L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Benjamin Yaméogo : "La démocratie a reculé de 20 ans"

Benjamin Yaméogo de l’UNDD-Koudougou

"La démocratie a reculé de 20 ans"

Depuis le lundi 7 mai, les résultats des élections législatives sont connus dans le Boulkiemdé. La nouvelle a été accueillie avec joie par certains et froideur par d’autres .Quinze partis étaient en quête de 4 sièges à pourvoir. Le CDP a arraché 3 sièges, 1 pour l’ADF/RDA et 0 siège pour l’UNDD, le parti de Me Hermann Yaméogo battu dans son propre fief par les autres formations politiques. Nous avons rencontré Benjamin Yaméogo, tête de liste de l’UNDD à Koudougou et candidat perdant. Voici ce qu’il nous confie.


"Je suis déçu de ce qu’on a vécu ce 6 mai. Dans le temps, nous pensions que la fraude était l’oeuvre de quelques individus ou membres de quelques partis politiques. Mais aujourd’hui, je peux affirmer avec preuve à l’appui que même la structure chargée d’organiser les élections participe à la fraude. Je vous cite le cas par exemple de Pélla, situé au nord-est, à 70 km environ de Koudougou, où la CECI est impliquée dans la fraude. Elle a donné des instructions aux responsables des différents bureaux de vote pour qu’ils laissent des gens voter avec la seule carte d’électeur sans autre document justificatif. Il n’y a pas de problèmes au sein de mon parti qui pouvaient nous empêcher d’obtenir des sièges. Nous avons été tout simplement victimes de fraudes massives. Comme vous l’avez vu, au niveau de la commune, l’écart des voix entre le CDP et l’UNDD n’est pas grand parce que nous avons mis en place des brigades qui ont limité l’ampleur de la fraude. Ce qui n’a pas été le cas dans les villages où nos adversaires ont eu le terrain libre pour frauder comme ils pouvaient. C’est vrai que ma candidature n’a pas fait l’unanimité au sein du parti, mais cela n’a pas constitué un frein à mon élection. C’est plutôt la fraude, comme je l’avais indiqué. Ceux qui s’opposaient à ma candidature étaient au devant des choses durant les 21 jours de la campagne. Ils se sont battus pour que l’UNDD engrange des voix. Et n’oublions pas que dans tous les partis politiques, il y a toujours eu ces difficultés entre les membres d’un même parti. A titre d’exemple, certains militants du CDP n’ont pas épousé le choix d’un suppléant sur la liste présentée aux militants.

Notre échec est dû à la fraude. Nous avons saisi des étudiants venus d’ailleurs pour voter pour ne citer que ces quelques cas. Pour les consultations à venir, je commence à perdre espoir. Cela parce que toutes les solutions pour empêcher la fraude ont été proposées à la CENI et au gouvernement. Malheureusement ces propositions n’ont pas été prises en compte. Et pire, nous ne pouvons pas comprendre que notre président, Blaise Compaoré propose aux pays tels que la Côte d’Ivoire et le Togo la carte d’identité numérisée avec photo et qu’au Burkina, il ne le fait pas. L’opposition burkinabè avait réclamé ces outils dans le cadre des élections pour parfaire le processus électoral. Sommes-nous des sous-hommes par rapport aux autres peuples ? Ce scrutin a démontré que la démocratie burkinabè a reculé de 20 ans. Mon message, c’est de dire aux militants de se ressaisir, de garder espoir, de rester forts parce que nous allons reconquérir les sièges qui nous reviennent."

Propos recueillis par Dabadi ZOUMBARA

Le Pays du 9 mai 2007



09/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres