L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

An XX de la disparition de Thomas Sankara : Trois sites pour un deuil

An XX de la disparition de Thomas Sankara

Trois sites pour un deuil

 

Les préparatifs des manifestations commémoratives du 20e anniversaire de l’assassinat du président Thomas Sankara vont bon train. La salle de conférences du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), l’Atelier théâtre burkinabè (ATB) et l’Espace culturel Gambidi seront les sites qui accueilleront ces manifestations. C’est la substance de la conférence de presse qu’a animée à Ouagadougou, le 15 septembre 2007, le comité national d’organisation de cet anniversaire.

 

Plus que les autres années, les sankaristes veulent donner un cachet particulier à la célébration du 20e anniversaire de la disparition de leur idole, le capitaine Thomas Sankara, «assassiné le 15 octobre 1987 dans l’exercice de ses fonctions de président du Faso». Pour ce faire, à travers le monde, des actions ont été engagées de concert avec les mouvements se réclamant de l’idéal sankariste pour donner une envergure internationale à la manifestation qui aura lieu à Ouagadougou. Dans ce sens, la caravane Thomas Sankara, «Oser inventer l’avenir», a déjà quitté le Mexique, le 7 septembre, en direction du Burkina via des pays européens et africains.

Une des activités phare de cet anniversaire sera, sans conteste, la tenue à Ouagadougou, du 11 au 14 octobre 2007, du symposium international sur l’action de Sankara. Plus de 1 500 délégués, venant des quatre coins du monde, prendront part aux travaux de ce symposium qui se dérouleront sous forme d’ateliers et de panels autour de nombreux thèmes dont, entre autres :

- assainissement des finances publiques ;

- sankarisme et protection de l’environnement ;

- sankarisme et bonne gouvernance ;

- Sankara et l’aide publique au développement et le commerce équitable : la dette, l’initiative PPTE, le CSLP ;

- Thomas Sankara, 20 ans après.

En somme, selon Jonas Hien, membre du comité d’organisation, il s’agit de montrer qu’en quatre années de révolution, l’action de ce président a fait le tour du monde sur les plans politique, économique, social, culturel, etc. mais aussi de partager l’expérience sankariste en matière de lutte contre la pauvreté et d’échanger sur la vision panafricaine du mouvement.

 Et un des résultats majeurs attendus du symposium, «c’est un consensus sur le contenu politique, idéologique et social à donner à la notion du sankarisme».

Après s’être vu «refusé» les locaux de la maison du Peuple et après avoir renoncé au stade du 4-Août du fait que le Parti pour la démocratie et le progrès (CDP) devrait y loger 6 000 délégués venant fêter les 20 ans de pouvoir de Blaise Compaoré, les sankaristes ont finalement opté d’éclater leurs manifestations sur trois sites, à savoir : l’Espace culturel Gambidi, l’Atelier Théâtre burkinabè (ATB) et la salle de conférences du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC).

Le comité d’organisation a tenu à rappeler à tous que le registre des souscriptions pour soutenir financièrement la tenue des manifestations commémoratives de cet anniversaire est toujours ouvert et que ceux qui désirent  s'inscrire peuvent le faire soit à visage découvert, soit dans l’anonymat.

Le 15-Octobre, date de l’ascension de Blaise au pouvoir ou deuil de l’assassinat de Thomas Sankara ? Pour les conférenciers, il appartient à chacun de choisir son camp et de fêter ou d’être en deuil puisque nous sommes en démocratie. Pour eux, aujourd’hui on ne peut pas dire que tout est mauvais dans le règne de Blaise. Mais force est de reconnaître que s’il y a comparaison, si la révolution avait 20 ans, le Burkina Faso serait devant et pas à la traîne sur les chantiers du développement.

Parlant de la gratuité de l’éducation, Jonas Hien a affirmé ne pas comprendre pourquoi l’Etat fait croire qu’il s’agit d’un cadeau fait à la population. Pour lui, un gouvernement ne fait pas de don à son peuple puisque c’est un droit. Il a aussi dit ne pas comprendre pourquoi dans le kit scolaire «il y a un poster de Blaise».

A propos de l’unité des partis politiques se réclamant de l’idéal de Thomas Sankara, Me Bénéwendé Sankara a noté qu’en réalité, «les sankaristes n’ont jamais eu de divergence idéologique», tandis que Jean Hubert Bazié a assuré aux uns et aux autres sur «les intentions profondes d’unité des sankaristes». Quant à Jonas Hien, il a déclaré que tous les partis sont représentés dans le comité d’organisation et que l’ambiance y est très sereine. Autrement dit, tout y baigne.

On peut avoir davantage d’informations sur cette commémoration en allant naviguer sur les sites internet suivants : www.sankara 20 ans. net ou www.thomassankara.net

 

San Evariste Barro

L’Observateur Paalga du 17 septembre 2007



17/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres