L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Chacun retrouvera sa boutique à Rood Woko"

Syndicats et associations de commerçants

"Chacun retrouvera sa boutique à Rood Woko"

 

Au cours d'une conférence de presse animée par trois structures syndicales de commerçants, notamment le SYNAPETCOM, l'OSC-B et l'ONACOM-B, le 11 juin, le maire Simon Compaoré a été accusé de semer la division entre les structures syndicales, au sujet de la réinstallation des commerçants dans le marché central Rood Woko. Le 17 juin à la Bourse du travail, les deux autres structures syndicales, à savoir USPCK et l'OSPCO, et une dizaine d'associations ont apporté un démenti à cette accusation au cours d'une assemblée générale.

 

Syndicat national des petits commerçants (SYNAPET-COM) ; Organisation nationale des commerçants du Burkina (ONACOM-B) et Organisation syndicale des commerçants du Burkina (OSC-B). Voilà les trois structures qui ont dénoncé, le 11 juin à la Bourse du travail, "la pratique de division des structures de commerçants par le maire Simon Compaoré, laquelle peut entraîner un jour un affrontement entre eux". Comme raison évoquée, le refus supposé ou réel du bourgmestre d'accepter Dieudonné Zongo du SYNAPETCOM ; El Hadj Dramane Kaboré de l'OSC-B et  Mahamadou Sanfo de l'ONACOMB dans la commission d'application pour la réinstallation des commerçants à Rood Woko. Au cours d'une assemblée générale qui a connu la participation de centaines de commerçants à la Bourse du travail, l'Union syndicale des petits commerçants du Kadiogo (USPCK) et l'Organisation syndicale des petits commerçants de Ouagadougou (USPCO), toutes affiliées à ONSL, ainsi qu'une dizaine d'associations ont eu une autre lecture de la situation. Marou Sakandé a fait savoir que sa présence ainsi que celle d'Ousmane Guimbou, SG de l'OSPCO, dans la commission d'application s'inscrivent dans l'ordre normal des choses, d'autant plus qu'ils ont travaillé dans la commission ad hoc. Les trois autres structures syndicales devraient donc désigner un représentant pour se joindre à eux. Ces structures syndicales et associations ont démenti avoir participé à une élection au cours de laquelle les trois leaders cités plus haut ont été mandatés pour représenter les commerçants. "Même si les prix des boutiques vont connaître une hausse du fait des milliards investis, on les a pas triplés. Nous sommes toujours en discussion et rien n'est pour le moment arrêté", a souligné Marou Sakandé.

Pendant l'assemblée générale, on a assuré aux commerçants que tous les anciens occupants retrouveront leurs boutiques. Avec l'augmentation du nombre de boutiques, il y aurait de nouveaux occupants. "Nous avons tous des boutiques dans le marché et ce n'est pas de gaieté de cœur que nous assistons à l'augmentation des prix, mais nous devons rester raisonnables et s'attaquer aux priorités. Nous avons assez perdu du temps et seul le dialogue peut nous faire avancer, car nous avons vu les limites de la violence", a souligné Ousmane Guimbou. Le représentant des associations, El Hadj Issaka Kafando, a relevé que les autorités ont été sensibles à la misère des commerçants en consentant des sacrifices dans la réhabilitation du marché ; d'où la nécessité pour les commerçants de s'entendre. Le moins qu'on puisse dire, c'est que le maire et ces structures syndicales et associations parlent le même langage, puisque tous les intervenants ont loué son action. Pourvu que l'intérêt des commerçants soit préservé dans cette entente quant l'heure de la réinstallation va sonner.

 

Abdou Karim Sawadogo

L’Observateur Paalga du 19 juin 2008



19/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres