total de 198, le Burkina a obtenu, pour la première fois, trois médailles à des Jeux africains. Seydina Mamadou Drabo (Taekwondo), Aïssata Soulama et Béatrice Kamboulé (athlétisme) ont respectivement offert au Burkina des médailles d'argent (2) et une de bronze. C'est le fruit d'un effort que l'ambassadeur Sermé a salué à sa juste valeur. Présent dans 8 disciplines, le Burkina a donc pu s'offrir 3 médailles et se classe 26e sur 36 pays classés. En effet, sur les 51 pays qui ont compéti , seuls 36 ont eu des médailles. Le pays des "hommes intègres" devance ainsi 10 pays classés et 25 pays sur le total. Ce n'est rien, comparé à des pays qui ont une centaine de médailles, mais ces derniers se sont présentés parfois dans plus de 28 disciplines avec des budgets qu frôlent le milliard de F CFA. Dans la région ouest-africaine, le Burkina est devancé par le Nigeria (4e avec 49 médailles d'or), le Sénégal (7e avec 8 médailles d'or), le Ghana (3 médailles d'or), le Mali (1 médaille d'or) et la Côte d'Ivoire ( 25e) qui n'a obtenu aucune médaille d'or mais 15 médailles d'argent et de bronze.

Certains athlètes burkinabè ont battu leur propre record et celui national.

Les Jeux d'Alger se terminent sur une note de satisfaction pour l'Algérie qui peut s'enorgueillir d'avoir pu rassembler un tel monde sans qu'il n'y ait eu de fâcheux incident. La compétition était relevée avec une domination sans partage des Sud-Africains en natation et des Algériens en judo et en boxe.

Rendez-vous a été pris pour la Zambie en 2011.

Alexandre Le Grand ROUAMBA (Envoyé spécial à Alger)

Le Pays du 24 juillet 2007



24/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres