L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

«Avec le CDP et l’ADF-RDA, la mouvance n’est pas nécessaire…»

La parole à la nouvelle équipe gouvernementale

 

A l’occasion de cette rentrée gouvernementale, nous avons pu arracher quelques mots à Blaise Compaoré, au Premier ministre et à certains nouveaux ministres.

 

Blaise Compaoré, président du Faso

«Avec le CDP et  l’ADF-RDA, la mouvance n’est pas nécessaire…»

 

Ne pensez-vous pas que le nombre de ministres soit élevé pour un pays comme le Burkina ?

 

• Je ne sais pas si une équipe est formée pour l’action, pour des résultats ou pour une compétition de nombre. Les équipes gouvernementales se forment au regard des défis. Il y a des défis qui sont immenses pour ce pays par rapport à d’autres. C’est au regard de cela que nous avons réalisé cette structuration qui nous convient. Et je pense bien qu’on nous verra à l’action, que c’est une équipe qui sera performante.

 

Comment justifiez-vous l’absence de la mouvance présidentielle et l’ouverture à l’opposition ?

 

• Le CDP a 73 députés, et c’est déjà une très forte majorité pour appuyer l’action gouvernementale. Bien sûr, nous avons un groupe parlementaire à l’Assemblée. Le Premier ministre a pensé qu’en associant l’ADF/RDA, ce groupe serait un soutien aux politiques d’ouverture gouvernementale. Avec ce soutien, c’est déjà assez suffisant pour ce qui concerne les relations entre le gouvernement et le Parlement. Du reste, le Premier ministre travaillera, comme par le passé, à rassembler autour de son action les autres forces politiques qui, au-delà du gouvernement, ont apporté leur soutien à la politique que je mène.

 

Tertius Zongo, Premier ministre

 

Quel nom donnez-vous à votre gouvernement, et quels sont les défis de la nouvelle équipe ?

 

• Non, je ne lui ai pas encore donné un nom. Quant aux défis, vous le connaissez tous. Je vous remercie en tant que journaliste pour l’excellent travail que vous avez fait ; vous avez fait en sorte que les Burkinabè s’expriment. Et si j’ai compris le message des Burkinabè, il y a beaucoup d’attentes. Qu’est-ce que les gens veulent ? Ils ont besoin de résultats, ils ont besoin qu’on avance sur les chantiers économiques. Ils ont besoin que la pauvreté recule, qu’il y ait plus de justice, qu’il y ait une attention plus particulière accordée aux   questions de gouvernance. Ils ont besoin que chacun, lorsqu’il se couche chez lui, se sente en paix,  ne se sente pas menacé par quelque insécurité que ce soit. Je crois que j’ai compris ce message. Maintenant, comment mettre tous ces messages ensemble et trouver un nom au gouvernement, je pense que la nuit me portera conseil pour cela.

 

Le nombre de ministres n’est-il pas trop élevé pour un pays pauvre comme le Burkina ?

 

• Le nombre de ministres, je crois qu’on aura l’occasion d’en parler. On aura un point de presse sur la composition du gouvernement. Je suis tout à fait d’accord avec vous, un pays comme le Burkina mériterait d’avoir moins de ministres. Je partage votre position. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler. Sachez que si nous avons ce nombre, c’est qu’il y avait des raisons à cela, et je vous les expliquerai au cours du point de presse.

 

L’ouverture à l’opposition et la fermeture à la mouvance présidentielle, comment vous expliquez cela ?

 

• Où avez-vous vu des fermetures ? Les ouvertures ont toujours des limites. Même les portes et fenêtres de vos maisons, vous ne les ouvrez pas jusqu’à l’infini. Je crois que l’ouverture est toujours relative. Peut-être que vous auriez voulu qu’on ouvre davantage pour qu’il y ait 50 ministres. Je pense que quand vous parlez d’ouverture, vous parlez aussi de tout ça. Il ne faut pas vouloir une chose et son contraire. On aura beaucoup plus de langage de vérité : on se parlera, on s’expliquera, et je suis convaincu que quelque part, il y a un  juste milieu sur lequel on s'entendra.

 

 

Filippe Sawadogo, ministre de la Culture, du Tourisme et de la Communication, porte-parole du gouvernement

«Pas de gros plan svp !»

 

Ne me faites pas de gros plan. Non, non, reculez un peu. Pas de gros plan. Pas de gros plan.

 

Vous êtes communicateur et vous ne voulez pas de gros plan. Pourquoi ?

 

• Parce que c’est mon métier, et en général, les gros plans grossissent mes défauts.

 

Quelles sont vos ambitions pour ce grand ministère ?

 

• Je devrais d’abord féliciter la presse burkinabè pour l’énorme travail qu'elle fait,  je suis sûr qu'elle me soutiendra.

 

Quels sont vos projets et vos ambitions pour le secteur de l’information ?

 

• Nous allons les construire avec vous, les professionnels de la presse. Donc, j’attends quatre pages de chacun de vous pour me faire des propositions.

 

Pour le volet de l’Information, quels sont, selon vous,  les défis à relever ?

 

• J’attends que vous me fassiez quatre pages de feuilles de route, ça va m’aider.

 

 

Céline Yoda, ministre de la Promotion de la femme

«Je suis très contente»

 

J’étais ambassadeur du Burkina auprès du Royaume du Danemark avant ma nomination au gouvernement. Je dois vous dire que je suis très contente. C’est une grande confiance que le Chef de l’Etat et le Premier ministre m’ont faite. Je mesure les défis à relever, et je crois qu’avec l’aide de tous, je vais y parvenir.

 

 

Ousséni Tamboura, délégué chargé de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle

«Il n’y a pas de secret»

 

Vos sentiments après cette nomination ?

 

• Sentiment de nouvelle mission et de satisfaction pour avoir été choisi. Mais aussi un sentiment de préoccupation et un peu d’inquiétude face à cette nouvelle mission. Je pense néamoins que je serai à la hauteur de la mission qui m’a été confiée.

 

Que faisiez-vous avant ?

 

• J’étais parlementaire à la 3e législature, et j’ai été réélu pour la 4e législature. Cette fois-ci, l’on m’a confié une mission différente, mais complémentaire des anciennes que l’on m’aviat déjà confiées.

 

Que dites-vous de la guéguerre entre l’ADF-RDA et les autres partis politiques ?

 

• Notre parti a tranché cette question lors de la dernière réunion de son bureau national. Alors,, référez-vous aux conclusions de cette réunion.

 

On constate que dans votre parcours, vous ne faites qu’aller crescendo. Quel est votre secret ?

 

• Il n’y a pas de secret. Il n’y a que le travail et l’amour de la patrie.

 

Peut-on parler d’une promotion pour vous ?

 

Non, il ne faut pas voir cela en termes de promotion ou de gain. Il faut voir cela comme une situation de partenariat, une situation de contribution du parti à l’avancée du pays. Nous ne voyons pas les choses en termes de gain. Nous sommes des patriotes, nous sommes dess fils de ce pays, à qui l’on a confié des missions.

 

Lucien Marie Noël Bembemba, ministre délégué chargé du Budget

«C’est comme une continuité pour moi»

 

Je dirais d’abord que je suis très honoré pour la confiance que nos plus hautes autorités ont mise en moi. C’est vrai que je reste dans la sphère des finances publiques. Quelque part, c’est donc comme une continuité, mais avec plus de responsabilités. J’entends m’appuyer sur l'expérience que j'ai acquise dans mes anciennes fonctions (directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique) pour vraiment mériter cette confiance.

 

Vincent T. Dabilgou, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme

«Je suis très fier d’avoir été appelé»

 

Je suis très fier d’appartenir à un pays comme le Burkina Faso. Vous avez suivi de bout en bout l’action gouvernementale passée. Vous savez qu’un travail a été fait. Les hommes qui ont été appelés l’ont été pour approfondir le travail qui a été fait. Je suis fier d’avoir été appelé, et j’en remercie les plus hautes autorités du pays.

 

Vous êtes venu avec un véhicule fond vert. Qu’est-ce que cela veut dire ?

 

Je travaillais pour le compte du gouvernement, mais au niveau du PNUD. Je gérais un projet de renforcement des capacités des communes urbaines. Je suis directement venu du service.

 

Guéda Jacques Ouédraogo, ministre chargé de Mission auprès du président du Faso, chargé de l’Analyse et de la Prospective

«Après, après, … pas maintenant…»

 

Quelles sont vos impressions ?

 

• Après, après, pas maintenant.

 

Quelles fonctions  occupiez-vous avant votre nomination ?

 

• Je suis à l’université comme maître-assistant

 

N’étiez-vous pas aussi conseiller à la Présidence du Faso ?

 

• Cela fait un bout de temps déjà.

 

Minata Samaté, ministre déléguée chargée de la Coopération régionale

 

Mes premiers remerciements s’adressent aux plus hautes autorités de ce pays, qui m’ont fait confiance. Ce sont des responsabilités, et je ferai tout pour mériter cette confiance. Précédemment j’étais conseiller diplomatique du président du Faso.

 

Propos recueillis par

Issa K. Barry

San Evariste Barro

L’Observateur Paalga du 12 juin 2007



12/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres