L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Burkina : Qui sera le prochain Premier ministre ?

Burkina
Qui sera le prochain Premier ministre ?

Comme cela se fait de coutume après chaque législature, le Premier ministre rendra bientôt sa démission au chef de l'Etat. Paramanga Ernest Yonli qui, avec ses 7 ans, a battu le record du Premier ministre qui a le plus duré à son poste au Burkina, sera-t-il reconduit une fois de plus par le grand sachem qui a toujours fait confiance à l'enfant de Tansarga ? Ou alors sera-t-il remplacé ? Pour l'instant en tout cas, des noms circulent, mais ce serait difficile, voire hasardeux de dire exactement qui pourrait être cet oiseau rare. Ce n'est pas comme en France où même avant l'élection de Nicolas Sarkozy, la presse avait déjà annoncé François Fillon à Matignon. Nous n'avons pas les clés idoines pour cela. En Afrique, et particulièrement au Burkina, ces questions restent taboues. Seul Blaise Compaoré sait qui sera son Premier ministre. Finalement, la chose prend l'allure d'un jeu de cache-cache qui engendre les rumeurs les plus folles qui enflent et finissent par mourir comme elles sont nées, non sans avoir créé des préjudices au passage. En effet, cela exacerbe les luttes de clans avec des peaux de banane glissées grossièrement ou subtilement sous les pieds de l'adversaire, que dis-je, l'ennemi politique.

Parfois, les protagonistes ont même recours à la presse pour glisser le nom de telle ou telle personne, dans le dessein bien camouflé de la "griller" aux yeux du "patron" qui apprécie très peu ces genres d'ambition. De toutes façons, les supputations vont bon train. Pour certains, le chef de l'Etat fera appel à un technocrate. Hypothèse peu probable, vu que dans le contexte actuel celui-ci se ferait dévorer immédiatement par les requins de la politique, tapis dans l'ombre. On annonce également un technocrate doublé de politicien qui possède aussi un carnet d'adresses bien dense. C'est possible, mais le "patron" acceptera-t-il d'avoir tout de suite un Premier ministre qui voudrait bien devenir "calife à la place du calife" ? Rien n'est moins sûr. Les regards se tournent aussi de plus en plus vers un ancien ministre qui conduit aujourd'hui des dossiers importants pour les relations entre le Burkina et une grande puissance. On parle encore d'un ministre toujours en poste mais dont certains pensent qu'il a encore son avenir devant lui. Et nous revoilà une fois de plus à la case départ, avec la certitude qu'on ne peut être sûr de rien. Même pas de l'acceptation par le P.F. de la démission de Paramanga Ernest Yonli. De fait, pourquoi ne conserverait-il pas l'enfant de Tansarga qui, malgré les nombreux orages que le Burkina à traversés, a su maintenir le cap de la stabilité ? C'est un technocrate bon teint qui s'est montré pugnace à l'épreuve du terrain. En sept ans de magistère, Yonli est loin d'avoir démérité. Ce qu'il faudrait, c'est peut-être une nouvelle équipe resserrée, composée d'hommes et de femmes déterminés, prêts à en découdre, dans la hargne et le patriotisme, avec notre sous-développement. Yonli semble bien désormais incarner deux valeurs fondamentales de la République : stabilité et démocratie apaisée.

 Morin YAMONGBE

Le Pays du 25 mai 2007



25/05/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres