L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"A l’U.O., tout baigne" (Joseph Paré, MESSRS)

Point de presse du gouvernement

"A l’U.O., tout baigne" (Joseph Paré, MESSRS)

Le premier point de presse sectoriel du gouvernement a débuté le 13 juin 2008. Sujets évoqués : les examens et concours, le Bac 2008, la situation à l’Université de Ouaga et la notation des fonctionnaires de l’Etat. Pour cet échange avec les journalistes, après que le ministre porte-parole du gouvernement, Filippe Savadogo, a campé l’esprit et la lettre de ce genre de point de presse, on est passé directement à la phase des questions-réponses sans déclaration liminaire :

Pourquoi des erreurs dans les épreuves du BEP ? Quelle est la situation des cours au niveau de l’U.O., où certains parlent d’invalidation dans certaines facultés ? Quid du Bac 2008 ? Pour la circonstance, c’est Joseph Paré, ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique (MESSRS), qui a apporté des éléments de réponses.

Morceaux choisis : "C’est effectif qu’on a constaté que des erreurs se sont glissées au niveau du BEP, mais elles ont vite été corrigées. Quant à la situation à l’U.O., elle est normale, le Conseil de la formation et de la vie universitaire, qui est l’organe qui régit le fonctionnement de l’U.O., s’est réuni et a décidé du temps des examens, du début et de la fin des cours, malheureusement il y a eu des grèves qui ont entravé le déroulement normal des cours. Ce Conseil scientifique va statuer, je puis même vous affirmer que des solutions sont en train d’être trouvées,... vous savez, les enseignants ne sont pas prêts à sacrifier leurs vacances, des facultés ont même terminé leurs programmes, l’UO est par essence le lieu de la contestation, mais tout baigne et chaque étudiant aura son dû, le Bac 2008 se prépare normalement et se déroulera du 20 juin au 8 juillet 2008 selon la directive de l’UEMOA".

Les sujets proposés pour la session 2008 du Certificat d’études primaires (CEP) sont-ils oui ou non, difficiles et surtout hors programme ? Odile Bonkoungou, chargé du département de l’Enseignement de base, répondra : "La bonne organisation des examens et concours au niveau du MEBA est une tradition, nous avons reconduit la même stratégie. J’ai moi aussi entendu que les sujets du CEP étaient difficiles. J’ai eu des entretiens avec des enseignants et des inspecteurs qui connaissent le programme et qui m’ont assuré que tout ce qui a été proposé comme sujets était bel et bien au programme".

Au sujet des indemnités servies aux enseignants des classes multigrades, Odile Bonkoungou affirmera que l’Etat se saigne pour les payer, mais la solution se trouve dans leur suppression avec la normalisation des classes. Interrogé sur l’état des lieux des concours de la Fonction publique et du système de notation, Seydou Bouda, le ministre de tutelle, a répondu en substance qu’il y a 17 000 candidats pour les concours professionnels et 350 000 pour les concours directs pour 8 900 places.

Ouaga est le centre le plus sollicité, d’où l’ouverture d’autres guichets au stade du 4-Août (25 guichets), au stade municipal (8 guichets). Pour la notation des agents, Seydou Bouda a été clair : cette opération dans tout pays incombe à l’employeur, ici l’Etat. Pour ou contre cette notation, cela n’a pas d’importance, l’essentiel est que les méritants le sachent et les moins méritants aussi. A signaler que ces points de presse sectoriels doivent tenir en une heure et concerne chaque fois une brochette de ministères.

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 16 juin 2008



16/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres