L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Alain Zoubga crée l'autre Burkina

Vie des partis

Alain Zoubga crée l'autre Burkina

 

On le croyait avoir définitivement rompu avec la politique, depuis sa démission des instances du PDP/PS ; et voici qu'il nous revient avec l'AUTRE Burkina/Parti pour le Socialisme et la Refondation (PSR).

Foi du Dr Alain Dominique Zoubga, puisque c'est de lui qu'il s'agit, "désormais, plus que par le passé, il faut faire la révolution par la preuve, sur la base du droit constitutionnel ! La révolution ne doit plus être considérée comme synonyme d'Etat d'exception, donc comme la négation de l'Etat de droit démocratique".

Ci-après la déclamation de l'AUTRE Burkina/PSR.

 

Un nouveau parti politique est né, l'AUTRE Burkina/Parti pour le Socialisme et la Refondation (l'AUTRE Burkina/PSR) ! C'est un parti du changement, un parti de la révolution, un parti du socialisme qui se fixe pour objectifs stratégiques de :

- instaurer la démocratie politique sous ses formes les plus essentielles, à savoir la démocratie sociale, la démocratie parlementaire et la démocratie participative; - promouvoir le développement durable ;

- construire la société mixte de développement où coexistent les secteurs public et privé. L'historien et enseignant-chercheur le Pr Joseph Ki-Zerbo, disait : «Au Burkina Faso et en Afrique, rien n'a changé dans l'essentiel de la réalité depuis des décennies, voire des siècles : l'essentiel doit changer» ! C'est pourquoi, dans la tradition de la lutte patriotique de libération nationale et de la lutte pour la libération sociale du peuple, nous nous engageons pour la refondation de la république, la mise en œuvre de transformations révolutionnaires en faveur du peuple et la construction du socialisme. Les tendances d'évolution qui marquent aujourd'hui la situation mondiale se sont développées depuis la fin du XXe siècle. Sur le plan politique, l'un des traits caractéristiques de cette évolution est la domination arrogante des Etats-Unis d'Amérique sur les autres nations et peuples du monde entier. Sur le plan socio-économique, la crise tend à remettre en cause les avancées sociales conquises par les travailleurs, alors que la mondialisation, à travers les politiques financières et le développement technologique, a fini de «briser» les frontières des Etats, transformant le monde en «un village planétaire». L'Afrique, notre continent, à l'orée du XXle siècle, reste fortement dominée par l'exacerbation des grandes contradictions de l'époque, qui mettent en jeu, entre autres, les peuples, les puissances dominatrices, les dictatures politiques et l'Etat de droit démocratique. Ainsi, le combat pour la libération véritable du continent demeure plus que jamais une question cruciale à résoudre. Aujourd'hui, en dépit des discours officiels, le Burkina Faso est un pays en proie à une crise profonde et structurelle sans précédent. La situation nationale se caractérise essentiellement par un processus démocratique cynique du fait de l'asservissement de tous les pouvoirs au parti majoritaire, entraînant la faillite des institutions de la république, la mal gouvernance, le règne de l'impunité, une paupérisation croissante, une dégradation des valeurs morales, signe d'une déchéance sociale progressive. De cette situation découlent de nombreux défis nationaux qui se dressent devant notre peuple en général, les patriotes, les révolutionnaires et les socialistes en particulier. Il s'agit, entre autres, de :

- redonner confiance aux hommes et femmes qui ont foi en la lutte, au travail, et aspirent à la dignité humaine ;

- réhabiliter la politique et le politique ;

- construire une force politique conséquente de la gauche démocratique, une force fondatrice et responsable devant le peuple ;

 - faire du peuple le seul et unique propriétaire de ses richesses ; aussi, pour changer la vie du peuple burkinabè, il est impérieux d'instaurer un mouvement de refondation révolutionnaire.

  En proclamant la naissance de l'AUTRE Burkina/Parti pour le Socialisme et la Refondation (l'AUTRE Burkina/PSR), des hommes et des femmes de notre pays s'engagent à assumer cette tâche centrale et historique de l'heure.

Dans l'attente de proposer prochainement à notre peuple notre plate-forme programmatique, notre projet de société et notre programme d'action, nos engagements les plus immédiats portent sur :

 

La nécessité d'une Refondation de la République

 

Actuellement dans le pays, tout le monde ou presque parle de l'impératif d'un changement pour le Burkina. Mais quel changement ? Même si le Burkina d'aujourd'hui ne doit pas «être jeté à la poubelle», l'AUTRE Burkina auquel nous aspirons, c'est la négation de ce Burkina où :

 - au-delà des parvis de nos églises, de nos temples et de nos mosquées, peu de citoyens se soucient de la morale et de l'éthique ;

 - les cités de l'impunité poussent comme des champignons ; ce que ne manquent pas, fort heureusement, de dénoncer les «people» dans les chansons populaires ;

- les riches deviennent chaque jour plus riches, les pauvres, de plus en plus misérables, et les maîtres des lieux, les nouveaux riches, accumulent richesses sur richesses et narguent le peuple ;

- le voleur crie au voleur ; les auteurs de crimes économiques et de sang dénoncent avec la dernière énergie l'impunité ; de grands corrompus reconnus comme tels dénoncent avec une violence rare les corrupteurs, oubliant que nous sommes dans un «pays de savane» ;

 - le processus électoral, comble de paradoxe, ne reflète plus la réelle aspiration du peuple ;

- l'opposition politique, quant à elle, victime de ses propres contradictions et divisée, essaie tant bien que mal de faire face à la logique d'un régime omnipotent qui ne lui laisse que quelques strapontins comme l'attestent les dernières élections. C'est pourquoi la refondation que nous préconisons sera politique, économique, socioculturelle et morale. Mais d'ores et déjà, notre parti :

- demande une relecture de la Loi fondamentale, qui, dans l'état actuel, est déséquilibrée et accorde des pouvoirs énormes au président du Faso, remettant ainsi en cause la séparation des pouvoirs et par ricochet le bon fonctionnement des organes de l'Etat ; dans les conditions actuelles, le poste de Premier ministre par exemple n'est plus d'une grande utilité ;

- exige une refonte totale du système électoral (le code,  la CENI, le fichier...) ;

- œuvrera à une dépolitisation effective de l'administration ;

 - accordera les premiers rôles à la jeunesse dans la direction politique de notre lutte ;

 - travaillera pour que la femme, à qui nous dédions l'une de nos 07 flèches de combat pour sa lutte, s'assume véritablement et cesse d'être une citoyenne en soi pour devenir une citoyenne pour soi !

- s'oppose à l'intrusion déloyale des hauts fonctionnaires de l'Etat, des ministres, déjà détenteurs du pouvoir politique, qui, sous des prête-noms, ont accaparé le milieu des affaires ; ce qui est contraire aux textes de la république et constitue des sources d'enrichissement illicite ; il en sera de même contre l'ingérence dans la gestion des associations de la société civile ;

- dénonce l'immixtion du politique et de la politique dans certains attributs de la tradition de nos nationalités comme la chefferie coutumière. En revanche, nous soutenons qu'il faut réexaminer la nature et la forme de l'implication dans la politique des chefs coutumiers exerçant les fonctions du trône, en ce qui concerne particulièrement la possibilité qui leur est reconnue en tant que citoyen de briguer un mandat électif en politique ou d'être membre dirigeant d'un parti politique;

- instaurera une vraie liberté de la presse et n'entravera nullement le bon fonctionnement des associations des travailleurs, en particulier les syndicats ;

 - définira une politique conséquente d'immigration ;

 - s'engage à entreprendre une réforme profonde du système actuel des retraites, basé sur une pension trimestrielle «douloureuse», afin d'améliorer le revenu des retraités et de faire en sorte que la retraite ne soit plus une hantise, mais un repos mérité. Afin de consolider nos engagements pour la refondation, la mise en œuvre de mesures révolutionnaires est indispensable ; le but étant de restaurer la dignité de notre peuple et de réhabiliter les valeurs d'intégrité, d'abnégation au travail, d'amour et de paix. C'est en cela que la refondation sera au fond un mouvement révolutionnaire. Ces transformations qualitatives préparent les populations à adhérer à l'œuvre de construction du socialisme. 

En effet, de plus en plus, même les adversaires les plus résolus de la révolution reconnaissent maintenant que, pour la première fois dans notre pays, toutes les couches sociales de toutes nos nationalités ont été largement associées à la gestion du pouvoir d'Etat, et qu'en quelques années elle a accompli des réalisations dans tous les domaines, que plusieurs années de régime néocolonial n'ont pu réaliser. Aujourd'hui, malheureusement, la rigueur dans la gestion de la chose publique, la lutte contre la corruption, la gabegie et le laxisme, la moralisation de la vie publique, relèvent désormais de l'histoire avec en prime l'impunité. Mais si elle a des acquis importants, la révolution a eu aussi de graves insuffisances comme les atteintes à certaines libertés élémentaires, aux libertés de presse, aux libertés politiques et syndicales et une tendance certaine à la militarisation du pouvoir. C'est pourquoi l'AUTRE Burkina/PSR ne reprendra dans son programme que les mesures qui ont fait le bonheur de notre peuple (les 03 luttes, la politique du logement social, consommons burkinabè, la lutte contre la corruption, la moralisation de la vie publique, etc.). Aussi, les mesures telles la création de certaines structures politiques comme les CDR, malgré la nécessité de faire participer le peuple à la gestion du pouvoir d'Etat, et certaines actions volontaristes, voire spontanéistes sur le plan économique ne seront pas renouvelées ! Désormais, plus que par le passé, il faut faire la révolution par la preuve sur la base du droit constitutionnel ! La révolution ne doit plus être considérée comme synonyme d'Etat d'exception donc comme la négation de l'Etat de droit !

 

La construction du socialisme

 

Les mesures de refondation de la république et les transformations qualitatives créeront des conditions favorables à l'édification du socialisme dans notre pays. En tenant compte de l'évolution du socialisme il y a plus de 150 ans et du contexte actuel de la mondialisation, eu égard surtout à l'étape actuelle de la lutte de notre peuple, où la liberté, la démocratie, la justice sociale et la solidarité sont les questions centrales, nous mettrons prioritairement en œuvre des valeurs de la sociale- démocratie pour construire le socialisme dans notre pays. En effet, comme nous l'a enseigné le socialiste français Jean JAURES, «La démocratie, c'est le minimum du socialisme, le socialisme, c'est le maximum de la démocratie !». Notre parti sera l'un des maillons de la chaîne de l'Internationalisme socialiste pour le progrès des peuples! Pour assurer la victoire de notre combat, nous choisissons une démarche politique conséquente dite de la triple U : l'Unification des socialistes ; l'Union des révolutionnaires et l'Unité des forces de la gauche démocratique. En dépit des apparences, nos gouvernants savent que de plus en plus, dans le temps et dans l'espace, leur marge de manœuvre se rétrécit ! En réalité, certains jouent aux ignorants, car pour des gens qui ont porté l'étendard de la révolution, il devrait être aisé de comprendre que la situation est compliquée et grosse de tous les dangers. Après bientôt presque 20 ans sans discontinuer dans l'opposition politique, nous savons que la voie que nous avons choisie sera difficile. Mais désormais, «alea jacta est» ! Peuple du Burkina, l'AUTRE Burkina/PSR s'engage à tes côtés! Travailleurs des villes et des campagnes, femmes et jeunes, ce parti est né pour vous.

 

Pain et  dignité !

 

Ouagadougou, le 04 août 2007

 

Pour le Comité national provisoire du parti (CNP)

Dr Alain Dominique Zoubga

L’Observateur Paalga du 8 août 2007



08/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres